Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Premier League : Manchester City règne sur l’Angleterre
  • Déconfinement et déconfiture
  • Coup d’envoi de la saison hippique hier : chutes en série… et décès du jockey Nooresh Juglall
  • Les trois frères Gurroby arrêtés après la saisie record de Rs 3,7 milliards de drogue - Anna, leur mère : «C’est dur de voir mes enfants accusés à tort»
  • Aidons à sauver le Musée de la Petite Collection
  • Se divertir malgré les restrictions : comme une envie de prendre l’air
  • Autonomisation des personnes en situation de handicap : Vibhesh Santoo, 22 ans, s’engage
  • Crime à Grand-Gaube : la version de Michelle Ropa intrigue les enquêteurs
  • Covid-19 : plusieurs personnes coincées à l'étranger depuis plus d’un an - La Mauricienne Ranini Cundasawmy, en Thaïlande avec son époux : «Comment nous nous sommes retrouvés bloqués là-bas»
  • Mon expérience de la quarantaine

Haltérophilie - Roilya Ranaivosoa : un avenir olympique en pointillé

La Mauricienne met les bouchées doubles afin d’aborder l’échéance africaine dans les meilleures conditions possibles.

La sportive souhaite obtenir le feu vert des autorités pour participer aux Championnats d’Afrique d’haltérophilie qui auront lieu le mois prochain à Madagascar. 

«Je nagerais jusqu’à Madagascar s’il le faut», prévient Roilya Ranaivosoa. Cela en dit long sur sa motivation. La leveuse de fonte n’est pas prête à renoncer à sa participation aux championnats d’Afrique d’haltérophilie qui se dérouleront du 16 au 22 mai à Madagascar.

 

Cet événement sera la dernière chance de qualification pour les Jeux olympiques de Tokyo du 23 juillet au 8 août au Japon.  

 

Son challenge à elle est d’assurer une nouvelle qualification olympique, après le Brésil il y a cinq ans dans la catégorie 49kg. La dame de fer a entamé sa quête à la qualification en 2018, lors des Jeux du Commonwealth de Gold Coast, en Australie, et a multipliés les sorties et les performances internationales, afin de glaner les points qui lui permettront d’obtenir un précieux billet pour le Japon.

 

Sauf qu’en 2020, ses plans ont été contrariés avec la Covid-19 et la championne des Jeux Africains de 2019 n’a plus fait de compétitions internationales depuis. Première de son groupe, cette dernière souhaite se rendre à Madagascar, le mois prochain, afin de prendre part à l’échéance continentale qui sera qualificative pour les JO.

 

Elle attend le feu vert des autorités mauriciennes pour pouvoir faire le déplacement. Au cas contraire, sa plus proche concurrente, la Malgache Rosina Randafiarison, aura le champ libre pour aller chercher le précieux sésame.

 

«Je me dévoue corps et âme depuis trois ans et je ne peux pas offrir cette qualification sur un plateau à un adversaire. Ce n’est pas juste un championnat d’Afrique, mais  il y a également une qualification olympique en jeu. De nombreux sportifs à travers le monde se donnent à fond pour pouvoir y assister. Pas parce que c’est la plus grande compétition de la planète, mais aussi pour montrer que malgré toutes les difficultés liées à la crise sanitaire, ils ont réussi à supplanter la Covid-19», fulmine  la triple championne d’Afrique.

 

La Curepipienne a retrouvé le Centre national d’haltérophilie la semaine dernière en compagnie de Gino Souprayen, l’assistant entraîneur national, pour ses séances quotidiennes. «Je remercie le ministère de l’Autonomisation de la Jeunesse, des sports et des Loisirs de m’avoir permise d’avoir accès au centre national et je suis également content d’avoir Gino Souprayen pour m’aider dans ma préparation. J’espère maintenant que j’aurais le feu vert pour me rendre à Madagascar», soupire la jeune femme.

 

Malgré les entraînements à domicile durant le confinement, Roilya Ranaivosoa espère se mettre à niveau lors des trois semaines précédant l’échéance malgache. Alors qu’elle est pleinement focalisée sur le rendez-vous de Tana, la championne des Jeux des îles prépare, également, un camp d’entraînement en Roumanie.

 

Elle souhaite éviter la quarantaine à son retour de Madagascar, afin de ne pas bousculer sa préparation. Des démarches ont été entamées pour qu’elle parte directement en Roumanie après les championnats d’Afrique avant de se rendre dans la capitale japonaise. La championne de Maurice espère une réponse positive dans pas longtemps.

 

Au cas où ses démarches aboutissent, Roilya Ranaivosoa retrouvera Urdas Constantin, l’ex-Directeur technique national d’haltérophilie (DTN), qui avait permis à Maurice de remporter 21 médailles d’or aux Jeux des îles de 2015.