Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • L’affaire du «bébé décapité» à l’hôpital de Pamplemousses - Vicky et Sweta : «Nous n’arrivons toujours pas à faire le deuil de notre enfant»
  • Elle fait face pour la seconde fois à un cancer - Diane Colimalay : «Je ne peux pas me résoudre à laisser une maladie me dominer»
  • Moi, survivant du cancer...
  • En convalescence après avoir été poignardé par sa compagne - David Azie, 28 ans : «Nou finn pardonn nou kamarad»
  • EURO 2020 : Les coaches mauriciens sur le grill
  • EURO 2020 : Les pronostics des jeunes fans
  • Séquestré et battu à mort à Karo Kalyptis : Desveaux Augustin, victime d’un règlement de comptes sur fond de trafic de drogue ?
  • My Body, My Choice, My Voice : ils s’unissent contre la vaccination obligatoire
  • Accidents fatals : des nouvelles victimes, des familles dévastées par la douleur
  • JO 2021 - Haltérophilie : Roilya Ranaivosoa qualifiée pour Tokyo

Kebab Street, une nouvelle adresse «miam» dans le paysage de Grand-Baie

Annabelle et Laurent invitent ceux qui le veulent à venir découvrir leur univers et surtout à venir déguster leur authentique kebab.

On est accueillis sur le tube du moment – et disque de l’année –, Mo bizin twa mo baba. Le décor moderne et jeune met tout de suite à l’aise, tout comme la sympathique équipe qui, le sourire aux lèvres, invite qui le veut à découvrir des «kebabs authentiques» et ses différentes sauces. Et «il y en a pour tous les goûts», assurent-ils. À découvrir Kebab Street, une nouvelle enseigne dans le paysage de Grand-Baie, entre Super U et Sunset Boulevard ! En attendant, Laurent et Annabelle nous présentent leur restaurant «street» ! Incursion.

Un peu d’histoire. «Avec ma femme Annabelle, on est revenus à Maurice en 2015. À chaque fois qu’on allait en France, la première chose qu’on faisait en arrivant, c’était de manger un kebab. Parce que cela nous a toujours manqué à Maurice, de trouver ce qui se rapproche le plus d’un authentique kebab, comme on peut en trouver en Europe, par exemple. Nous lancer dans le domaine, c’est une idée qu’on avait en tête depuis trois ou quatre ans. À la base, j’évolue dans le secteur de l’informatique. C’était un projet qu’on avait dans un coin de la tête mais qu’on n’avait jamais réalisé. Comme on s’est retrouvés à travailler à la maison pendant le confinement et qu’on a eu le temps de se remettre en question, on s’est dit, pourquoi ne pas essayer de se lancer. On a cherché un local et on est tombés sur un ancien magasin de souvenirs et depuis, l’aventure a commencé.»

 

Autour d’un concept. «On a tout monté de A à Z. L’esprit de Kebab Street, c’est sortir du classique avec un décor industriel. On a un carrelage qui s’inspire du métro à Paris. Il y a aussi une plaque de métro et on a fait la part belle au street art. On a ainsi fait un beau mélange de plusieurs univers, avec des tableaux réalisés par des artistes locaux spécialisés dans le street art. On a également travaillé sur les recettes, trouvé les fournisseurs et réuni le staff. Et depuis le 7 novembre, Kebab Street a ouvert ses portes aux Mauriciens. On a plutôt de bons retours. Les gens sont contents et reviennent. Après, on a aussi des personnes qui ne comprennent pas. Elles trouvent que c’est cher de vendre un kebab à Rs 230. Pour ce prix, on a des produits de qualité, des épices particulières, des sauces qu’on fait maison et d’autres sauces qu’on importe. La qualité a un coût mais c’est ce qu’on a voulu mettre en avant : la qualité et offrir un authentique kebab à ceux qui viennent chez nous, tout cela dans un beau cadre et une belle ambiance.»

 

Des projets. «Pour l’instant, on est ouverts le midi mais on réfléchit à d’autres possibilités. On va peut-être commencer à ouvrir les vendredis et samedis en soirée. On réfléchit à une ouverture nocturne le week-end mais aussi à d’autres types de viande, d’autres produits. Et puis, on pense offrir un service à domicile, un service traiteur...»

 

Infos pratiques. «On mise sur la convivialité, avec une ambiance familiale. L’objectif, c’est que les gens se sentent bien quand ils viennent chez nous et qu’on leur offre un bon service et des produits de qualité. On veut que les gens mangent bien et qu’ils soient contents. On propose donc deux sauces maison et les autres sont d’une marque très connue en Belgique. On est donc ouverts tous les jours, sauf les dimanches, de 11 heures à 14h30. On a une petite équipe dynamique : Anaëlle, Aman, Sarah et Ben, qui font tout pour que l’expérience Kebab Street soit un succès pour tous ceux qui viennent chez nous. Ceux qui le veulent peuvent aussi nous suivre sur les réseaux sociaux...»