Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Piratage de Facebook : ne paniquez pas !
  • Ramadan, Ugadi, Varusha Pirappu : Jeûne, piété et réjouissances
  • Highlands : en zone… d’inquiétude
  • Tottenham vs Man Utd : les Mancuniens en quête de revanche
  • Yeh Jawaani Hai Deewani : amis pour la vie
  • New Amsterdam : cet hôpital qui enchante les Mauriciens
  • Zones rouges : ce qui change
  • La démocratie sous respiration artificielle !
  • Judo à Rodrigues : le DTN Baptiste Leroy satisfait de sa visite
  • « Touni »… mais non

Judo - Mauricien en France : Rémi Feuillet se remet de la Covid-19

Habituer à mater des adversaires sur le tatami, c’est le coronavirus que le Rémi Feuillet a dû dompter cette fois. Le judoka mauricien a attrapé le virus létal, mais fort heureusement, le champion des Jeux des îles de l’océan Indien se remet de sa maladie et se dit prêt à revenir sur le tatami dans les prochains jours.

Personne n’est à l’abri du coronavirus pas même les athlètes. Le judoka Rémi Feuillet en a fait l’amère expérience récemment. Alors qu’il est en pleine campagne pour une qualification olympique, le sportif franco-mauricien qui réside dans l’Hexagone a attrapé la maladie. Ce contre-coup vient brusquement chambouler les plans du médaillé de bronze des Jeux Africains. Il a été contraint de mettre en veilleuse sa quête pour s’occuper de sa santé en priorité.

 

«Je comptais faire le Grand Slam de Tbilisi en Géorgie la semaine dernière et celui d’Antalya en Turquie ce week-end mais j'ai attrapé la Covid-19. C’est arrivé au mauvais moment et ça a perturbé mes plans. Du coup, j’ai tout annulé mais on doit faire avec», soupire Rémi Feuillet.

 

Le sportif ignore comment il a attrapé la maladie. Il n’est pas le seul membre de sa famille à l’avoir contractée. Fort heureusement pour lui et ses proches, leur  cas n’est pas si grave et ils se sont rapidement remis.

 

«J’ai commencé à ressentir les premiers signes il y a une dizaine de jours et pendant trois jours il y a eu de forts symptômes avec des maux de tête, de la fatigue et de la toux. Mais depuis, je vais beaucoup mieux ainsi que ma famille. Je tiens à rassurer que ma santé n'a jamais été en péril. J'ai encore un peu de fatigue, mais ça va, le pire est passé», rassure le judoka.

 

Cette épreuve, le spécialiste des 90kg, l’a surmontée chez lui à la maison. Conscient du danger que représente la maladie, Rémi Feuillet soutient tout de même ne pas s’être trop inquiété. Compétiteur dans l’âme, il est plutôt déçu d’avoir manqué deux tournois où il espérait marquer des points importants.

 

«Vivre avec le virus n'était pas si violent, la seul chose à faire est de se reposer. Ce que j’ai fait durant la période où j’étais souffrant. Je n’ai pas eu à trop m’inquiéter, j'ai vécu ça tranquillement à la maison. En France quand on est atteint du virus, on doit rester confiné, on nous appelle pour savoir si on a besoin d'aide comme pour la livraison de nourriture. On est admis à l'hôpital que si ça s'aggrave», explique celui qui a remporté le bronze en décembre dernier aux Championnats d’Afrique.

 

Remis de la maladie, Rémi Feuillet n’a qu’une seule chose en tête. Se remettre en selle au plus vite pour aller chercher sa qualification olympique.  Le judoka prévoit de reprendre les entraînements dès cette semaine. après une absence d’une quinzaine de jours. La maladie a cassé son rythme néanmoins. Le fils de Frédéric Feuillet, ancien Directeur technique national de judo à Maurice (DTN), pense qu’il rattrapera rapidement son retard.

 

Ses plans bouleversés, Rémi Feuillet a les yeux sur les Championnats d’Afrique qui auront lieu du 20 au 23 mai. La compétition initialement prévue au Maroc sera probablement délocalisée en raison d’une résurgence de la pandémie dans le pays. Le judoka souhaite également prendre part à un  Grand Slam avant la date butoir de la qualification. Sa dernière sortie internationale remonte à décembre aux Championnats d’Afrique.

 

Avec la pandémie en Europe, le sportif alterne entre confinement et déconfinement. «C’est comme partout à travers le monde et on a besoin de s’adapter. Malgré tout, j’arrive à m’entraîner. Je consacre entre 4 et 5 séances par semaine au judo, 3 à 4 fois je fais la musculation et une session de cardio», révèle Rémi Feuillet. Le judoka retrouvera cette semaine son train-train quotidien, afin de se remettre à niveau, avant l’entame des compétitions.