• J SummerSoul : de la country à la musique mauricienne
  • AFED : Un rempart pour sortir de l’impasse
  • Tir à l’arc : 25 aspirants entraîneurs en formation
  • Bless Junior Huteau, 4 ans, compte sur votre générosité
  • Président de la New Chinatown Foundation : Jean-Paul Lam en cinq moments
  • L’arrestation d’une quarantaine de Bangladais provoque l’indignation !
  • Intervention chirurgicale sur les jumelles siamoises : La longue attente de toute une famille
  • Mike Mounawah : être parmi les meilleurs en Angleterre
  • The Club House : la nouvelle adresse qui vous veut du bien !
  • Drame de Mapou | Quatre amis unis dans la mort : la douleur de leurs proches

Art martial japonais : Une fédération de kendo voit le jour à Maurice

La mise en place d'une fédération va permettre à cet art martial de prendre son envol dans le pays.

Après l’escrime, c’est maintenant au tour du kendo de faire son entrée dans le paysage sportif mauricien. Le lancement de cette discipline s’est fait le 30 novembre avec la création d’une fédération de kendo.

En moins d’une année, le kendo, art martial japonais et très connu en Asie, en Europe et en Amérique a déjà commencé à faire un bout chemin à Maurice. Cette discipline, qui met en valeur l’escrime japonaise, autrefois pratiquée par les samouraïs, a désormais une fédération sportive au le pays.

 

Le lancement officiel de cette instance fédérale s’est déroulé, le 30 novembre, à la SSS Franck Richard à La-Tour-Koenig. La branche mauricienne de la Fédération de kendo regroupe actuellement une cinquantaine de licenciés, répartis dans quatre clubs enregistrés auprès de cet organisme.

 

Selon son président Rishi Bundhoo, le nombre de pratiquants est encore plus conséquent dans le pays, mais avance que ces derniers sont regroupés au sein des clubs qui n’ont pas encore finalisé les modalités d’adhésion à la FK. Il précise, cependant, que ce sport est présent dans six régions à travers le pays.

 

«Nous avons la reconnaissance du Registrar of Associations et nous allons pouvoir entamer les démarches pour nous faire connaître auprès des différentes instances internationales ainsi que le ministère de la Jeunesse et des Sports. Le kendo est une discipline qui a sa fédération internationale et qui fait partie du Sport Accord. Nous espérons pouvoir finaliser toutes nos démarches afin de mieux concentrer notre travail sur le développement de cet art martial à Maurice », déclare Rishi Bundhoo.

 

Le dirigeant mauricien avance que ce sport est encore peu connu dans le pays et que son objectif prioritaire sera de le rendre plus populaire. «C’est une jeune discipline, ce qui fait qu’il y a beaucoup à faire, mais nous avons la volonté et nous sommes conscients que ce sport va rapidement prendre de l’ampleur. Nous avons juste besoin de nous procurer des équipements appropriés pour sa pratique car il n’y en a pas à Maurice», remarque notre interlocuteur.

 

Lors de son lancement, deux techniciens de la British Kendo Association (BKA) ont fait le déplacement à Maurice pour partager leurs expériences avec les adeptes locaux. Ces derniers sont les sensei Juliette Li wan Po, 3e dan, et le sensei Thomas Widdows, 4e dan. Une visite qui a apporté un cachet particulier à cette cérémonie.

 

«Nous avons eu  un bon démarrage et les parents ont été très impressionnés. La présence de ces deux maîtres a donné plus d’importance à cette échéance et en même temps témoigne du soutien que nous avons de plusieurs pays. D’ailleurs, les deux techniciens nous ont remis un lot d’équipements pour la pratique de ce sport et nous leur sommes très reconnaissants. Il y a aussi le soutien de l’ambassade japonaise et de la South African Kendo Federation qu’il ne faut pas oublier. Cela démontre la volonté de ces pays à vouloir développer ce sport», souligne Rishi Bundhoo.

 

Avec la création d’une fédération à Maurice, le kendo est officiellement présent dans six pays sur le continent, à en croire le dirigeant mauricien. Ces pays sont l’Afrique du Sud, la Namibie, le Mozambique, le Malawi, Madagascar et Maurice. Il avance que la prochaine étape sera la mise sur pied d’une confédération africaine.

 

Suivant cet événement, le dirigeant de la FK souhaite consolider un peu plus les bases de la discipline avant de viser encore plus haut. Il entend ainsi suivre une formation encore plus poussée dans la maîtrise de ce sport en Afrique du Sud en mars 2019. Par la même occasion, une participation à la Sefor Cup qui aura lieu durant la même période est également envisagée.