• Fans Voicies : Mon frère, mon rival
  • Liverpool vs Manchester Utd : le pays retient son souffle
  • Ces (gros) bras tendus à Sawmynaden !
  • Soleil : huit conseils pour se protéger
  • Shamima Peer, Sales & Marketing Manager : «Le digital a révolutionné notre façon d’agir, de penser et de faire des affaires»
  • Tennis de table : Nikhil Desscann, l’étoile montante du ping-pong
  • Kebab Street, une nouvelle adresse «miam» dans le paysage de Grand-Baie
  • Jean Alex Augustin, mortellement agressé à la plage | Son épouse : «Nous avons gardé l’espoir jusqu’au bout qu’il s’en sorte»
  • Giantee Dhunnoo, 80 ans, sauvagement tuée à son domicile | Un proche : «Aidez-nous à retrouver son assassin»
  • Annick Lafleur, poignardée par son ex-conjoint | Naomi Aglaé, sa fille : «La police est tout aussi responsable de sa mort»

L’affaire Cercle de Joachim : la MFA sous pression

Le talk of the town. L’amende de 10 000 francs suisses (environ Rs 429 000) infligée par la FIFA au club mauricien, Cercle de Joachim, est diversement commentée depuis qu’elle a été révélée au grand jour la semaine dernière.

Cette sanction, tombée depuis le 18 mai 2020, est due au non-respect des procédures de transfert des footballeurs étrangers de ce club durant le mercato de janvier. C’est la première fois dans l’histoire du football mauricien qu’un club est épinglé par l’instance mondiale.  Une affaire qui vient ternir l’image de notre île.

 

La presse internationale, notamment la BBC, a même fait état de cette affaire. Le président de la Mauritius Football Association (MFA) juge cette sanction «injuste» et annonce avoir demandé à la FIFA de payer l’amende en trois tranches. «C’est une situation compliquée dans laquelle on se trouve. Cette sanction est injuste car nous avons envoyé  tous les documents nécessaires à la FIFA pour montrer notre bonne foi. Mais nous allons nous acquitter de cette somme», a déclaré à la BBC l’homme fort du football mauricien, qui est aussi le représentant du Cercle de Joachim au sein du comité exécutif de la MFA.

 

C’est en décembre 2019 que le club de Curepipe avait entamé des démarches pour recruter cinq footballeurs malgaches, Christophe Rabemananjara, Fideltchiarinick Jean Randrianjafimanga, Freddy Erika Randrianandrasana, Sydoniel Jean Alberto et Michel Randrianarivo. Le recrutement de quatre d’entre eux a été fait sans respecter les procédures de l’International Transfert Machine System (TMS).

 

L’organisateur des compétitions de football à Maurice a connu une semaine très agitée dans le sillage de l'éclatement de cette affaire avec une série d’explications recherchée par des dirigeants, d’autant que pour se défendre, certains ont argué qu’une bonne partie des clubs mauriciens auraient eu recours aux mêmes procédés que le Cercle de Joachim dans le recrutement des footballeurs étrangers. Une pratique qui remonterait à un certain temps.

 

Une démarche qualifiée de «grotesque» par plusieurs interlocuteurs, qui affirment que des pressions seraient exercées sur eux pour qu’ils acceptent d’avoir commis le même délit que le Cercle de Joachim. «Maladi ti poul ti canard pa capav payer. Le Cercle de Joachim a fauté et a été pénalisé par la FIFA. Pourquoi est-ce qu’on veut nous associer à cette affaire ? On veut noyer le poisson pour détourner l’attention sur le vrai coupable, qu’est la MFA. C’est elle qui est la plus grande responsable car nous faisons nos demandes de transfert international avec les documents nécessaire auprès des clubs étrangers, ensuite les procédures administratives se déroulent entre les fédérations respectives. La responsabilité de la MFA est grandement scandaleuse dans cette affaire», s’énervent plusieurs dirigeants de clubs.

 

Pour un délit similaire, la fédération croate de football avait écopé d’une amende de 16 000 francs suisses (Rs 672 000) en 2017. A ce sujet, la question est de savoir si la MFA n’a, elle aussi, pas été sanctionnée par la FIFA. Il nous revient que le Prime Minister Office (PMO) a été alerté sur cette affaire qui met à mal le football mauricien, d’autant qu’il y avait une autre affaire qui a déjà embarrassé l’Etat en début d'année avec la participation d’une sélection nationale dans la phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations de futsal à Laâyoune au Maroc. Cette région fait l’objet de litige, et Maurice, en tant que membre de la SADC, a toujours adopté une position ferme à l’effet que ce territoire est illégalement occupé par le Maroc. Et après consultations avec le Prime minister’s office (PMO) et le ministère des Affaires étrangères, il a été décidé que Maurice se retire du tournoi.