• Football : Cercle de Joachim concerné par une autre affaire
  • Le bénéfice du doute accordé aux tortionnaires présumés d'Iqbal Toofanny ] Sa veuve : «Cela ne veut pas dire que ces policiers sont innocents»
  • Double explosion à Beyrouth ] Salem Beydoun, consul honoraire de Maurice au Liban : «C’est un cauchemar»
  • Naufrage du Wakashio : un océan de chagrin
  • Hippisme - Barbé 2020 : White River : The Classic Winner
  • L’image d’un échec !
  • Cérémonie pour ceux décédés pendant le confinement - Jeff Clark : hommage à mon père
  • PatKat Professional Hairstylist : avec Patricia Kathan, ça décoiffe !
  • Elle l’avait projetée à terre lors d’une dispute : Vanessa Curpen écope de cinq ans de prison pour le meurtre de son bébé
  • Douleurs de l’hiver : Comment y remédier ?

Nicolas Fanny : D’un défi à l’autre

Le jeune homme présente son dernier projet, Ki Zistwar ?, une Web série qui met en exergue un personnage, drôle, irresponsable, amusant et délirant.

Auteur, compositeur, chanteur, photographe, vidéaste… il a plus d’un tour dans son sac. Celui que beaucoup ont découvert sous le nom de Tcheky nous raconte son nouveau projet : Ki Zistwar ? Quelques explications avec le principal concerné…

En quelques mots… «J’ai 32 ans. Je suis marié et père de famille. Passionné de musique et de photographie, je suis aussi un vidéaste professionnel diplômé du New York Institute of Photography et membre du PPA (Professional Photographers of America). J’ai plusieurs cordes à mon arc. Je suis auteur, compositeur, chanteur, photographe, vidéaste, réalisateur et producteur.»

 

Autour d’une passion : «La photographie est un exutoire créatif à mon excès d’émotion. J’arrive à transmettre mes émotions, passées et présentes, à travers mes créations. Cela reste pour moi un moyen de communication et une façon de me défouler, en plus d’être ma passion primaire.»

 

L’histoire d’un cliché : «Éternel insatisfait, je ne sais jamais quand une photo est réussie (rires). Même si je maîtrise la technique, la créativité est une locomotive souvent sans destination. Le cadre académique me permet d’y mettre un trajet et une destination. Quelqu’un m’a sagement enseigné que “la perfection, c’est de savoir s’arrêter”. C’était ma motivation jusqu’à ce que je comprenne que la perfection sans émotion ne servait à rien. Du coup, pour moi, une photo réussie, c’est celle qui vous prend aux tripes, qui vous parle, qui vous hérisse les poils. Je me sens parfois comme un super-héros grâce à la force et au pouvoir de rendre un objet inanimé vivant visuellement !»

 

Ma petite entreprise… «Que je vous parle de mon entreprise ? Laquelle ? (Rires…) J’entreprends tellement de choses simultanément. Étant un multitasker, je jongle entre l’image et le son. Je diversifie beaucoup mes activités, tout en restant dans le domaine de l’audiovisuel numérique. Je travaille en étroite collaboration avec des entreprises événementielles pour couvrir les événements corporatifs et les mariages, je fais de la création de pub originales, de bandes sonores, de concepts graphiques et d’infographies.»

 

Ma touche en plus : «Le sourire et le cœur que je mets dans chacun des projets que j’entreprends. Si je n’ai pas de feeling, je n’entre pas dans un projet.»

 

Papa, ma nouvelle casquette : «Je suis comment en tant que papa ? La meilleure réponse viendrait certainement de mon épouse. Voici d’ailleurs ce qu’elle a écrit de moi pour mon site Web : “My love, ten years since we are together, four years since we got married and now we are blessed with a beautiful gift from heaven. Our little Hugo. I have been with you since the very beginning of your career and saw this passion and determination you have to carry out your projects. When you want to do something, you do it all and give you the means to do it. You never get discouraged and go for it. Even through the ups and downs, you always keep in mind your goals and achieve them the best you can. You are my life partner and I love you more than words can say”. La preuve, aujourd’hui, elle me déteste parce que mon fils a 14 mois et ne dit que “papa” (rires). Mais papa genre Christophe Colomb qui vient de découvrir l’Amérique à chaque fois qu’il me voit. Donc, c’est des tonnes d’amour que je reçois et que je donne tous les jours.»

 

Et la musique... c’est fini ? «La musique ne peut pas être finie. Je suis né avec, je mourrais avec. Si votre question se rapporte à ma carrière, je vous répondrais tout simplement, on ne vit pas avec 63 sous de droit de diffusion en étant marié et avec un enfant à charge. On survit du moins. Du coup, mon orientation professionnelle s’est fait instinctivement et intelligemment car je ne voulais pas être malheureux dans un travail qui ne me plaît pas, un job machinal. Pour moi, être heureux, c’est être libre. Et être libre, c’est pouvoir m’exprimer, partager des sentiments et des émotions, tout en gagnant ma vie décemment. En gros, arrivé à un moment de la vie, il m’a fallu faire des choix de carrière et le mien s’est fait instinctivement.»

 

Ki Zistwar ?, mon nouveau projet… «Ki Zistwar ? est une Web série qui met en exergue un personnage drôle, irresponsable, amusant et délirant. Ludovic y tient le rôle principal. Le but étant d’adresser des problèmes de société de façon sérieusement humoristique. Synopsis - Saison 1 (15 sep. au 3 novembre) : un célibataire de 35 ans qui, non seulement, est chômeur et paresseux, mais vit toujours chez sa mère et en profite un max. Enn bater bis. Il est secondé par Danilo, son fidèle ami, d’ailleurs le seul, qui incarne la voie de la raison et le recadre quand il le faut. Saison 2 (15 nov. au 31 decembre) : Ludovic, bientôt 36 ans, vit chez sa mère et n’est toujours pas casé. Cette vie-là lui convient, dit-il. Par contre, il est sur le point de perdre son meilleur ami après s’être fait passer pour Déborah (fake profile Facebook) pour lui soutirer de l’argent. Un autre personnage sera plus présent, celui de Vishal, qui incarne le parfait villageois dont la mère a choisi la femme. Mais il s’avère que celle-ci attend un enfant d’un autre, d’après les calculs de Ludovic. Ce dernier, toujours en quête d’amour, peine à trouver la perle rare et celle qui fera battre son cœur mais… rien n’est perdu.»

 

La naissance de Ki Zistwar ? «Ludovic, ex-rappeur du groupe NAS Possi, est un ami que je côtoie depuis plus de 10 ans. On s’est souvent perdus de vue mais on savait qu’on pouvait compter l’un sur l’autre. Il a toujours été le joyeux luron de la bande. D’ailleurs, je n’ai jamais manqué de lui rappeler : “Tonn rat to vokasion, to pa ti bizin raper, to enn komik twa !” Tou lokazion bon pou li fer nou riye, avec des blagues qu’on n’entendra nulle part ailleurs. Ki Zistwar ?, adaptation typiquement mauricienne inspirée de Scène de ménages, est ainsi née.»

 

Le but : «L’objectif est de divertir, d’éduquer et d’informer les gens qui nous suivent. Sans qu’ils ne se prennent la tête. Ki Zistwar? s’installe graduellement comme le nouveau fim sizer edmi mais qui est diffusé à midi, de lundi à dimanche.»

 

Ki Zistwar ? en chiffres : «Facebook : en moyenne 75 000 vues vidéo par semaine et 12 000 followers. TikTok : 11 000 followers et 2 millions de vues vidéo. YouTube : 1 200 followers et 100 000 vues vidéo sur la chaîne depuis le lancement. Les liens Facebook, Instagram, TikTok, Youtube : www.facebook.com/kizistwar, www.instagram.com/kizistwar, www.tiktok.com/@kizistwar, www.youtube.com/kizistwar.»