• La Croix Rouge : S’engager, symbole de solidarité et d’humanité
  • JIOI 2019 : Les entraîneurs boostés par leur cash prize
  • Gaia Succulents | Ektah Maha : une succulente... passion
  • Basco Raphael et son amour de «Lamizik»
  • Jin Fei : À la découverte de l’Eden Garden Square
  • Sufyaan Aubeeluck : De juriste à fabricant de bijoux
  • Hippisme 22e journée | Wall Tag persiste et signe !
  • Consommateurs, à vos «eco-bags» !
  • Oliver Thomas : «Les Mauriciens sont fatigués de retrouver les mêmes visages, les mêmes personnes sur l’échiquier politique»
  • MBC : la chaise musicale se poursuit

JIOI 2019 | Haltérophilie : les Mauriciens affichent la forme en Roumanie

Le moral est au beau fixe malgré le froid. Depuis le 17 février dernier, l2 leveurs de la présélection mauricienne d’haltérophilie se trouvent en Roumanie, pour participer à un camp d’entraînement d’un peu plus de deux mois. Ce stage de perfectionnement s’inscrit dans le cadre de la préparation des athlètes en vue des Jeux des îles de l’océan Indien qui se dérouleront du 19 au 28 juillet à Maurice.

 

Presque un mois après son départ, l’équipe mauricienne affiche la forme en terre roumaine. Il faut dire que plusieurs membres de l’escouade nationale ont déjà effectué ce type de préparation par le passé. C’était en 2015 à l’occasion des Jeux des îles de La Réunion. Un stage qui, à l’époque, était dirigé par l’ex-Directeur technique national (DTN) Urdas Constantin, et qui a donné lieu à une belle moisson de médailles à l’île sœur. Soit la bagatelle de 21 breloques en or, 6 d’argent et 11 de bronze. Un exploit que Maurice veut rééditer cette année. 

 

Pour le moment, la concentration est de mise et le travail bat son plein pour les 12 qui sont partis le 15 février dernier accompagnés de Dajiba Constantin, le DTN, et de Gino Souprayen, l’assistant-entraîneur national. Depuis leur arrivée, les locaux ont effectué deux semaines d’entraînement au Complexe Sportif  National Bazamoua à Snagov.

 

Un premier camp d’entraînement qui a permis de se mettre dans le bain et qui a pris fin le 2 mars. Par la suite, ils ont mis le cap sur Bucarest avant de rejoindre Constanta où l’équipe mauricienne se trouve actuellement pour poursuivre sa préparation jusqu’au 17 mars.

 

«Le stage se passe très bien. C’est plus dur mais nous sommes contents du travail que nous effectuons ici. Il y a une bonne harmonie dans l’équipe, et cela fait très plaisir de travailler dans une pareille ambiance. Les salles d’entraînement sont bien équipées et c’est très professionnel. Se retrouver dans un environnement pareil apporte un plus, et vous motive à donner le meilleur dans votre préparation», commente la leveuse Roilya Ranaivosoa.

 

Le fer de lance de l’équipe mauricien et meilleure sportive de 2018, connaît bien cet univers, pour avoir déjà vécu celà en 2015, puis lors de sa préparation des Jeux olympiques de 2016 à Rio, Brésil.

 

La triple médaillée d’or des JIOI de 2015 sait à quel point cette préparation est importante pour l’équipe. «Au début, bien évidemment, c’était un peu difficile car on se fatigue très vite, et, en plus, il fait super froid, mais on n’a pas tardé à retrouver notre rythme et c’est une bonne chose pour pouvoir faire des performances» souligne la jeune femme.

 

Celle qui sera, sans doute, très attendue en juillet, explique que les membres de l’équipe suivent le même programme, mais que les entraîneurs accordent une attention particulière aux prestations individuelles de chaque haltérophile afin de repérer où il faut apporter des améliorations. Par la suite chacun à un plan spécifique outre le plan général qu’il doit suivre.

 

L’équipe mauricienne est composée de Shalinee Valaydon, Roilya Ranaivosoa, Alison Sunee, Ketty Lent, Akshay Jeeloll, Yovin Gyadin, Dinesh Pandoo, Anthony et Dorian Madanamoothoo, Cédric, Yannick et Jonathan Coret. Après Constanta, les locaux se rendront à Brasov où ils resteront jusqu’au 16 avril avant de rentrer au pays.

 

À signaler que huit autres membres de l’équipe nationale sont restés au pays pour finaliser leur préparation, sous la supervision de Ravi Bhollah.