• Kendo – Formation et passage de grade : Rishi Bundhoo décroche son premier dan
  • Callisto Protocol : prisonniers de l’horreur
  • Future Hope Maurice : quand les enfants chantent l’espoir
  • Collision entre une voiture et un camion : vacances meurtrières pour Dayaneebye Ganoo
  • Match de gala Maurice-Réunion : du football inclusif pour malentendants
  • Huawei Nova Y61 : de l’entrée de gamme sympa
  • Le diabète, un danger pour le cœur
  • Qatar : dans l’ambiance d’un pays en fête
  • FoodWise : des recettes gastronomiques, zéro gaspi et économiques
  • Le PM répond à leur lettre : les membres de la communauté rastafari «déçus» mais «le combat continue»

Elle est sélectionnée pour l’OplinePrize International - L’artiste Vidya-Kelie, d’origine mauricienne : «Votez pour moi !»

Son travail explore des concepts comme la confiance, la loi, les croyances, le temps, l’amour, les données, l’espace, la connaissance, les souvenirs, le magnétisme et les passions.

Une des œuvres de la jeune femme a été choisie pour concourir à ce prix d’art contemporain international. Elle nous en dit plus sur son univers, son métier et ses aspirations… 

Elle rêve d’un monde meilleur, sans frontière, où les cultures se mélangent. Et c’est à travers l’art que Vidya-Kelie Juganaikloo, d’origine mauricienne – son père, docteur en physique, est mauricien et sa mère, cantatrice lyrique, est française –, exprime ce désir. Un optimisme qui a tapé dans l’œil d’ORLAN, une artiste française qui a choisi une de ses œuvres pour l’OplinePrize International, un prix d’art contemporain international, spécialisé dans l’art digital, dont le président du jury est Maurice Benayoun.

 

L’événement a été lancé pendant La nuit blanche, lors de laquelle les galeries et musées ont ouvert leurs portes pour un soir, en particulier à Paris. «Les votes sont lancés et dureront un mois et demi environ ; un vote du jury et un vote du public. Le résultat sera dévoilé en novembre», explique la jeune femme de 38 ans. Elle lance un appel au soutien aux Mauriciens : «Votez pour moi ! Ce que je propose au concours, #SUN, c’est un outil que j’ai développé à travers des gens qui postent le hashtag SUN. Ça vient créer une sorte de carte solaire, avec plein de soleils qui apparaissent quasi instantanément, une carte du ciel qui traduit des comportements liés au téléphone. Mon œuvre représente ce à quoi #SUN est associé aujourd’hui. Une poésie contemporaine.»

 

L’art contemporain, l’art tout court, c’est justement ce qui passionne Vidya-Kelie Juganaikloo qui a étudié les beaux-arts en France. Cela lui permet d’exprimer son métissage artistique et culturel, son désir d’un monde complètement connecté, où il n’y a aucune frontière, où les cultures se mélangent. «Tous mes travaux sont liés à la connexion. Ils peuvent être polymorphes, transmédias, entre autres. Je n’utilise pas de média en particulier», précise celle qui exerce le métier d’artiste à temps plein. Ce qui n’est pas toujours facile d’un point de vue financier mais Vidya-Kelie Juganaikloo s’accroche : «Les valeurs tiennent la barre. Quand l’on croit en quelque chose, ça dépasse l’économie. L’on est comme dans une sorte de mission et on se donne à fond dans cette mission. Pour être solide dans ce métier, il faut aussi avoir des pièces solides, qu’on peut défendre. Il faut avoir les mots, les références, connaître l’histoire de l’art, pour que le travail soit compris.»

 

«Éveiller les consciences»

 

Sa mission à elle, c’est d’ouvrir les pensées à travers l’art, la culture. «J'ai toujours eu une relation aux choses très optimiste. En tant que métisse, c’est une porte énorme qui s'ouvre pour la création d'un monde meilleur. L’art vient nourrir un espoir gigantesque. Il peut éveiller les consciences. Ça passe, avant tout, par une grande confiance en l’humanité. Finalement, l’art est le terrain qui me donne le plus de liberté pour expérimenter, proposer et parler de tout ça», confie notre interlocutrice qui a, à cœur, de renforcer ses liens avec Maurice. «Je fais souvent le va-et-vient entre l’île et la France. Je prépare d’ailleurs un prochain voyage à Maurice.»

 

Pour Vidya-Kelie, invitée à prendre la parole lors d’un symposium en juin, en Suisse, l’OplinePrize International est «hyper important» : «C’est magnifique d’avoir rencontré ORLAN à ce moment-là de ma carrière, d’être choisie par elle est un honneur intergalactique, un apprentissage tant artistique que féministe et surtout une connexion puissante !» La jeune femme propose une série d’échanges autour de phénomènes sensibles comme des outils de communication. Son travail explore des concepts comme la confiance, la loi, les croyances, le temps, l’amour, les données, l’espace, la connaissance, les souvenirs, le magnétisme et les passions, à travers des œuvres conceptuelles qui se déploient sous la forme de connexions intimes entre l’artiste, l’œuvre et le spectateur.

 

Vous l’aurez compris, la jeune femme compte sur vos votes. Pour ce faire, vous pouvez vous rendre sur le site de l’OplinePrize International : https://bit.ly/3fuOFZk ou visiter son site Web, https://bit.ly/3y3m57T, pour en savoir plus sur son univers. Un monde rempli d’espoir d’un avenir meilleur…