• Entrepreneur de l’année : Julien Faliu : Expat.com, sa petite entreprise qui ne connaît pas la crise
  • Judo – Hong Kong Asian Open 2019 : Une cinquième place prometteuse pour Legentil
  • Stéphanie Favier et Paco : Passionnés d’art et de créativité
  • Allégations de violence policière meurtrière | Le frère de Khaleel Anarath : «Il craignait pour sa vie en détention»
  • Contestation d’une loi visant la communauté gay | Abdool Ridwan Firaas Ah Seek : «L’article 250 concerne tout le monde, pas que les personnes de la communauté LGBT»
  • Firoz Ghanty, l’artiste par les artistes
  • Collision mortelle à St-Aubin : Jean Daniel Perrine ne verra pas grandir ses jumelles
  • Pradeep Roopun et Eddy Boissezon au château du Réduit : Regard d’observateurs sur des nominations qui suscitent de vives réactions
  • N’est pas rassembleur qui veut !
  • Nicolas Fanny : D’un défi à l’autre

Liverpool International Academy (Mauritius) : En attendant les pensionnaires

Les coachs mauriciens sont en formation en attendant d'accueillir les futurs footballeurs.

Le complexe sportif de Côte d’Or vit tranquillement à l’heure du Liverpool FC, avec la formation des coachs qui vont encadrer les futurs pensionnaires de l’académie. Ils piaffent d’impatience de mettre leur connaissance au profit des jeunes.

Une étape a été franchie. Cela fait quelques mois que les coachs mauriciens, qui vont encadrer la première cuvée de jeunes footballeurs de la branche mauricienne de la Liverpool International Academy, sont en préparation. C’est un groupe de 22 entraîneurs qui a été retenu sur une centaine de postulants. Ils s'activent à parfaire leur préparation au rythme de trois fois la semaines au complexe sportif de Côte d’Or sous la supervision du Head Coach, Neil Murphy, pour intérioriser des normes du Liverpool FC en matière de formation en se fondant sur un programme de travail bien précis émanant de l’académie-mère.

 

A Côte d’Or, qui a pris un petit air d’Anfield, on retrouve plusieurs anciens footballeurs, des encadreurs et des enseignants en Physical Education, à l’écoute de leur Head Coach. Martine Kelly est le seul élément féminin qui a été retenu parmi les cinq qui ont postulé et a hâte de pouvoir transmettre les méthodes de travail du club d’Anfield. «C’est définitivement un autre niveau avec une autre culture que l’on doit enseigner aux jeunes. C’est un plus pour nous en premier lieu. Mon objectif, c’est de pouvoir travailler avec les jeunes pour aider le football mauricien à évoluer dans le bon sens et bien sûr aider le football féminin à progresser comme c’est le cas à travers le monde», dit celle qui a porté les couleurs du Lady Club M et l’AS Quatre-Bornes.

 

Elle n’est pas la seule qui aspire à faire avancer le sport roi. Clarel Beeharry, qui a porté les couleurs de la Fire Brigade, du Cadets Club puis du Faucon Flacq et a passé 14 ans avec le Pamplemousses SC, figure parmi les coachs mauriciens. «Ce sont des trucs nouveaux qu’on n’a jamais connus à Maurice et comme je crois beaucoup dans la formation, je pense que cela va être bénéfique pour le football dans les années à venir. Ce à quoi j’aspire, comme nous a montré le coach Neil Murphy, c’est de développer les talents des jeunes à devenir de bons footballeurs mais aussi des adultes de demain», explique celui qui est encadreur au Racing Club.

 

Outre des anciens footballeurs, on retrouve des enseignants en éducation physique ou des encadreurs qui travaillent avec des jeunes. «Cela fait plusieurs semaines que nous sommes en formation pour pouvoir aider les futurs académiciens mauriciens de Liverpool FC. L’accent  est beaucoup mis sur la discipline et la ponctualité, afin que nous soyons des role models pour les jeunes. Ce sont des responsabilités qui me tiennent à cœur surtout pour le développement de l’enfant, tant sur le terrain qu’en dehors», souligne de son côté Om Gayadin, qui est affecté au Mauritius Sports Council (MSC) comme coordinateur.

 

Satchni Bhugowandeen est lui enseignant dans un collège du Nord et nous confie qu’il vit une expérience enrichissante. «Je suis en contact avec les jeunes depuis plusieurs années mais ce que j’ai appris au sein de l’académie est plus pointu et met les jeunes au centre des préoccupations. L’objectif est de développer les jeunes comme footballeurs et adultes. C’est un ensemble de petits détails qui va faire la différence. Je suis convaincu que dans quelques années nous aurons des résultats positifs pour le football mauricien», souligne notre interlocuteur.

 

Selon Neil Murphy, ceux retenus pour agir comme encadreurs ont fait preuve de beaucoup d’enthousiasme. «Ils sont très motivés pour agir comme des ambassadeurs de Liverpool FC et sont des excellents communicants pour faire passer les instructions auprès des jeunes. Ils sont déjà actifs auprès des jeunes dans leur vie professionnelle», s’amuse à nous dire Neil Murphy. Le processus de détection des jeunes qui vont pouvoir intégrer la première cuvée de l’académie est en phase d’être bouclé. Près de 3 000 jeunes ont postulé pour les 256 places disponibles. L’exercice de recrutement sera renouvelé l’année prochaine et ainsi de suite et l’académie des Reds s'occupera de la formation des jeunes mauriciens (garçons et filles) tombant sous les U11, U12, U13 et U15.