• Football : Cercle de Joachim concerné par une autre affaire
  • Le bénéfice du doute accordé aux tortionnaires présumés d'Iqbal Toofanny ] Sa veuve : «Cela ne veut pas dire que ces policiers sont innocents»
  • Double explosion à Beyrouth ] Salem Beydoun, consul honoraire de Maurice au Liban : «C’est un cauchemar»
  • Naufrage du Wakashio : un océan de chagrin
  • Hippisme - Barbé 2020 : White River : The Classic Winner
  • L’image d’un échec !
  • Cérémonie pour ceux décédés pendant le confinement - Jeff Clark : hommage à mon père
  • PatKat Professional Hairstylist : avec Patricia Kathan, ça décoiffe !
  • Elle l’avait projetée à terre lors d’une dispute : Vanessa Curpen écope de cinq ans de prison pour le meurtre de son bébé
  • Douleurs de l’hiver : Comment y remédier ?

Tir à l’arc : Henri How, son expertise au service des non-initiés

Henri How met son expertise au service des personnes qui débutent au tir à l’arc.

Le tir à l’arc a, toujours, été son dada. Depuis l’enfance, Henri How voue une passion pour l’arc et la flèche. Archer chevronné, il fait partie de l’élite mauricienne de l’arc à poulie. Le Portlouisien tient, aujourd’hui, la seule boutique du pays spécialisée dans la vente d'équipements de tir à l'arc.

Ouvert en 2016, Bluepex Innovations Trading, situé à la rue Emmanuel Anquetil à Port-Louis, est avant tout une affaire de famille. Ce magasin destiné à la vente de jouets pour enfants s’est également tourné vers le commerce des équipements pour le tir (arcs, flèches et autres accessoires).

 

Cette diversification vient en grande partie de la passion d’Henri How pour ce sport. Il faut savoir que les équipements adaptés à cette discipline ne sont pas fabriqués à Maurice.

 

Si les archers chevronnés sont habitués aux commandes en ligne et savent où et quoi s’en procurer, les débutants ont des fois quelques soucis, et c’est là qu’intervient notre grand bonhomme un peu timide.

 

«Je veux, avant tout, aider les archers qui débutent, et ceux qui ont des difficultés à se procurer des équipements. Les accessoires pour le tir à l’arc doivent être importés. Des fois, on se fait arnaquer. Le produit commandé n’est pas celui qui est livré. J’ai vécu cela et je ne veux pas que d’autres personnes vivent de telles mésaventures. C’est en voulant aider les nouveaux que tout a commencé. En même temps cela me permet de conseiller et d’orienter les personnes qui débutent dans ce sport», commente Henri How.

 

Sa petite boutique est très connue dans le milieu de la discipline et en même temps apporte sa contribution au développement de ce sport dans le pays. On y trouve tout ce dont un archer a besoin : des arcs, des flèches, des carquois, des viseurs, des cibles, des blasons, des plumes, des encoches, des cordes, des palettes, des pointes et des sacs.

 

Ayant une formation d’encadreur de niveau 1, Henri How connaît bien les rudiments de ce sport, et, à sa manière, participe à l’épanouissement d’un sport qui essaie par tous les moyens de se développer dans le pays. Il oriente également les non-initiés vers les clubs licenciés de la Fédération mauricienne de Tir à l’Arc (FMTA).

 

Avec la pandémie du Covid-19, le magasin était fermé depuis le 28 mars dernier, avant d’ouvrir à nouveau aussitôt la situation redevenue à la normale. Le contexte économique difficile oblige, les gérants ont une nouvelle fois dû improviser en se diversifiant avec la vente des produits indispensables du moment comme les gels hydro-alcooliques, les gants et les masques entre autres. Mais cela n’a pas empêché la crise d’avoir eu un impact sur ce business familial.

 

«C’était une pause forcée, et nous avons profité de ce moment pour réfléchir sur la reprise, et, en même temps, travailler sur des projets qui étaient en attente. Ça nous a permis de passer plus de temps en famille, mais, en même temps, c’était un peu compliqué de se retrouver au chômage technique. Le magasin, c’est plus une passion pour moi, car j’ai aussi un emploi comme informaticien dans l’hôtellerie. Avec l’arrêt de toutes les activités, c’était un moment difficile à passer. Heureusement, il y a le soutien de la famille, et en se serrant les coudes, nous avions pu nous en sortir. Mais je pense qu’il y a des gens pour qui c’était encore plus dur à vivre», souligne ce père de famille de 42 ans.

 

Un sport de précision

 

Maintenant que les choses commencent à reprendre petit à petit dans le pays, Henri est impatient de se lancer sur le champ de bataille. Durant le confinement, l’athlète n’est pas resté les bras croisés. Habitué à s’exercer sur une distance de 8m à la maison, ce résident de Vénus, Bell-Village, a, comme tout sportif de haut niveau, poursuivi ses entraînements afin de garder la forme. Mais comme tous compétiteurs, la compétition lui manque et le spécialiste de l’arc à poulie n’a qu’une seule envie : tirer à nouveau sur des cibles à 50m, la distance officielle pour des compétitions dans la catégorie.

 

Le tir à l’arc a toujours passionné Henri How depuis son enfance. «A chaque fois que je passais devant le centre pour personnes handicapées à Grand-Rivière-Nord-Ouest, je voyais une cible installée dans la cour. Mais je n’ai pas pu me lancer car j’avais d’autres priorités à l’époque», explique l’archer.

 

Finalement, c’est sa rencontre avec Anwar Peer qui lui permet de se jeter dans le bain. Un début qui a marqué la vie de l’athlète. «C’était impressionnant, j’ai tout de suite trouvé ça très beau, car le tir à l’arc c’est un sport de précision tout comme mon travail en informatique et j’aime bien ça. Mais pour progresser il faut beaucoup de sacrifice, de pratique et une bonne dose de patience», atteste Henri How.

 

L’apprenti-archer fera ses débuts au club de Stellmoor en 2012 avant d’obtenir sa licence FMTA en 2013. A ses débuts, il est initié à l’arc classique, mais, quelques mois plus tard, on lui fait passer à l’arc à poulie et là c’est le coup de foudre.

 

«Comme on aime dire dans le milieu, je suis passé du côté obscur», lance Henri How sur un ton amusé avant de poursuivre,  même si on aime faire l’arc à poulie, il est primodial de passer par le classique. C’est la base même de la discipline. Les formations que j’ai eues m’ont appris qu’il est indispensable de maîtriser le côté classique, car cette expérience est très importante pour se perfectionner en poulie», souligne celui qui est membre du club d’Artémis maintenant.

 

Aujourd’hui, Henri How fait partie des meilleurs éléments de la catégorie élite hommes à Maurice. Très actif sur le circuit national, il a, en quelques années, acquis des victoires et des places d’honneur dans des compétitions organisées par la FMTA.

 

Il a également représenté le pays dans des tournois internationaux comme les Championnats d’Afrique de 2016 en Namibie où il a fait 7e. Il a une médaille d’argent en équipe, avec la sélection mauricienne au South African Archery International en 2017 et a participé à la Coupe du monde de Berlin en 2019.

 

La venue du Covid-19 en 2020 a contraint le sportif à mettre ses plans en veilleuse. Il espère, néanmoins, retrouver la compétition sur le plan local quand la situation sera sans danger pour les compétiteurs. En attendant, il prépare déjà la saison 2021 et espère avoir la chance de retrouver à nouveau la scène internationale.