Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Adilla Diouman-Mosafeer : «Pour avancer positivement, nous devons sortir de notre zone de confort et être créatifs»
  • Décès tragique de Bhoomi, 14 ans, neuf ans après l’assassinat de sa mère : l’horrible destin des sœurs Ramotar
  • Evénement : visite d’une sommité de l’athlétisme
  • Un arbitre mauricien à la CAN 2021 - Shabneez Heeralall : «Mon époux, ma fierté»
  • Thaipoosam Cavadee : quand ferveur rime avec restrictions sanitaires
  • Le couple Persand dédommagé de Rs 1,5 M après une négligence médicale - Ganeshan, père du nourrisson décédé : «Nous aurions préféré que notre enfant soit là»
  • Élections régionales : les Rodriguais en quête de progrès
  • Législatives 2019 - Vers un «recount» au n° 19 : les chiffres du rebondissement
  • Une énième «unité» pour affronter le pouvoir !
  • Campagne de vaccination contre la Covid-19 : entre sursis et accélération

Muay Thaï : Après l’effort, le travail continue

Après avoir conquis l’Afrique, ils espèrent faire trembler le monde.

Ils ont frappé fort en Afrique. Lavesh Quedou Jean-Philippe Sansfaçon et Dean Akshaye Naeck ont désormais les yeux rivés sur Bangkok après avoir ramené trois médailles (une d'or et deux d’argents) d'Égypte.

Pas le temps de chômer. A peine rentrés à Maurice durant la semaine, nos représentants aux derniers championnats d’Afrique se sont remis à l’entraînement pour un autre gros rendez-vous prévu dans quelques jours.

 

Lavesh Quedou, Jean-Philippe Sansfaçon, Dean Akshaye Naeck, qui ont ramené dans leurs bagages une médaille d’or et deux d’argent, ont le regard fixé sur les championnats du monde de muay thaï, qui auront lieu à partir du 4 décembre à Bangkok (Thaïlande). Ils ont été accueillis avec les honneurs par les membres de la Mauritius muay thaï federation (MMF), dont le comité exécutif vient d’être renouvelé.

 

C’est Lavesh Quedou qui a fait flotter haut le quadricolore en Egypte le week-end dernier en remportant la médaille d’or dans la catégorie des -60kg sur tapis vert en finale, suite au forfait de son adversaire.

 

La chance était de son côté puisqu’il s’était qualifié directement. Jean-Philippe Sansfaçon et Dean Akshaye Naeck ont, eux, accédé avec brio en finale mais sont tombés sur plus forts chez les +91 kg et -71 kg respectivement. Cela permet à l’équipe mauricienne, entraînée par Vimen Sabapati et Jonathan Gabriel Boom, de prendre la quatrième place au classement général, derrière le Maroc, l’Egypte et le Soudan sur les 13 pays en lice.

 

Le succès de l’équipe mauricienne fait le bonheur de la MMF et vient récompenser un travail de longue haleine, comme le confie le président Sham Seetaram. Ce dernier, qui a obtenu un deuxième mandat à la présidence, souligne que les trois boxeurs s’entraînent depuis plusieurs années et comptent plusieurs titres nationaux. «Si Jean-Philippe Sansfaçon est dans le circuit depuis 15 ans et participe à des compétitions nationales par contre Lavesh Quedou et Dean Akshaye Naeck y sont depuis 5 ans. Grâce à leur travail et le soutien du staff technique, cela a fini par payer. Nous nous attendions à ce que Maurice obtienne une médaille de bronze mais nous avons fait mieux avec une médaille d’or et deux d’argent. Nous ne pouvons qu’être fiers,  mais cela ne nous poussera pas à nous endormir sur nos lauriers. C’est pourquoi on s’est remis immédiatement au travail au lendemain du retour de nos champions. En Thaïlande la concurrence sera plus rude», souligne notre interlocuteur.

 

Ce dernier ne manque pas de remercier tous les sponsors qui ont apporté leur aide dans cette participation aux championnats d’Afrique. «Sans eux ce déplacement n’aurait pas été possible. Nous sommes heureux qu’ils aient pu aider, et les résultats ramenés depuis l’Égypte c’est aussi pour eux et pour le pays. Il faut savoir que le coût de cette participation aura été d’environ Rs 300 000», fait ressortir Sham Seetaram. La MMF a déjà déposé une demande d’aide financière auprès du ministère de l’Autonomisation, de la Jeunesse, des Sports en marge des championnats du monde.

 

La partie mauricienne, forte du succès sur le continent africain, espère faire bonne figure le mois prochain en Thaïlande. Quelque 60 pays sont attendus dans cette compétition.

 

Sham Seetaram : «Mes priorités comme président»

 

Des idées bien en place. Pour son deuxième mandat comme président de la MMF, il veut réaliser un projet qui ne dépend pas de lui. Il s'agit de l'organisation du championnat d'Afrique de muay thaï à Maurice. «Nous sommes intéressés à abriter un tel événement et nous savons que nous avons les moyens pour le faire. Je compte faire une demande auprès des instances appropriées et j'espère que le dossier Maurice sera approuvé. Si ce n'est pas le cas, on va faire de notre mieux pour abriter une compétition de l'océan Indien chez nous», annonce Sham Seetaram. Ce dernier souligne que la MMF va mettre l’accent sur le social à travers le sport de masse auprès des jeunes, en sus des affaires courantes (comme les compétitions et la formation des instructeurs entre autres), et aussi sur l'émergence de nouvelles têtes au sein de la fédération. «50% des membres exécutifs en sont à leur premier mandat. L’objectif est de faire de sorte que des nouvelles têtes soient élues lors des prochaines élections en 2025. Le sport est dynamique et les choses changent, donc c'est important d’avoir du sang neuf», rappelle celui qui est aussi membre exécutif de l’International Federation of muay thai Associations (IFMA). A ce jour, la MMF compte 500 adeptes de (licenciés et non-licenciés) et souhaite que ce nombre grandisse dans un proche avenir.