• Kendo – Formation et passage de grade : Rishi Bundhoo décroche son premier dan
  • Callisto Protocol : prisonniers de l’horreur
  • Future Hope Maurice : quand les enfants chantent l’espoir
  • Collision entre une voiture et un camion : vacances meurtrières pour Dayaneebye Ganoo
  • Match de gala Maurice-Réunion : du football inclusif pour malentendants
  • Huawei Nova Y61 : de l’entrée de gamme sympa
  • Le diabète, un danger pour le cœur
  • Qatar : dans l’ambiance d’un pays en fête
  • FoodWise : des recettes gastronomiques, zéro gaspi et économiques
  • Le PM répond à leur lettre : les membres de la communauté rastafari «déçus» mais «le combat continue»

Valérie Imbert Kerambrun : «Moi... passionnée des gens»

Directrice d'Europestone Management, Valérie Imbert Kerambrun a été invitée à participer à une table ronde au 13e Forum économique des îles de l'océan Indien pour parler du Board of Good, «une initiative pour pousser la cause de l'inclusion et de la mixité sur les boards». Elle nous en parle...

Qui suis-je ? «Je suis consultante et formatrice en stratégie d’entreprise, marketing, PR et communication auprès de marques locales et internationales. J’ai évolué pendant plus de 20 ans dans différentes industries – tourisme et hôtellerie, immobilier commercial, produits de grande consommation, bien-être et beauté, pharmaceutique, culture et ONG – en tant que salariée de grands groupes et depuis sept ans, je suis consultante indépendante au sein d’Europestone Management, ma société de conseil. Cette double casquette m’a permis de comprendre les réalités de ces deux mondes et de pouvoir y naviguer aujourd’hui pour conseiller autant les grands groupes que les PME. Je suis polyvalente et je me nourris de cette diversité.»

 

Mon rôle : «En tant que spécialiste du marketing, je m’attelle à faire briller les marques à l’aide de stratégies innovantes, de relations publiques ciblées, de structures différenciantes et de narration claire et consistante. Depuis deux ans, j’ai tenté en parallèle l’aventure entrepreneuriale en lançant deux instituts MYSPA à Beau-Plan et à Grand-Baie. Je suis une passionnée des gens. J’aime les écouter et les aider à réaliser leurs rêves, professionnellement mais également de plus en plus personnellement. J’aime mettre les gens en relation et fédérer. Plus que jamais, j’ai besoin que ce que je fais ait du sens.»

 

Une expérience nommée Board Of Good : «Le Board Of Good (BOG) est une initiative citoyenne indépendante à but non lucratif, lancée en juillet 2021 suite à deux constats :
celui d’une étude de Korn Ferry réalisée en 2018 qui révélait que la représentation féminine sur les boards mauriciens était de 8,7 % et celui de retours de conseils d’administration disant avoir du mal à trouver des femmes susceptibles de répondre à l’appel. Les objectifs du BOG sont de recenser et de donner de la visibilité et une voix à ces femmes. 16 mois après, la plateforme réunit aujourd’hui 300 femmes de divers secteurs d’activités – finance, manufacture, tourisme, éducation, consulting et entrepreneuriat –, potentiellement candidates pour siéger aux conseils d’administration d’entreprises et d’organisations à Maurice. Nous avons des propositions qui circulent au sein du groupe. Nous sommes une équipe de bénévoles qui portons cette cause. Nous avons organisé des webinars avec des participants, hommes et femmes, soutenant la cause de la diversité et de l’inclusion au niveau des conseils d’administration et continuons à animer ce réseau pour que les nouvelles venues se sentent inspirées et soutenues par leurs aînées. Nous avons placé 22 femmes et notre objectif d’ici à 2030 est de placer 500 femmes leaders.»

 

Une mission : «Le nom Board of Good a été choisi pour incarner les principes d’un leadership moral, bienveillant et inclusif. Nous aimons à dire que nous sommes des femmes de cœur. Il est important que nos adhérentes soient des exemples de compétence, de droiture et d’ouverture d’esprit pour le reste de la société. Chaque adhérente signe un Pledge of Good qui est un engagement symbolique que chacune prend pour agir en toute intégrité morale et éthique pour la société au sens large.»

 

Autour du Forum économique des îles de l'océan Indien (FEIOI) : «Il s’agit d’un événement annuel très attendu par la communauté des affaires de la région, co-organisé par la Chambre de commerce et d’industrie de Maurice (MCCI) et Cap Business Océan Indien, avec le soutien de l’Agence française de développement (AFD). Le thème choisi pour la 13e édition était Repenser demain. Conférences, tables rondes, ateliers de travail et rencontres B2B se sont succédé au Caudan Arts Centre, à Port-Louis, les 11, 12 et 13 octobre 2022. De nombreux participants des territoires des pays membres de Cap Business Océan Indien ainsi que des pays du pourtour de l’océan Indien ont fait le déplacement à cette occasion. Des capitaines d’industrie, des entrepreneurs, des décideurs politiques, des investisseurs, des bailleurs internationaux ainsi que des universitaires, entre autres. Les préoccupations du secteur privé régional ont été au cœur du programme.»

 

Ma participation à ce forum : «J’ai été invitée par le FEIOI pour présenter le Board of Good en partage d’expérience sur le panel Demain sera plus féminin. Une occasion pour nous de faire entendre notre voix et de sensibiliser à la cause de gender equity dans la région. Je pense que dans la région, nous avons des réalités assez similaires de sociétés patriarcales, d’éducations traditionnelles sans beaucoup de place à la liberté de pensée, à la créativité, ni à la construction en tant qu’être humain. Tout cela sur des territoires insulaires cloisonnés, ce qui amplifie l’effet de fermeture d’esprit.»

 

Des rencontres et des partages : «De cette expérience, je retiens un accueil chaleureux et un riche partage des intervenantes ainsi qu’une participation intéressante du public. Toutefois, je trouve désolant qu’il n’y ait pas eu plus d’hommes dans l’assistance. Notre objectif d’une prise de conscience unigenre quant aux bénéfices et retombées positives de plus d’inclusion et de mixité sur les conseils d’administration et à des postes décisionnels est loin d’être atteint. Nous devons encore convaincre. La route est encore longue et elle ne pourra se faire que de concert avec les hommes en bonne complémentarité.»

 

Ma vie loin du bureau... «Quand je ne suis pas au boulot, je profite des moments en famille. Je suis maman de deux enfants, je fais du tennis et du muay thai, j’aime faire la fête et j’affectionne les lectures ésotériques et spirituelles en quête de développement personnel. J’ai des combats : l’équilibre entre vie professionnelle et qualité de vie, l’équité hommes-femmes, entre autres… Je suis profondément humaniste. J’œuvre donc au sein d’associations afin d’aider à faire avancer ces causes dans lesquelles je crois.»