• FA Cup | Man Utd vs Liverpool : dans l’oeil du cyclone
  • Lupin sur Netflix : Omar, voleur aimé et mal-aimé
  • Des mots et des manigances…
  • Mais qui sont Hansel et Gretel… d'«Hansel and Gretel» ?
  • Enquête judiciaire sur la mort de Soopramanien Kistnen : Les révélations fracassantes de Pooveden Subbaroyan
  • Sharon Dukhi, 29 ans, meurt à l’hôpital à cinq mois de grossesse | Nitish : «J’accuse le personnel soignant d’avoir laissé mourir ma femme»
  • Shehad Calluchun, 15 ans, succombe à ses brûlures après une fuite de gaz | Son père Mozaheed : «Nou aksepte sa desizion Bondie-la mem si li bien dir»
  • Quand Linzy et Elijah revisitent «Le roi lion»
  • J’aime/J’aime pas | Bridgerton sur Netflix : sex-appeal contre toxicité
  • Vol avec violence dans la capitale | Celui qui a maîtrisé le malfrat : «Je voulais seulement aider la victime»

Tennis de table : Nikhil Desscann, l’étoile montante du ping-pong

A 9 ans, Nikhil Desscann a déjà fait mieux que ses parents Arlti et Rajessen en remportant un titre de champion de Maurice chez les poussins.

En remportant le championnat de Maurice le 5 décembre, Nikhil Desscann a révélé son talent naturel de joueur de ping-pong. Comme ses parents, Rajessen et Arlti, il est bien parti pour inscrire son nom parmi les grands de la discipline.   

Bon sang ne saurait mentir. Le petit vient d’une lignée de pongistes. Rajessen et Arlti Desscann ont fait la fierté de Maurice dans le passé. Place maintenant à Nikhil, leur fils aîné. Ce dernier s’est révélé le 5 décembre lors des championnats de Maurice juniors et vétérans. Le jeune garçon a remporté le titre de champion de Maurice chez les poussins.

 

Devenir champion national à 9 ans seulement, et à sa première participation dans un tournoi où sont réunis les meilleurs pongistes du circuit, requiert une grande force de caractère, et, aussi une bonne maîtrise technique, comme le confie Allan Arnachellum, l’entraîneur national.

 

«Ce garçon est à suivre dans les prochaines années. C’est bien la première fois dans ma carrière de joueur et d’entraîneur que je vois un jeune jouer au ping-pong avec autant de facilité. Ses adversaires aussi étaient bons mais Nikhil était dans une autre dimension. J’ai eu la chance de taper la balle avec lui, en quelques occasions, et on voit tout de suite qu’il a le ping-pong dans le sang», commente d’Allan Arnachellum.

 

Selon lui, si Nikhil Desscann continue à impressionner il pourrait bien avoir sa place dans le pôle- jeune et par la suite intégrer l’équipe nationale.

 

Nikhil est aussi un grand passionné du ballon rond. Fan de Liverpool, le garçonnet est le capitaine de son équipe de football à l'école.

 

«Il y aura aussi des défaites»

 

Deux semaines avant la compétition en tennis de table, il a remporté un tournoi de foot à l’école et en bon capitaine c’est lui qui a gardé le trophée du vainqueur. Il fait de la natation, et a, récemment, participé au gala organisé par le Mauritius Gymkhana Club. C’est également un fan de roller. Un  véritable touche-à-tout.

 

«Nous l’encourageons à découvrir plusieurs disciplines», soutient Rajessen Desscann. Sa mère, Arlti, ne s’en étonne pas plus : «Nous essayons de varier ses activités afin qu’il découvre qu’il y ait d’autres disciplines mais comme le ping-pong est bien ancré dans la famille, car son père et moi étions joueurs et son cousin, Ryan et sa cousine, Ivana le sont aussi, c’est sûr qu’à un moment il allait s’y mettre lui aussi», confie la mère de famille.

 

La consécration du garçonnet laisse ses parents admiratifs. Ces derniers concèdent qu’ils n’ont jamais remporté de titres nationaux aussi tôt dans leur carrière sportive. Nikhil Desscann s’est intéressé au tennis de table en regardant ses parents jouer à la maison. Ces derniers ont installé une table de jeu lorsqu’ils ont aménagé une salle de sport dans leur demeure à Curepipe.

 

«Nous avons commencé à l’encadrer à la maison. Depuis sa victoire, il est devenu un exemple pour son jeune frère Nishan qui s’y est lui aussi mis», révèle le père de famille. «Maintenant qu’il fait de la compétition, et a goûté à la victoire, c’est sûr qu’il va vouloir continuer, mais, en même temps, nous allons lui faire comprendre qu’il n’y a pas que des victoires. Il y aura aussi des défaites. A lui de faire les efforts qui s’imposent», embraie Arlti. 

 

«S’il veut aller plus loin, le chemin sera long et  il faudra faire des sacrifices», insiste le père qui est technical manager de l’Association mauricienne de tennis de table.

 

Grand amateur de jeux vidéo, notamment sur sa PS4, et d’animaux, Nikhil Desscann est bien encadré et a tout ce dont il a besoin, s’il a envie de faire carrière dans le ping-pong mauricien. Celui qui fréquente la Clavis International School à Moka est à suivre lors des prochaines années.