Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Mélasma : ces taches qui font de l’ombre au visage
  • Dans les marmites de Michael Korimbocus
  • Psycho-courrier : «Mon visage me dégoûte»
  • Décès tragique de Vinessen Magon, 20 ans - Sa mère Vimi : «Vaksin kinn touy mo zanfan»
  • Dr Deoraj Caussy : «Les petits sont aussi à risques, il faut les protéger»
  • Mort troublante de Keirah Esther, 15 mois, premier enfant à succomber au virus - Ses proches, entre révolte et chagrin : «Nous réclamons justice pour elle»
  • Noemi Alphonse : la fierté de son coach Jean Marie Bhugeerathee
  • Jean-Alain et Nathalie Alphonse : «Notre fille, notre force de la nature»
  • Elle atteint quatre finales et bat quatre records d’Afrique aux Jeux paralympiques de Tokyo : époustouflante Noemi Alphonse
  • Quatre pêcheurs disparaissent en mer - Les proches de Jovani Jackson : «La situation est de plus en plus angoissante»

Esha Luchoomun : sous les couleurs de l’amour

Des clichés d’un shooting organisé dans le cadre  de la fête des amoureux.

Bien dans sa tête, bien dans son corps, bien sous le feu des projecteurs... C’est ce qu’elle a appris depuis qu’elle arpente la planète mode qui l’aide, dit-elle, à se construire. Dans le cadre de la Saint-Valentin, elle a proposé un shooting qui fleure bon l’amour et la culture africaine, en collaboration avec la marque African Marquis...

Elle a le pouvoir de capter l’attention. C’est dans son regard. Dans chacun de ses gestes. Elle captive la lumière et semble s’entendre très bien avec les objectifs des caméras. Voilà quelques années déjà qu’Esha Luchoomun a décidé de faire du mannequinat son terrain de jeu... Ou plutôt son petit monde dans lequel elle grandit tout en s’épanouissant... «J'ai 18 ans et je suis étudiante en dernière année au collège. Je fais du mannequinat en parallèle à mes études. La mode, c’est ma passion et je m’exprime grâce à mes photos», confie la jeune femme, de la conviction plein les yeux. Elle sait ce qu’elle veut et elle sait surtout la direction qu’elle compte prendre et la voie qu’elle veut explorer : «Mon envie d’évoluer dans l’univers de la mode s’est révélée au début de mon adolescence. J’étais une fille assez timide et qui manquait de confiance en elle. C’est après qu’une agence de mannequin m’a approchée il y a trois ans que j’ai fait le grand saut.»

 

Depuis, la jeune Esha a pris son envol pour se découvrir et surtout se construire en pleine lumière, tout en relevant chaque challenge qui se présentait à elle : «Cela m'a aidée à vivre des expériences formidables. J’ai acquis de la maturité et j’ai appris à avoir plus confiance en moi. J’accepte mes cheveux tout comme mon corps, ce qui n’était pas du tout le cas avant.»

 

De la fierté. C’est ce qu’elle ressent lorsqu’elle regarde dans le rétroviseur du passé et qu’elle s’attarde sur son parcours : «J'ai commencé ma carrière à l'âge de 15 ans. Je ne m'attendais pas à trouver ma place dans ce monde. J'ai accompli tellement de choses en trois ans : apparition sur des panneaux publicitaires, dans des magazines et j’ai été élue meilleur top-modèle de l’année 2020 par l’hôtel Hennessy Park. Ma famille et mes amis ont été pour moi d’un grand soutien.»

 

Ce qu’elle aime le plus, c’est les nombreuses possibilités que lui apporte ce métier : «J'aime le fait de porter des créations de personnes très talentueuses. Je fais aussi tous les jours de belles rencontres. Puis, c'est pour moi un gagne-pain. Je suis très débrouillarde et indépendante grâce à ce domaine.» Et avec de l’assurance, elle va d’aventure en aventure. D’où un shooting organisé dans le cadre de la Saint-Valentin : «J'ai voulu organiser ce shooting parce que mon ami Patrice et moi partageons la même passion pour la mode. Il a aussi été d’un grand soutien depuis le début. J’ai aussi vu son amour pour la culture africaine et nous avons un intérêt commun en ce qu’il s’agit de la promotion de nos origines.» C’est sur ses racines qu’elle bâtit sa personnalité : «La culture africaine représente la racine d'un arbre pour moi. Elle est tellement riche en histoire qu'elle m'émerveille. Je ne cesserai pas de la mettre en avant. Je veux que le continent africain gagne sa place dans le concert des peuples et des nations. Je veux que nous assumions plus nos traits africains. Nos cheveux, notre peau, nos coutumes...»

 

C’est bien entourée qu’elle a pu mener à bien son projet : «La marque African Marquis est dirigée par un talentueux jeune homme : Gabriel Froid. Alors, j’ai décidé de le contacter pour collaborer avec nous sur ce projet. Je tiens aussi à souligner que Kunal Jankee a aussi joué un rôle très important dans ce projet. C’est un photographe remarquable. Je remercie aussi la talentueuse Natacha Lafleur...»

 

Trêve de bavardages... Esha invite qui le veut à découvrir ses nouvelles photos, faites dans le cadre de la fête de l’amour, célébrée ce dimanche 14 février, et qui fleurent bon la culture africaine.