Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • L’affaire du «bébé décapité» à l’hôpital de Pamplemousses - Vicky et Sweta : «Nous n’arrivons toujours pas à faire le deuil de notre enfant»
  • Elle fait face pour la seconde fois à un cancer - Diane Colimalay : «Je ne peux pas me résoudre à laisser une maladie me dominer»
  • Moi, survivant du cancer...
  • En convalescence après avoir été poignardé par sa compagne - David Azie, 28 ans : «Nou finn pardonn nou kamarad»
  • EURO 2020 : Les coaches mauriciens sur le grill
  • EURO 2020 : Les pronostics des jeunes fans
  • Séquestré et battu à mort à Karo Kalyptis : Desveaux Augustin, victime d’un règlement de comptes sur fond de trafic de drogue ?
  • My Body, My Choice, My Voice : ils s’unissent contre la vaccination obligatoire
  • Accidents fatals : des nouvelles victimes, des familles dévastées par la douleur
  • JO 2021 - Haltérophilie : Roilya Ranaivosoa qualifiée pour Tokyo

Bhairavaa Thappu Group : école de percussions et de transmissions

 Vealan et ses amis veulent transmettre aux plus jeunes les connaissances acquises auprès de Mames Jogon.

Religieux, musical, artistique. Cela fait 13 ans, cette année, que le Bhairavaa Thappu Group sillonne l’île pour vous accompagner dans les kovils avec des chants religieux, lors des cérémonies et prières. Or, toute l’équipe a de la suite dans les idées puisque, depuis peu, elle a commencé à donner des cours de thappu, la percussion traditionnelle, à 12 enfants, à The Vale. Ainsi, chaque cinq mois, le groupe va se poser dans un endroit de l’île pour cette transmission.

 

Vealan Godon, tête pensante du Bhairavaa Thappu Group, qui aide aussi à la décoration des kovils, nous en dit plus. «Cette idée est venue un peu toute seule et était plus ou moins dans nos projets. On y a beaucoup pensé lorsqu’on a fondé le groupe. On était à quatre collégiens à l’époque et petit à petit, plusieurs autres se sont joints à nous. Mais surtout, on avait un mentor en la personne de Jaganaden Coopen que l’on connaît plus comme Mames Jogon. C’est ce grand monsieur qui nous a tout appris sur le thappu. Et c’est avec cet objectif de transmission d’un savoir-faire traditionnel que nous avons mis en place ces leçons de cinq mois.»

 

Des cours qui répondent aussi à une demande, poursuit notre interlocuteur : «On nous demandait souvent, lors de nos prestations, si l’on ne donnait pas des cours et ça nous a confortés à l’idée de nous lancer pour enseigner aux plus jeunes. Outre le thappu, les enfants apprennent des valeurs comme l’organisation collective et l’amitié.»

 

Après The Vale, Vealan Godon, qui fabrique lui-même ses instruments, devrait se rendre dans les environs de Port-Louis avec le Bhairavaa Thappu Group. Guettez la page Facebook de la formation pour en savoir plus.