• FA Cup | Man Utd vs Liverpool : dans l’oeil du cyclone
  • Lupin sur Netflix : Omar, voleur aimé et mal-aimé
  • Des mots et des manigances…
  • Mais qui sont Hansel et Gretel… d'«Hansel and Gretel» ?
  • Enquête judiciaire sur la mort de Soopramanien Kistnen : Les révélations fracassantes de Pooveden Subbaroyan
  • Sharon Dukhi, 29 ans, meurt à l’hôpital à cinq mois de grossesse | Nitish : «J’accuse le personnel soignant d’avoir laissé mourir ma femme»
  • Shehad Calluchun, 15 ans, succombe à ses brûlures après une fuite de gaz | Son père Mozaheed : «Nou aksepte sa desizion Bondie-la mem si li bien dir»
  • Quand Linzy et Elijah revisitent «Le roi lion»
  • J’aime/J’aime pas | Bridgerton sur Netflix : sex-appeal contre toxicité
  • Vol avec violence dans la capitale | Celui qui a maîtrisé le malfrat : «Je voulais seulement aider la victime»

Bhairavaa Thappu Group : école de percussions et de transmissions

 Vealan et ses amis veulent transmettre aux plus jeunes les connaissances acquises auprès de Mames Jogon.

Religieux, musical, artistique. Cela fait 13 ans, cette année, que le Bhairavaa Thappu Group sillonne l’île pour vous accompagner dans les kovils avec des chants religieux, lors des cérémonies et prières. Or, toute l’équipe a de la suite dans les idées puisque, depuis peu, elle a commencé à donner des cours de thappu, la percussion traditionnelle, à 12 enfants, à The Vale. Ainsi, chaque cinq mois, le groupe va se poser dans un endroit de l’île pour cette transmission.

 

Vealan Godon, tête pensante du Bhairavaa Thappu Group, qui aide aussi à la décoration des kovils, nous en dit plus. «Cette idée est venue un peu toute seule et était plus ou moins dans nos projets. On y a beaucoup pensé lorsqu’on a fondé le groupe. On était à quatre collégiens à l’époque et petit à petit, plusieurs autres se sont joints à nous. Mais surtout, on avait un mentor en la personne de Jaganaden Coopen que l’on connaît plus comme Mames Jogon. C’est ce grand monsieur qui nous a tout appris sur le thappu. Et c’est avec cet objectif de transmission d’un savoir-faire traditionnel que nous avons mis en place ces leçons de cinq mois.»

 

Des cours qui répondent aussi à une demande, poursuit notre interlocuteur : «On nous demandait souvent, lors de nos prestations, si l’on ne donnait pas des cours et ça nous a confortés à l’idée de nous lancer pour enseigner aux plus jeunes. Outre le thappu, les enfants apprennent des valeurs comme l’organisation collective et l’amitié.»

 

Après The Vale, Vealan Godon, qui fabrique lui-même ses instruments, devrait se rendre dans les environs de Port-Louis avec le Bhairavaa Thappu Group. Guettez la page Facebook de la formation pour en savoir plus.