Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Piratage de Facebook : ne paniquez pas !
  • Ramadan, Ugadi, Varusha Pirappu : Jeûne, piété et réjouissances
  • Highlands : en zone… d’inquiétude
  • Tottenham vs Man Utd : les Mancuniens en quête de revanche
  • Yeh Jawaani Hai Deewani : amis pour la vie
  • New Amsterdam : cet hôpital qui enchante les Mauriciens
  • Zones rouges : ce qui change
  • La démocratie sous respiration artificielle !
  • Judo à Rodrigues : le DTN Baptiste Leroy satisfait de sa visite
  • « Touni »… mais non

Hommage à Paul Randabel : adieu monsieur le professeur

Un monument. C’est en ces termes que beaucoup désigneraient Paul Randabel. L’ancien enseignant du Collège St-Esprit s’est éteint, mardi dernier, alors que le pays s’apprêtait à entrer en confinement. 

La deuxième vague de la Covid-19 a presque relégué au second plan la disparition de ce grand monsieur du sport mauricien. Certains iront même  dire qu’il est parti sur la pointe des pieds en se référant à une de ses nombreuses qualités : la discrétion. 

 

Mais même si les attentions étaient ailleurs en cette période de crise sanitaire, beaucoup de ceux qui l’ont connu ont tout de même tenu à rendre un dernier hommage à ce grand passionné du sport. Dans les médias comme sur les réseaux sociaux les messages de sympathies ont afflué.

 

Paul Randabel restera à jamais un entraîneur de calibre qui a marqué l’histoire du sport et du Collège St-Esprit, comme en témoignent les trente années de domination de l’établissement quatrebornais aux Jeux intercollèges. Une performance hors du commun et qui ne sera sans doute jamais égalée dans l’histoire sportive du pays.

 

«Paul était quelqu’un qui a su motiver les athlètes à travers sa passion pour le sport. Il était professeur de français, mais aimait bien arpenter les terrains et porter son attention à tous ces jeunes, pas juste les futurs champions, mais également les poussins et benjamins en leur donnant toujours de bon conseils. C’est cet esprit de partage, de bénévolat et d’appartenance qui a permis de voir sortir de grands champions comme les Imbert, Wai Choon et Couacaud entre autres. Avec lui c’est tout un patrimoine sportif qui s’en est allé», évoque Jacques Malié.

 

Homme de littérature, qui aimait beaucoup la culture et les voyages, Paul Randabel a toujours gardé de bonnes relations avec ses anciens élèves. Comme en témoigne le député Fabrice David sur sa page : «Paul Randabel a été pour plusieurs générations de Mauriciens qui ont foulé les salles de classe et les pistes d’athlétisme du Collège du Saint-Esprit, un guide personnel et un coach de vie. Paul a enseigné, écouté, forgé, conseillé, motivé, entraîné et formé tellement d’adolescents dont j’ai fait partie, pour nous apprendre à nous dépasser, à  apprécier la vie, à nous engager, à réfléchir et à nous accomplir.»

 

Les funérailles de l’ancien champion de Maurice du saut en hauteur ont eu lieu en petit comité la semaine dernière en raison de la crise sanitaire. Ceux qui l’ont côtoyé attendent la levée du confinement pour lui rendre un hommage à la hauteur de ce qu’il a accompli.