Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • L’affaire du «bébé décapité» à l’hôpital de Pamplemousses - Vicky et Sweta : «Nous n’arrivons toujours pas à faire le deuil de notre enfant»
  • Elle fait face pour la seconde fois à un cancer - Diane Colimalay : «Je ne peux pas me résoudre à laisser une maladie me dominer»
  • Moi, survivant du cancer...
  • En convalescence après avoir été poignardé par sa compagne - David Azie, 28 ans : «Nou finn pardonn nou kamarad»
  • EURO 2020 : Les coaches mauriciens sur le grill
  • EURO 2020 : Les pronostics des jeunes fans
  • Séquestré et battu à mort à Karo Kalyptis : Desveaux Augustin, victime d’un règlement de comptes sur fond de trafic de drogue ?
  • My Body, My Choice, My Voice : ils s’unissent contre la vaccination obligatoire
  • Accidents fatals : des nouvelles victimes, des familles dévastées par la douleur
  • JO 2021 - Haltérophilie : Roilya Ranaivosoa qualifiée pour Tokyo

Jeux olympiques – Camps d’entraînement à l’étranger : Les boxeurs pas près de jeter l’éponge

Richarno Colin et Merven Clair ont besoin de se perfectionner pour passer à la vitesse supérieure.

Richarno Colin et Merven Clair sont dans l’attente. Leur fédération cherche un pays qui puisse les accueillir pour un stage de haut niveau à l’étranger. Mais aucune réponse favorable n’est tombée jusqu’ici. En attendant ils s’affûtent au centre national de boxe à Vacoas en vue des JO de Tokyo prévus du 23 juillet au 8 août au Japon.

Plus que 68 jours avant les Jeux olympiques et toujours pas de camps d’entraînement à l’étranger pour les boxeurs mauriciens. Richarno Colin (63 kg) et Merven Clair (69 kg) sont les seuls sportifs mauriciens à avoir validé leur participation aux JO de 2021 et ces derniers sont en attente d’un stage pour pouvoir peaufiner leur préparation avant l’événement planétaire.

 

Depuis plusieurs semaines, l’Association mauricienne de boxe (AMB) multiplie les démarches pour permettre aux deux pugilistes de bénéficier d’une préparation optimale avec des sparring-partners de haut niveau. Cependant, malgré les nombreuses sollicitations, la fédération essuie des refus.

 

Cette succession de revers est due à une résurgence de la pandémie de la Covid-19 dans le monde. En effet, la situation est tellement compliquée qu’il est difficile pour les pays avec lesquels l’AMB a pris contact d’accueillir les athlètes mauriciens. Les derniers en date sont la France et Cuba.

 

«C’est devenu très compliqué avec la crise du Covid-19. Aucune des fédérations contactées n’est disposée à nous accueillir pour un camp d’entraînement. Après plusieurs sollicitations, la France nous a informés que ce n’était pas possible de nous recevoir et maintenant c’est autour de Cuba de dire non. Il faut les comprendre. La décision de nous accueillir n’est plus de leur ressort mais celui des autorités du pays. Tous veulent éviter au maximum le risque de contamination et la propagation du virus. Ce qui rend l’accès encore plus difficile. Même la Thaïlande et le Japon nous ont dit non», explique Indiren Ramsamy, président de l’AMB.

 

Le dirigeant mauricien et son équipe ne désespèrent pas et poursuivent leurs démarches auprès d’autres nations. Dernièrement la fédération a fait une demande auprès de la Bulgarie, la Serbie et lorgnerait même du côté des autres pays de l’Asie en espérant avoir des réponses positives.

 

«Les pays que nous approchons ont de bons éléments dans les catégories de Richarno Colin et Merven Clair. Pour progresser nos boxeurs ont besoin d’avoir des adversaires d’un autre niveau pour se jauger, sinon ce n’est pas la peine de faire le déplacement. En même temps nous devons nous assurer qu’une fois sur place nos pugilistes ne risquent pas d’attraper la maladie ou d’être bloqués en cas de confinement. Il y a tous ces facteurs à prendre en considération», soutient le président de la fédération.

 

Au cas où les démarches n’aboutissent pas, l’AMB n’aura d’autres choix que d’opter pour un stage résidentiel à Maurice. «  Nous n’irons pas faire de la figuration au Japon, mais nous irons pour ramener une medaille. Si nous ne pourrons envoyer nos boxeurs à l’étranger nous n’aurons d’autres choix que d’organiser un camp d’entraînement à Maurice. Dans ce cas, il faudra mettre en place deux sessions d’entraînements quotidiennes et regrouper les boxeurs dans un hôtel afin qu’ils se concentrent pleinement sur la manche finale de la préparation», commente Indiren Ramsamy.

 

Pour rappel, les boxeurs mauriciens ont déjà eu le feu vert des autorités du pays pour partir à l’étranger. Les frais de déplacement seront pris en charge par le ministère de l’Autonomisation de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs (MAJSL) et du Comité olympique mauricien (COM).

 

En attendant, la préparation bat son plein au Centre national de boxe à Vacoas. Richarno Colin et Merven Clair sont encadrés par Roberto Ibanez Chavez, le Directeur technique national (DTN) et Judex Bazile, l’entraîneur national. Ils ont aussi le soutien des boxeurs Christophe Otendy, Jordy Vadamootoo, Ziggy Agathe et Emmanuel Antalika qui leur servent de sparring-partners.