Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Covid-19, la récidive
  • New Children’s Act : ce qui change pour les enfants
  • Obituaire : France Jonas raconté par Tony François
  • Agression mortelle à Bambous : Nicolas Manooveloo meurt après un violent coup de couteau à la cuisse
  • Yushi Ramah, 17 ans, meurt à l’hôpital ENT - Son oncle Anil : «Nou res bet kouma linn gagn sa infeksion poumon-la alor ki so kat test Covid ti negatif !»
  • Décès de Rajah Madhewoo, Samuel Wong et Ismet Abdoolah : l’adieu à des citoyens engagés
  • IBA Act : amendements et mécontentements
  • Honte aux assassins de la démocratie !
  • Covid-19 : une nouvelle semaine sous haute tension
  • Suspension des vols avec l’Afrique du Sud : Incompréhension et affolement chez les Mauriciens de là-bas

Kevina Badoye : dessine-moi une émotion

La jeune femme invite qui le veut dans son petit monde.

«Je suis très fière aujourd’hui de me présenter sur le marché du business en tant qu’artiste mauricienne et parmi les premiers crypto-artistes sur les réseaux d’Internet...» À l’honneur durant ce mois d’octobre, la jeune artiste raconte son parcours tout en couleurs...

Qui suis-je ? «Je m’appelle Kevina Badoye. Je suis née à Quatre-Bornes en 1982. Je suis une artiste peintre professionnelle qui vit au Royaume-Uni depuis 2007. Passionnée de dessin et de peinture depuis mon plus jeune âge, j’ai construit ma réputation dans l’univers du figuratif, mêlant émotions, dynamisme et simplicité. La peinture est pour moi un magnifique moyen de communication et je réalise aujourd’hui des tableaux expressifs et élégants, essentiellement à l’acrylique.»

 

Mon parcours : «L’art est dans mon sang. Depuis que j’ai 15 ans, je rêve d’en faire mon métier. Durant mes années au collège, j’ai suivi des cours de dessin et de peinture, notamment aux ateliers de Fabien Cango et à l’Alliance française. En 2003, j’ai fait mon BA(Hons) Fine Arts au MGI – via l’Université de Maurice –, avec une spécialisation en peinture. À partir de 2007, j’ai étudié continuellement pendant plusieurs années à l’Université de Middlesex, au Royaume-Uni, pour obtenir mon Masters et mon Doctorate in Fine Arts (2016). Pendant mes années à Londres, j’ai travaillé dans de nombreuses galeries en stage d’apprentissage et comme prof d’art plastique de façon partielle. Ce fut une belle période, riche en rencontres et expériences, pendant laquelle j’ai eu la chance de participer à de nombreuses expositions de grande envergure pour présenter mes travaux, dans des salons, expositions individuelles et collectives. Cela m’a permis de commencer à me faire une place dans l’univers de l’art et à attirer une clientèle pour qui j’ai réalisé de nombreuses peintures sur commande, aussi bien au Royaume-Uni que dans le reste du monde. Mes clients sont aujourd’hui des marchands d’art, des professionnels et des collectionneurs.»

 

Une histoire d’amour : «Ce que j’aime le plus dans mon métier de peintre, c’est la création quotidienne, l’épanouissement et la passion. J’aime les couleurs et les formes raffinées. Les visages me fascinent. C’est dans l’art et la création que je me sens le mieux. Mon but comme artiste est de maîtriser différentes techniques, d’expérimenter, de continuer ma progression et de me révéler au monde. Je veux avancer consciencieusement, tout en gardant un esprit original et une création spontanée. Je trouve mon inspiration autour de moi et au cours de mes activités quotidiennes, telles que la lecture, la marche dans la campagne, visiter une exposition ou une ruine. J’ai aussi une passion pour les antiquités dont je m’inspire beaucoup. J’ai de la chance que ma famille ait toujours été présente pour mon parcours artistique et ait soutenu mes choix professionnels.»

 

De projet en projet : «Ce mois d’octobre est un mois chargé pour moi. Depuis le samedi 9, je participe à une exposition d’un groupe d’art plastique au Fox Yard Studio, un nouvel espace dans ma ville locale au Suffolk. Non seulement trois de mes tableaux y seront présents mais je suis aussi en charge de l’organisation de l’exposition aux côtés de la responsable de la galerie, Samantha Bell. L’exposition sera ouverte au public jusqu’à mi-novembre. Du 20 au 24 octobre se tiendra ma troisième exposition en solo, Visions of a dreamer, dans le Pettiward Hall, un espace du conseil municipal de Suffolk. Visions of a dreamer présente plus d’une trentaine de mes œuvres issues de plusieurs thèmes que j’explore, dont la beauté féminine, l’harmonie et l’équilibre. Cette exposition souligne aussi la diversité de mes démarches artistiques, des figurations, des natures mortes, des portraits d’animaux, entre autres. Au fait, je me diversifie en fonction de mes collections et des sujets que j’aborde. Au fil de ces derniers mois, j’ai créé des œuvres uniques, inspirées par des figures de femmes emblématiques et aussi des natures mortes, qui captent l’attention de par leur symbolisme. Oscillant entre figuration et abstraction, entre grand et petit format, je confère des émotions et des couleurs particulières à chacune de ses peintures. De plus, mon travail a été sélectionné par le Sm-artnft.com, une nouvelle plateforme qui révolutionne le monde du cryptocurrency. Ma page Web sera aussi officiellement lancée pendant ce mois d’octobre. Je suis en effet ravie et émue de trouver sur ma route des personnes qui sont prêtes à me soutenir. Non seulement, elles admirent mon travail mais sont disposées à investir dans chacune de mes œuvres. Je suis très fière aujourd’hui de me présenter sur le marché du business en tant qu’artiste mauricienne et parmi les premiers crypto-artistes sur les réseaux d’Internet. C’est un pas de plus vers mon rêve de partager ma passion pour le figuratif et de diffuser ma peinture le plus largement possible sur les continents.»