• United Colors : Zulu annonce la couleur
  • Shotokan Martial Arts Federation (SMAF) : Couvre-feu sur les compétitions à l’étranger
  • Meurtre de Ritesh Gobin, 11 ans, en 2018 : le meurtrier présumé Sachin Tetree sur le banc des Assises
  • Kesweena Tacoorpersand et Uzma Peeroo : des femmes au cœur des chantiers
  • Manan Fakoo tué par balles : la terrible fin d’un homme au passé tumultueux
  • Zones d'ombre autour de la mort de Kanakiah et Kistnen : deux veuves à la recherche de la vérité sur la mort de leur mari
  • Décès du triathlète Jayrajsing Hazareesing au Morne | Son épouse : «C’était un homme exemplaire»
  • FA Cup | Man Utd vs Liverpool : dans l’oeil du cyclone
  • Lupin sur Netflix : Omar, voleur aimé et mal-aimé
  • Des mots et des manigances…

Suspendu par la FIFA : Ahmad Ahmad embarrasse Maurice

Le président de la CAF a écopé d'une suspension de 5 ans à quelques mois des élections et va faire appel. Il a toujours bénéficié du soutien du président de la MFA, dont le nom est cité comme étant un de ceux qui auraient bénéficié de la générosité de son grand ami.

Le couperet est tombé durant la semaine. La chambre de jugement de la Commission d’Éthique indépendante de la FIFA a jugé le Malgache Ahmad Ahmad, président de la Confédération africaine de Football (CAF) et vice-président de la FIFA, coupable d’avoir enfreint les articles 15 (Devoir de loyauté), 20 (Acceptation et distribution de cadeaux ou autres avantages) et 25 (Abus de pouvoir) de l’édition 2020 du Code d’éthique de la FIFA, ainsi que l’article 28 (Détournement de fonds) de son édition 2018. Ce qui a valu au président de la CAF une suspension de cinq ans de toute activité sportive, et une amende de 75 000 dollars. Véritable claque pour Ahmad Ahmad, à quelques mois des élections à la tête de la CAF, et de ses ambitions d’avoir un deuxième mandat. Il a annoncé qu’il fera appel de cette sanction devant le Tribunal arbitral du sport (TAS), situé à Lausanne.

 

La FIFA a établi, sur la base des informations recueillies par la chambre d’instruction, qu’Ahmad Ahmad avait manqué à son devoir de loyauté, accordé des cadeaux et d’autres avantages, géré des fonds de manière inappropriée et abusé de sa fonction de président de la CAF. L’enquête a porté sur diverses questions liées à la gouvernance de la CAF, ses accointances avec l’entreprise d’équipement sportif Tactical Steel dont, l’organisation et le financement d’un pèlerinage à La Mecque, et d’autres activités. Ce voyage est perçu comme une démarche pour avoir le soutien des bénéficiaires.

 

C’est ce volet qui intéresse la partie mauricienne puisque le nom du président de la Mauritius Football Association (MFA), Samir Sobha, figure parmi les bénéficiaires de voyages aux frais de la CAF. Plusieurs documents ont fuité dans la presse étrangère et son nom figure en bonne place parmi la vingtaine de président de foi musulmane des autres fédérations de football en Afrique.

 

Ce n’est un secret pour personne que le président de la CAF et de la MFA sont très proches. Une proximité qui trouve sa source grâce aux liens professionnels des deux hommes dans le secteur de la pêche. Ahmad Ahmad a été le ministre de la pêche pendant un laps de temps avant d'accéder à la tête de la CAF en 2017. Samir Sobha a publiquement accordé son soutien et fait campagne pour son partenaire en affaires, tout en versant une larme lors de la proclamation des résultats. Et comme pour lui retourner l’ascenseur, le président de la MFA est élu membre de l'exécutif de la CAF en juillet 2019.

 

Cette proximité, voire amitié, est confirmée par des visites d’Ahmad Ahmad à Maurice avec des séjours dans un hôtel cinq étoiles aux frais de la MFA. Ou encore la présence de l’homme fort de la CAF au mariage du fils d’un autre dirigeant en vue de la MFA. Fidèle à son habitude, la MFA ne pipe pas un mot sur la suspension d’Ahmad Ahmad malgré que plusieurs voix s'élèvent pour réclamer des comptes voire la démission du président de la MFA.

 

Ce dernier est, aussi, au cœur d'autres tempêtes qui ternissent davantage l’image du football mauricien. Comme nous l’avons révélé dans notre dernière édition, la MFA a été mise à l’amende par la FIFA dans le sillage des malversations commises par le club Cercle de Joachim dans le transfert des joueurs malgaches. Les deux, qui ont Samir Sobha comme point commun en sa capacité de dirigeant, ont écopé d'une amende de 10 000 francs suisses (environ Rs 430 000) en mai 2020 et cette information d'intérêt public et national n’a pas été ébruitée depuis Trianon. Ce que certains qualifient de «Joachim Gate» fait l’objet d’une enquête policière menée par la CCID depuis plusieurs semaines.

 


 

Subventions aux clubs à la baisse

 

Il fallait s’y attendre Covid-19 oblige. L’information a été annoncée par la MFA aux clubs et aux comités régionaux que la subvention financière qu’accorde annuellement le gouvernement a été revue à la baisse pour la saison 2020/21. Ainsi, les clubs de la Super League vont obtenir Rs 600 000 au lieu de Rs 1,2 M, ceux en D1 et D2 vont obtenir Rs 250 000 et Rs 200 000 respectivement au lieu de Rs 500 000 et Rs 400 000. Idem pour les comités régionaux qui vont recevoir que Rs 100 000 à la place de Rs 200 000. Une décision qui irrite beaucoup de dirigeants, à l'instar de Jayesh Rampadarath (GRSE Wanderers). «Comment le gouvernement peut-il dépenser Rs 400 millions pour 2 minutes de publicité avec Liverpool pour soi-disant attirer des touristes, alors que nos frontières sont fermées, et que la subvention accordée aux clubs locaux coûte Rs 25 millions ? Il prive quelque 1 500 familles de vivre du football, ce qui empêche les jeunes de tomber dans des fléaux de la société», tempête-t-il.