• Heathy lunch box : cinq idées de repas à apporter à l’école et au boulot
  • L’enquête sur l’assassinat de Manand Fakhoo non-résolu deux ans plus tard : ses proches entre révolte et incompréhension
  • Boost Your English : la trouvaille linguistique du Dr Wedsha Appadoo-Ramsamy
  • Otite : aïe, pas touche aux oreilles !
  • Résultats du School Certificate : entre réjouissances et tristesse
  • Ilia’s Nails’, une belle adresse trendy dans le paysage de Curepipe
  • Linzy Bacbotte : L’apothéose mauricienne de ses 35 ans de carrière
  • Arianda Desmarais, 11 ans, se fracture le crâne en tombant d’un autobus - Ses parents : «Nous espérons qu’elle s’en sortira sans séquelles graves»
  • Stephan Steward Toussaint, 29 ans, tué pour «une affaire de moeurs» - Stephanie, sa compagne : «On le blâme injustement sans qu’il soit là pour se défendre»
  • Alertes météo : un vent nouveau souffle…

Championnats du monde de canne de combat : Akilesh Bhantooa raconte son expérience en fauteuil-roulant

Kersley Visenjoue et Akilesh Bhantooa souhaitent développer la canne de combat en fauteuil-roulant à Maurice.

«Ce sport est l’un des rares au monde où les sportifs handicapés et valident peuvent concourir dans la même catégorie», avait déclaré Kersley Visenjoue, entraîneur national de boxe française à l’issue des Championnats du monde de boxe française assaut et canne de combat qui se sont déroulés du 21 au 24 septembre en Italie.

La compétition de canne de combat en fauteuil-roulant permet  à des personnes handicapées et valides de s’affronter en étant assises dans un fauteuil-roulant. C’est la première fois que cette épreuve est inscrite au programme des Mondiaux. «Je devais boxer en assaut et en même temps prendre part à l’épreuve de la canne, sauf que le jour où je devais monter sur le ring coïncidait avec celui où se déroulait l’épreuve de canne en individuel. C’était impossible de faire les deux en même temps, et c’est là qu’est venue l’idée de m’aligner en fauteuil- roulant. C’était comme un saut dans l’inconnu, vu que je ne suis pas habitué à ce matériel, mais j’ai quand même voulu essayer», explique Akilesh Bhantooa.

 

Cette expérience va profondément marquer le canniste. «Le concours en fauteuil est ouvert à tous, mais beaucoup d’athlètes valides sont réticents à y prendre part. Seuls un Suédois et moi sommes inscrits. Ce geste a été très apprécié par nos concurrents handicapés. Ils nous ont énormément, remerciés, tellement ils étaient contents de concourir aux côtés des personnes valides. Cela leur procurait le sentiment d’être sur le même pied d’égalité», confie notre interlocuteur.

 

Adepte de boxe française depuis une vingtaine d’années, Akilesh Bhantooa, qui a également fait du kick- boxing et la boxe muay thai, n’a jamais vécu une expérience similaire dans sa carrière. Le champion d’Afrique de boxe française de 2019 souhaite capitaliser sur ce vécu pour développer la discipline auprès des personnes handicapées à Maurice.

 

«Nous nous plaignons d’une petite blessure, mais en voyant ce que ces personnes sont capables de réaliser, malgré leur handicap, m’a fait prendre conscience de leur force et de leur courage. J’ai été impressionné par leur habileté à manier la canne, porter des attaques, esquiver les coups et manœuvrer leurs fauteuils en même temps. J’en ai parlé avec Kersley Visenjoue et nous sommes d’accord que la canne en fauteuil peut aider les personnes souffrant d’une déficience à se sentir intégrer à travers la pratique d’une activité sportive commune à Maurice», confie avec humilité cet habitant de Bois-Pignolet.

 

Avec sa fédération, le tireur espère pouvoir mettre sur pied un projet visant à inciter les personnes handicapées à se mettre à la canne de combat. Le support des sponsors sera, également, recherché pour pouvoir financer le matériel indis-pensable à la réalisation de ce plan.