Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Vente illégale de vieille ferraille, pollution, routes impraticables… : Les habitants de Rughooputh Lane, Quatre-Bornes, montent au créneau
  • Festival du Livre de Trou-d’Eau-Douce : trois bonnes raisons d’y aller
  • Champions de cross-country - Rencontre avec Sébastien et Christopher Bonnapen : deux frères, une seule passion
  • Yogesh Siraz, côté jardin
  • Santé oculaire : ENL sensibilise les pêcheurs
  • Sahib Meerhossen condamné à perpétuité après l’assassinat de Lara Rijs - Son épouse Nazmeen : «Santans-la tro lour»
  • Ces Mauriciens «so in love» de La Casa de Papel
  • Athlétisme - Charge provisoire de détournement de fonds : Vivian Gungaram accusé et soutenu
  • Met Gala : attention les yeux !
  • À Montréal : quand la vie se conjugue avec la Covid-19

Tour de France 2021 - Alexandre Mayer : «Pogacar mérite sa victoire»

Le cycliste mauricien suit avec beaucoup d'intérêt cette compétition et espère qu’un jour un compatriote soit dans le peloton.

C’est avec un grand appétit que le champion de Maurice suit l'édition 2021 de la Grande boucle. L’occasion pour lui de nous dire son appréciation sur celui qui va être sacré aujourd’hui sur les Champs-Elysées.

Un champion qui commente un autre champion. Ça nous donne un autre éclairage sur le triomphe annoncé du Slovène Tadej Pogacar (UAE-Team Emirates) dans l'édition 2021 du Tour de France, qui prend fin aujourd’hui avec une balade finale dans les rues de Paris.

 

A moins d’une défaillance, on voit mal le tenant du titre perdre son bien aujourd’hui, après avoir endossé le maillot jaune depuis la 8e étape. La concurrence n’a pu suivre le rythme et certains ont jeté l'éponge à l’image de du Slovène Primoz Roglic. Une réplique était attendue de la part des Jonas Vingegaard, Richard Carapaz, Julian Alaphilippe ou Mathieu van der Poel mais à 22 ans Tadej Pogacar avait pris le soin de tout verrouiller depuis la première semaine.

 

Tout cela est suivi par les amateurs de la petite reine à travers le monde, y compris chez nous, pendant ces trois semaines. Alexandre Mayer, le champion de Maurice toutes catégories (route et VTT) et sociétaire du nouveau club BRSC-CSI Energy, figure parmi ceux qui restent scotchés devant leur écran chaque après- midi pour suivre le déroulement des étapes du Tour de France. Pour le coureur mauricien, qui est monté en puissance ces dernières années, Tadej Pogacar mérite, amplement, ce sacre dans cette Grande Boucle après ses démonstrations de force dans les épreuves de montagne.

 

«Sauf chute ou incident mécanique, il devrait remporter son 2e tour. Mais je pense qu’il était au-dessus cette année, même si Primoz Roglic et Geraint Thomas sont tombés. Je pense que seul Primoz Roglic était en mesure de le battre sur ce tour. Mais pour revenir à Tadej Pogacar il est impressionnant sur tous les terrains. Il se place bien, est fort en contre-la- montre, est sûr de lui en montagne. Il mérite sa victoire», commente celui qui, en 2020, a remporté le Tour de Maurice, les championnats nationaux sur route et de VTT et le Colin Mayer Tour.

 

On se souvient que l'année dernière, Tadej Pogacar était resté dans les roues de son compatriote, Primoz Roglic, au classement général, jusqu'à l'avant-dernière étape. Outre ses qualités de coureur, Tadej Pogacar a pris les devants cette fois dès la première semaine, analyse notre interlocuteur. «Je pense qu’il a des qualités physiques exceptionnelles, son placement est bon, et il a une grande confiance en lui pour pouvoir être maillot jaune et attaquer aussi souvent. L'édition 2021 n'était pas plus difficile que celle de 2020 pour lui, même si un tour n'est jamais facile et gagné d'avance. Il était déjà présent lors de la première semaine et a une avance considérable sur la concurrence», ajoute Alexandre Mayer.

 

Ce dernier, qui espère voir un jour un Mauricien dans le peloton du Tour de France, a aussi été impressionné par le Danois Jonas Vingegaard, qui a offert une belle résistance à Tadej Pogacar mercredi et jeudi en montagne et le toujours en verve britannique Mark Cavendish (vainqueur de quatre victoires d'étapes). «Personne ne les attendait là où ils sont aujourd'hui,» souligne le médaillé d’or aux Jeux des îles de l'océan Indien 2019 dans la course en ligne.

 

Comment ne pas demander à Alexandre Mayer son avis sur la prestation de Chris Froome, une connaissance du cyclisme mauricien pour avoir remporté le Tour de Maurice 2006 avant de s’embarquer dans une carrière professionnelle. Le quadruple vainqueur du Tour de France (2013, 2015, 2016 et 2017) a été victime d’un grave accident en 2019, à quelques jours du rendez-vous de la Grande Boucle, et n’a pas encore retrouvé son niveau depuis son retour.

 

Déjà le revoir dans une grande compétition est un exploit, dira le cycliste mauricien. «C'est déjà incroyable qu’il soit revenu dans le peloton professionnel, beaucoup de personnes qui regardent le tour disent qu'il est fini et qu'il aurait dû arrêter, mais ce sont  des personnes qui ne comprennent pas grand-chose au cyclisme et au sport de haut niveau. Ensuite de là à regagner un tour, je ne pense pas, car le niveau de Pogacar et des autres est impressionnant, mais pourquoi pas revenir pour gagner des étapes ou faire un bon classement général oui.»

 

Les coureurs auront à parcourir 108,4 kilomètres aujourd’hui depuis Chatou dans les Yvelines. Ils passeront notamment par Saint-Cyr-L’Ecole, Versailles, Meudon avant l’arrivée au Quai d’Issy à Paris direction les Champs-Elysées. Avec en conclusion un Tadej Pogacar qui va s’offrir une deuxième couronne.

 


 

L’ombre du dopage

 

Il continue de se défendre. Le maillot jaune du Tour de France Tadej Pogacar, vainqueur de la 18e étape et solide leader du classement général, a une nouvelle fois réfuté ce jeudi les suspicions de dopage, liées notamment à la présence dans son entourage de Mauro Gianetti. «Quand j'ai rencontré Mauro, il a été très sympathique avec moi, c'est une bonne personne», a déclaré le leader slovène d'UAE au sujet de son patron. Aujourd'hui à la tête d'UAE Team Emirates, Mauro Gianetti est l'ancien responsable de la défunte équipe Saunier-Duval dont les chefs de file ont eu maille à partir avec les autorités antidopage (Ricco, Piepoli, Cobo, Mayo) à la fin de la décennie 2000. «Je pense que ce qui s'est passé appartient au passé. Le nouveau cyclisme est un sport bien plus beau qu'auparavant», a avancé le maillot jaune et meilleur jeune, qui s'est aussi emparé du maillot à pois. Mais «Je ne peux parler qu'en mon nom», a-t-il conclu. Interrogé sur ses propres performances lors de la première journée de repos le 5 juillet, Pogacar avait invoqué les nombreux contrôles antidopage dont il faisait l'objet.