• Le bal des congrès du MSM ouvert : Pravind Jugnauth tire sur ses adversaires et se défend
  • Lettre anonyme qu’un Senior Advisor du PM aurait envoyée contre elle - Ameenah Gurib-Fakim : «C’est inacceptable qu’on m’ait mis tout ça sur le dos»
  • Accord PTr-MMM-PMSD : des observateurs entre espoir et scepticisme
  • Accord PTr-MMM-PMSD : les nouvelles cartes de l'opposition…
  • L’infini duel Jugnauth-Ramgoolam !
  • Laal Singh Chaddha : «Forrest Gump», aux saveurs de Bollywood
  • La Vierge Marie, la «mère douce et protectrice» au coeur des familles mauriciennes
  • Fête de l’Assomption : quand l’APEIM fait briller les couleurs de Marie
  • Chelsea vs Tottenham : nouvelle saison nouvelle ambition
  • 14e journée : Colour My fate sous 54.58s !

Vivek Urjoon : de social et de passion

«Mon rêve est d’ouvrir une institution pour les jeunes en situation de handicap et de les accompagner, depuis leur plus jeune âge jusqu’à l’université et au-delà», dit Vivek Urjoon, des projets plein la tête... 

Il court toujours et il ne s’arrête jamais. Son objectif : essayer de voir comment il peut aider l’autre. Sa mission : œuvrer pour une meilleure île Maurice. Avec son enthousiasme et ses projets plein la tête, le jeune homme aux multiples projets revient sur ses nombreux engagements… 

D’aventure en aventure, il ne cesse d’explorer le monde autour de lui. Et quand il le peut, il n’hésite jamais à y mettre son grain de sel pour le rendre meilleur. En 2016, lorsque nous l’avions rencontré, Vivek Urjoon nous contait la belle histoire de Braille in Paradise, une librairie pas comme les autres, un endroit coloré qui propose des livres en braille permettant aux non-voyants de plonger au cœur d’histoires qui embarquent vers des horizons magiques. «J’ai cofondé cette ONG avec ma sœur en 2013. L’organisme offrait des livres en braille aux étudiants malvoyants jusqu’à l’arrivée de la Covid. L’année dernière, avec notre équipe très dynamique, nous avons commencé à offrir des cours en ligne gratuits à certains jeunes non-voyants et cela a été très bien accueilli. Cette année, l’ONG a étendu ses services aux jeunes ayant un handicap, notamment des stages dans les compagnies, l’accompagnement pour résoudre les problèmes administratifs avec les autorités et également l’accompagnement des jeunes dans leurs choix d’études et de carrière. Toutes ces activités n’auraient pas été possibles sans l’aide des membres de l’ONG : Jayraj Ittoo, Sharmila Dusoyea, Vidoushee Urjoon, Lutchmee Robee et Joy Baboolall», nous confie le jeune passionné, avec le même enthousiasme qui le caractérisait à l’époque.

 

Il y a six ans déjà, le jeune homme, qui ne jure que par le social, étant toujours animé par le désir de se mettre au service des autres, revenait sur son riche parcours durant lequel il n’a cessé de tendre une main à ceux qui en avaient besoin. «Je me suis impliqué dans plusieurs projets communautaires durant les 15 dernières années, que ce soit sur le plan local ou international. Après avoir quitté mon premier emploi dans une banque de bonne réputation, j’ai rejoint la Barclays Bank où j’ai aidé dans la mise en œuvre de nombreux programmes pour mes collègues, en plus d’aider les personnes vulnérables de la société. Je dispensais des cours particuliers gratuits aux enfants et j’animais des sessions de leadership pour les jeunes. J’ai remporté quelques prix à ce moment-là pour mon engagement. Mon soutien indéfectible aux causes et aux besoins des personnes vulnérables m’a valu des nominations aux Eagles Awards, entre autres, et j’ai même gagné un prix. À cette époque, j’ai aussi écrit des articles, des thèses et des essais sur le renforcement de la paix et de la coexistence harmonieuse. Ce qui m’a aidé à me distinguer dans divers concours», nous avait-il confié à l’époque.

 

Amour et attention

 

Il y a peu, il avait été choisi parmi les 100 jeunes Africains les plus influents et il a été à Nairobi par la suite où il a représenté Maurice à la conférence mondiale du Fonds des Nations unies pour la population. S’il a quitté aujourd’hui ses fonctions de président de Braille in Paradise, il ne cesse pas de suivre de très près l’association dans son cheminement. Le jeune homme est ainsi l’initiateur d’une mini-série sur les capacités des jeunes en situation de handicap. «Je crois fermement que ces jeunes n’ont besoin que d’amour, d’attention, de respect et de beaucoup de dignité. J’organise également quelques activités en ce mois de mars pour commémorer le 54e anniversaire de l’Indépendance du pays, qui coïncide avec la Journée internationale du handicap et la Journée du braille. Il y a d’autres événements que nous organiserons mais on maintient le suspense. Pour le projet de mini-série, nous avons l’aide de la Mauritius Film Development Corporation. Nous remercions monsieur Vikram Jootun et son équipe pour leur soutien», confie-t-il, la tête fourmillant toujours de projets.

 

Travaillant à la MCB, Vivek a, au fil des années, tissé un vaste réseau de jeunes qui essayent tous d’apporter un changement percutant au paysage local et en Afrique. Touche-à-tout accompli, le passionné qu’il est a également été nommé tout récemment par le Points of Light des États-Unies comme un Inspiration Honoree pour son engagement social au niveau de l’African Institute of Leadership dont le patron n’était autre que le défunt et très respecté Desmond Tutu. Avec plusieurs cordes à son arc et prenant beaucoup de plaisir dans tout ce qu’il fait, le jeune homme a aussi, il y a quelque temps, dirigé le Pakati Project où il a aidé à concevoir une plateforme pour les ONG africaines : «J’espère que cette plateforme unique profitera aux jeunes Mauriciens et Mauriciennes qui se lanceront dans le social.»

 

Entraide

 

Aimant toujours se surpasser, Vivek fait partie de ceux qui ne baissent pas les bras facilement, encore plus quand il y a une épreuve. La Covid-19 et son impact sur beaucoup de choses et beaucoup de secteurs ne l’ont pas découragé. «Pendant la Covid en 2020 et en 2021, j’ai créé la page Facebook Mauriciens Aide Mauriciens où les Mauriciens ont aidé à trouver des emplois pour ceux qui en avaient besoin. J’ai aidé à canaliser la distribution de nourriture et j’ai même conçu le premier masque pour les jeunes vivant avec un handicap», ajoute celui qui, d’une distinction à une autre, est l’un des gagnants de The Outstanding Young Person (TOYP) Award en 2016. «La Jeune Chambre de Maurice m’a par la suite nommé en tant que Chairman du TOYP Alumni (réunissant tous les gagnants) pour travailler sur des projets. J’ai réalisé un certain nombre de projets avec le soutien de mes complices Dean Runghen, Yudish Rohee, Philippe Chang-Ko, Billy Ng et Devina Lobin. Ces projets étaient principalement axés sur les membres marginalisés de la communauté. Un méga don de sang a également été organisé», poursuit Vivek qui ne s’arrête jamais, son désir de toujours faire plus étant toujours présent.

 

«Mon rêve est d’ouvrir une institution pour les jeunes en situation de handicap et de les accompagner, depuis leur plus jeune âge jusqu’à l’université et au-delà. Nous voulons leur fournir un ensemble de services unique mais gratuit. Je souhaite aussi que davantage de Mauriciens se joignent à ces causes et continuent de les soutenir comme l’ont fait les membres du Rotary Club, du Lions Club, de la Mauritius Post et de la Jeune Chambre Internationale. J’invite davantage de jeunes à œuvrer pour l’intérêt de leur patrie et à aider la communauté à faire face aux bouleversements quotidiens actuels», dit-il, avec plein d’espoir dans la voix...