• Boxe : la préparation se poursuit en Inde
  • La vie de fashionista de Mishma
  • Rachel Magon : De vive voix
  • Strabisme chez l’enfant : un trouble des yeux fréquent mais pas anodin
  • JIOI 2019 - Badminton | Stage en Chine : la présélection reste à quai
  • Rage 2 : apocalyptique et frénétique !
  • Joyeux «Joyeuses Pâques»
  • Krishna Sadasing, 19 ans, meurt dans une voiture conduite par son frère
  • Veer Lochun, 15 ans, meurt noyé | Son père : «J’étais sûr que je n’allais pas le retrouver vivant»
  • Agro-écologie | Claude et Lydia Bourguignon : pour l’amour du sol

IFM : le mardi, soyons… tarés !

Les trois joyeux complices proposent du décalé, du délirant, du taré !

Le concept est né avec trois rigolos qui voulaient s’amuser et proposer quelque chose de nouveau, dans l’assiette et sur scène. À la découverte du Mardi Taré !

Le ton est donné : on mange, on boit, on apprécie et on déconne. Bienvenue dans le délire de Mardi Taré qui propose des plats particuliers, une animation particulière, bref, une soirée délirante tous les deux mardis du mois. Le coup d’envoi a été donné le 5 mars, lors d’une soirée avec de la musique, du slam et du live painting, avec des artistes comme Norbert Planel, Kelly Ang Ting Tone, Dylan Gooriah et Olivier Sirop. L’improvisation était aussi de la partie et le public avait la possibilité de monter sur scène pour jammer ou raconter une bonne blague !

 

Le taré est donc dans le plat aussi : gram bwi comme ti gajak mais aussi une étrange boisson nommée Kouyonad (mélange de jus et de rhum), avec un platter pour deux ou quatre, garni de petites choses curieuses : du gato patat avec du curry de mouton à l’intérieur ou encore du poulet avec le Siset Poul, entre d’autres trouvailles (comme le platter veg). Des expérimentations qui ont trouvé preneurs.

 

Le concept du Mardi Taré, à l’origine, c’est trois rigolos qui veulent s’amuser, nous faire plaisir et proposer quelque chose de relaxant et de nouveau, que ce soit dans l’assiette ou sur scène : Olivier Chutel, directeur du Bozar Café de l’IFM, le traiteur à domicile Nicholas Duprat et Romi Poonoosamy, directeur de Santral Art, boîte qui est à la recherche de projets artistiques émergents. Olivier Chutel se rappelle des débuts du projet : «Cela fait un peu plus d’un an qu’on s’est installés à l’IFM. Les gens viennent surtout pour les expos, conférences, concerts, etc. On papotait avec Romi et plus tard Nicholas. On s’est dit, et si on créait un rendez-vous pour que les gens viennent profiter du Bozar Café ? Pas seulement les habitués de l’Institut mais tout le monde…»

 

Les idées se mettent en place. Le trio veut quelque chose de décalé et le mardi est choisi. «Les gens sont encore engourdis avec la reprise du boulot le lundi, le mardi ils se dégourdissent. On propose donc un moment convivial, pour déconner et se relaxer sans se fatiguer», explique Romi Poonoosamy. 

 

Enter Nicholas Duprat, bien décidé à s’amuser avec des plats pas comme les autres, pendant que Romi Poonoosamy use de ses contacts pour préparer une liste d’artistes. Justement, ils en ont goûté des plats ces trois-là ! «Il y a eu pendant plusieurs semaines des dégustations très tarées (rires). L’objectif est de surprendre le public, d’être un peu transgressif, d’offrir aussi des choses letan lontan et d’être assez taré pour enrober le tout ensemble.» Et ce n’est qu’un début puisque le chef a déjà pas mal d’autres idées en tête.

 

À l’heure où nous mettions sous presse, l’équipe n’avait pas encore trouvé de date pour la deuxième édition de Mardi Taré. Ce que l’on sait déjà, c’est que ce sera bien un mardi…