• Mario Ponen dessine «Kuler nu ti zil»
  • Chanel, 18 ans : mon aventure dans la construction
  • Stage à Sheffield Utd : Expérience enrichissante
  • Ketty Lim Ka Lan : une belle aventure nommée Moka'mwad !
  • Swaranjali Group Grand-Bois : une histoire d’engagement
  • Son cas entendu devant le Privy Council : La longue quête de justice de Premchandra Bissonauth
  • Mo’Zar Espace Artistic : leur musique au-delà des frontières
  • Chaleur et perte d’appétit : comment y remédier ?
  • Astérix – Le secret de la potion magique | Tombons dans la marmite
  • Art martial japonais : Une fédération de kendo voit le jour à Maurice

Johnny Clegg : «Impatient de me connecter à mes fans mauriciens»

L’auteur des fameux Asimbonanga et Scatterlings of Africa, surnommé le Zoulou blanc, vous donne rendez-vous au centre Swami Vivekananda, le 13 octobre, à 20 heures, pour un concert qui s’annonce d’enfer. En attendant, il veut bien papoter un peu avec nous…

Ce n’est pas votre première fois chez nous… Quels sont vos souvenirs de votre premier show à Maurice ?

 

Oh, ça remonte à plus de 30 ans quand même. C’est bien pour cela que je reviens, pour me rafraîchir la mémoire ! 

 

Et comment vous sentez-vous à l’idée de revenir dans notre île ?

 

Je suis impatient de me connecter à mes fans mauriciens. Revenir à l’île Maurice, c’est un peu comme un cycle, un retour vers quelque chose, comme un pays qu’on a quitté bien avant.

 

Qu’allez-vous proposer pour votre concert de ce samedi ?

 

Je vais interpréter des morceaux de mes albums solos ainsi que ceux de mon ancien groupe Juluka and Savuka. Il y aura aussi des chansons de mon dernier album, King of Time. En plus, je serai accompagné de deux membres de Juluka and Savuka. L’un de mes vieux amis, Sipho, sera aussi sur scène.

 

On a beaucoup parlé de votre état de santé dans les médias et sur les réseaux sociaux. Comment vous sentez-vous actuellement ?

 

C’est vrai que j’évoque mon cancer de façon régulière, tout en parlant également de mon traitement (NdlR : Johnny Clegg combat un cancer du pancréas depuis 2015, qui s’est récemment propagé à ses poumons). Mais je me sens fort, même si je sais que ce combat est loin d’être terminé.

 

Quelle est la formule pour gérer votre maladie et une carrière artistique ?

 

Je suis un guerrier zoulou et j’ai été un guerrier depuis ma jeunesse. Je suis une personne déterminée, que ce soit pour lutter contre la maladie ou pour bosser sur des projets artistiques et musicaux.

 

Après toutes ces années, avez-vous le sentiment que votre musique a contribué au changement en Afrique du Sud et en Afrique en général ?

 

J’ai toujours choisi le mélange de styles musicaux comme un instrument pour le changement. Et je pense qu’effectivement, j’ai contribué, comme tellement d’autres, à faire sortir l’Afrique du Sud et le monde en général de l’apartheid.

 

Sinon, d’autres projets après le concert mauricien ?

 

Je veux continuer, autant que je le pourrai, avec ma tournée mondiale…

 


 

Les billets sont encore disponibles dans toutes les catégories : Gold (Rs 1 800), Retractable Premium (Rs 1 500), Silver (Rs 1 200), Retractable Standard (Rs 1 000), Retractable Lateral (Rs 900) et Bronze (Rs 700). En vente chez IMMEDIA (tel. 208 1030) et sur le Rézô OTAYO (tel. 466 9999).