• JR Créa : l’idée smART de Joelle Rosalie
  • Movember : le cancer de la prostate sous les projecteurs
  • Comité olympique mauricien (COM) : Indiren Ramsamy démisionne
  • Joshua Rose, jeune acteur énergique de «Three Wise Men – Parallel Lives»
  • Décès troublant de Dilan Eléonore en 2017 | Elvis, son père : «J’attends toujours que justice soit faite»
  • Huawei : entre une conférence et un nouveau magasin
  • Battu à mort par le concubin de sa mère : Ayaan, 2 ans, diagnostiqué d’un traumatisme à l’épaule en septembre
  • Suspendu par la FIFA : Ahmad Ahmad embarrasse Maurice
  • Enzo, séropositif : «Je souhaiterais encourager les gens à se faire dépister régulièrement»
  • Initiative 30:30 : des chaussures en mode zéro déchet

Jérémie Milazar : le moniteur passionné de culturisme

Jérémie Milazar en action sur la scène de Mr Port-Louis North.

Jérémie Milazar a remporté deux titres au concours Mr Port-Louis North dans la catégorie Men Physique. Rencontre avec celui qui a découvert le culturisme sur le tard. 

Blagueur, sympathique, travailleur et fonceur. Ces quelques mots suffisent à définir la personnalité de Jérémie Milazar. On comprend vite que le jeune homme de 24 ans est un bon vivant et un grand fan de beauté plastique.

 

Jérémie Milazar est en train de se bâtir une solide réputation dans le monde du culturisme local. Le 17 octobre dernier, cet habitant de Pavillon, Cap Malheureux, a décroché deux titres au concours Mr Port-Louis North à Triolet.

 

Il s’est imposé dans la catégorie senior et overall. Il s’est, d’abord, offert la palme de Men Physique +1m78 avant de recevoir celle de Men Physique Port Louis North. Deux titres qui font la joie de celui qui a un sourire spontané.

 

C’est la troisième année consécutive que Jérémie Milazar prend part à un tournoi régional et la deuxième année de suite qu’il décroche la timbale. En 2018, il avait fait troisième de sa catégorie au concours Mr North. Cette performance lui a donné la motivation de poursuivre sa carrière, et, en 2019, il frappera un grand coup en remportant le même concours à sa deuxième participation.

 

Rôle-modèle

 

«Je suis avant tout un passionné de sport. J’ai fait de l’athlétisme et je joue au foot et j’ai une grande passion pour le vélo. Je voulais devenir cycliste, et je me préparais pour entrer dans un club, sauf, qu’au même moment, j’avais commencé à aller à la gym. C’était en 2017 et je le faisais pour garder la forme, mais les personnes que j’ai rencontrées sur place ont remarqué que j’avais le physique d’un body-builder, et ils m’ont conseillé de me mettre à la beauté plastique», relate Jérémie Milazar.

 

Pas très convaincu au départ, les conseils et les encouragements de Marlo Prosper finissent par le persuader de tenter l’aventure. «Je fréquentais le Marlo Gym au début, et Marlo Prosper m’a beaucoup aidé, et a beaucoup partagé ses expériences avec moi. Il fait partie des nombreuses personnes qui m’ont permis de progresser rapidement. Il y a, aussi, Vicky Dhunessur, qui m’a encadré pour la compétition de 2019, Avi Ragooah et Ashley Kaniah pour celle de cette année», se souvient l’athlète qui fréquente aujourd’hui l’Oxygen Gym à Goodlands.

 

Il y travaille également comme moniteur. Il faut dire qu’avec la Covid-19, Jérémie Milazar fait partie de ces nombreuses personnes qui se sont brusquement retrouvées sans emploi. 

 

«Ça a été un choc. Lorsque je perds mon emploi, je pensais que j’allais devoir délaisser un peu le body-building et juste après j’ai eu ce poste de moniteur», confie le Nordiste avec un large sourire qui lui fend le visage.

 

Le body-building fait, maintenant, partie intégrante de sa vie. Il ne peut plus s’en passer. «C’est comme une drogue. Si je ne m’entraîne pas, je ne me sens pas bien. Même si je sais que je vais être fatigué, je vais à la gym quand même. Le culturisme me permet de me sentir bien dans ma peau.   Les jeunes voient en moi un exemple et aussi une motivation. Certains me demandent des conseils, et, à mon tour, je les encourage à se mettre au body-building afin qu’ils puissent s’éloigner des problèmes de société», embraie Jérémie Milazar

 

Amateur de bons petits plats, notre sportif, comme tout athlète de carrière, doit scrupuleusement surveiller son alimentation. Cependant, il raffole des fast-foods et avoue se permettre quelques plaisirs de temps en temps. «Quand j’ai commencé ma carrière, c’était compliqué avec les entraînements et la nourriture, mais maintenant je suis habitué et je peux me permettre un petit excès de temps à autres, mais surtout quand il n’y a pas de  compétitions. De plus, j’ai un métabolisme qui brûle tout, donc je peux tout manger, mais, néanmoins, je garde le contrôle sur ce que je consomme», souligne le moniteur sportif.

 

Le titre de Mr Port-Louis North en main, Jérémie Milazar veut marquer les esprits sur la scène nationale. Le concours Mr Mauritius prévu le 22 novembre est son prochain objectif. Troisième l’année dernière, dans sa catégorie, il veut, à son tour, avoir son nom inscrit au palmarès de la compétition.

 

«Avec la pandémie, j’avais déjà tiré un trait sur ma saison 2020, afin de me focaliser sur 2021, mais Ashley Kaniah, de Legacy Fitness Gym, m’a conseillé de tenter ma chance au concours Mr Port-Louis North. J’en ai discuté avec les membres de mon club et tout de suite nous avons mis en place un plan de travail, vu qu’il ne restait que quelques semaines, et j’ai réussi à me mettre en condition pour la compétition. Maintenant,   j’ai envie de me mesurer aux meilleurs culturistes du pays», déclare le jeune homme.

 

Une expérience qui lui sera très bénéfique pour la suite de sa carrière, car Jérémie Milazar souhaite laisser son empreinte dans le culturisme mauricien, et, aussi, faire ses preuves sur la scène internationale. Mais pour cela il lui faudra d’abord trouver une place parmi les meilleurs du pays.