Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5-PLUS DIMANCHE

Pendant cette période de confinement, profitez de 5-Plus Dimanche, l’express, Business Mag, Weekly, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

  • Kolektif Rivier Nwar : des poules, des œufs et un appel au don
  • Jeux Olympiques 2021 : la machine se remet en marche
  • Kayne, 2 ans, souffre d’épilepsie générale : sa mère Jaya lance un appel à l’aide
  • La vie de fashionista de Zorah
  • Bien dan ou lapo
  • Quand Nata «Sing» dans le métro !
  • Le bioplastique, la solution de six jeunes contre la pollution
  • Le Top 4 des tisanes pour braver l’hiver
  • Faire son compost-maison : le guide
  • Ces entreprises qui proposent des solutions pour faire face à la crise

Karen Foo Kune et Ruben Bacha se disent «oui» : retour sur leur histoire d’amour

Plus amoureux que jamais, ils se disent oui civilement aujourd'hui.

Il y a eu une rencontre, puis les choses se sont enchaînées. C’est avec de la tendresse dans la voix que Karen Foo Kune et Ruben Bacha, qui scellent leur relation civilement ce dimanche 28 juin, nous content les chapitres de leur belle histoire d’amour.

2011. Cette année-là, Karen Foo Kune, ancienne badiste et députée du MMM, et Ruben Bacha, directeur de Ruben Racing, représentant de marques de motos de luxe à Maurice, se rencontrent pour la première fois. «J’étais allé acheter un billet au comptoir d’Air Mauritius, à Ébène, et elle est arrivée en même temps. Je ne la connaissais pas mais elle m’a tout de suite plu», se souvient Ruben. Il prend alors son courage à deux mains et aborde la jeune femme. Après s’être échangés quelques mots, l’un envoie une demande d’ami à l’autre sur Facebook. «Mais par la suite, il n’y a eu aucun message ou autre échange», précisent les deux amoureux dans un éclat de rires.

 

Les mois passent. En 2012, Karen est candidate aux élections municipales. «Je l’avais reconnue sur les affiches et je disais fièrement à qui voulait l’entendre que je la connaissais et que nous étions amis sur Facebook. Mais ce n’est pas pour autant que j’ai essayé de la contacter», explique Ruben. «À cette époque, nous étions tous les deux en couple», intervient Karen. «Donc, chacun menait sa petite vie. Depuis notre rencontre en 2011, on ne s’était pas reparlés ni recroisés durant des années.»

 

Six années s’écoulent avant que leurs chemins se croisent de nouveau. «C’était à l’occasion d’un dîner organisé par la Chinese Business Chamber à l’hôtel Méridien. Nous étions sur deux tables différentes mais nous nous sommes reconnus. À la fin du dîner, par politesse, je suis allé la saluer, comme tout bon ami sur Facebook le ferait», raconte Ruben, soutenu dans ses propos par Karen. Après cette soirée, il y a eu un premier message sur le réseau social, suivi de plusieurs autres. Mais peu de temps après, Karen s’envole pour la Chine. «Je m’y étais rendue pour un stage de trois mois afin d’apprendre le mandarin. À ce moment-là, on ne s’écrivait pas beaucoup.» En effet, Facebook étant bloqué en Chine, le contact est d’autant plus difficile, poursuit Ruben.

 

La demande

 

Mais une fois que Karen retourne au pays en octobre 2017, sa relation avec Ruben prend une autre tournure. «C’était plus facile pour nous d’établir le contact et tout s’est fait naturellement. C’est ainsi que, peu de temps après, nous avons emménagé ensemble», explique Ruben. Et la cohabitation fonctionne à merveille, ajoute Karen. Un an après, soit en novembre 2018, Ruben Bacha demande sa dulcinée en mariage lors d’un voyage à Londres. «Je me souviens de chaque moment de cette soirée. C’était la veille de notre retour à Maurice. Il m’a emmenée dîner dans un magnifique restaurant et à la fin, il a sorti la bague. Le feeling de cet instant est inoubliable. J’ai connu des moments forts à travers mes diverses expériences sportives, entre autres, mais ce moment était le plus émouvant de ma vie», s’émeut Karen. 

 

De retour à Maurice, les deux tourtereaux prévoient de se marier en 2019. Mais cette année-là, il y a eu les élections générales. «Déjà, à notre retour, on entendait parler d’une probable élection générale et que Karen aurait peut-être un ticket. Quand les législatives se sont confirmées, nous nous sommes mis d’accord de repousser le mariage. Elle a été élue, nous ne regrettons pas ce choix», assure Ruben.

 

2020. L’île est frappée la pandémie de coronavirus. «Nous avions tout prévu pour août de cette année mais, avec la situation actuelle, nous avons préféré tout suspendre car la majorité de nos amis et proches sont à l’étranger et ne pourront pas voyager», explique l’ancienne badiste. «Alors, nous nous sommes dit que nous allions officialiser notre amour civilement. Ce n’est que partie remise pour le mariage religieux», confie Ruben.

 

C’est donc ce dimanche 28 juin que le couple célèbre son mariage civil en petit comité, au Château Mon Désir de l’hôtel Maritim. «Nous sommes très complémentaires, donc cela n’a pas été difficile d’organiser ce jour spécial. D’ailleurs, ma robe, je l’ai achetée il y a longtemps mais je ne l’avais jamais portée car elle faisait trop robe de mariée. Voilà l’occasion de la sortir», rigole Karen.

 

Les amoureux ont aussi trouvé une astuce pour que tous ceux qui leur sont chers puissent être de la partie, malgré la distance. «On fera un Zoom et comme nous l’avons dit, ce n’est que partie remise pour le mariage religieux, avec la cérémonie hindoue et celle à l’église.»

 

Pour l’heure, Karen et Ruben ont hâte de vivre chaque instant de cette journée féerique. «Nous vivons actuellement dans un monde incertain mais ce qui est certain, c’est l’amour pour tout un chacun et notre désir de nous unir», confie Karen.

 

Six années se sont écoulées avant que Ruben et elle se retrouvent. Et ils ne comptent plus se lâcher…