• JR Créa : l’idée smART de Joelle Rosalie
  • Movember : le cancer de la prostate sous les projecteurs
  • Comité olympique mauricien (COM) : Indiren Ramsamy démisionne
  • Joshua Rose, jeune acteur énergique de «Three Wise Men – Parallel Lives»
  • Décès troublant de Dilan Eléonore en 2017 | Elvis, son père : «J’attends toujours que justice soit faite»
  • Huawei : entre une conférence et un nouveau magasin
  • Battu à mort par le concubin de sa mère : Ayaan, 2 ans, diagnostiqué d’un traumatisme à l’épaule en septembre
  • Suspendu par la FIFA : Ahmad Ahmad embarrasse Maurice
  • Enzo, séropositif : «Je souhaiterais encourager les gens à se faire dépister régulièrement»
  • Initiative 30:30 : des chaussures en mode zéro déchet

Se ressaisir ou choisir la voie irréversible !

La gravité de la situation ne donne que deux choix possibles : (i) soit le Premier ministre se ressaisit, rectifie le tir, quitte cette ridicule planète où il se croit, à tort, empereur. (ii) soit il continue à s’enfoncer dans une direction irréversible, en creusant davantage le fossé entre un peuple en colère et un gouvernement à la dérive, déconnecté du peuple et qui confond son rôle, se croyant propriétaire du pays, refusant l’accès à deux titres des médias (l’express et Top FM) lors de la conférence de presse que Pravind Jugnauth anime en tant que Premier ministre ! Inacceptable, condamnable et révoltant.

 

N’y a-t-il donc personne, dans l’entourage du Premier ministre, qui puisse lui faire comprendre, si contraignantes soient les vérités, que toutes les critiques autour de sa gestion du Wakashio, qu’elles soient de la part de ces titres ou d’autres médias, voire d’une grande majorité de citoyens, sont légitimes ?

 

N’y a-t-il aucune âme éclairée, face à sa question «kot mo finn fote ?» qui puisse identifier ses failles, en lui répondant que sa façon de faire a été catastrophique, que ses décisions tardives sont inconcevables et ne témoignent que de l’incompétence de son équipe, et que ces experts auxquels ses pairs et lui font référence se sont trompés ?

 

N’y a-t-il donc aucun esprit juste pour lui dire qu’on ne peut effacer les faits, que ceux-là sont têtus, que les journalistes sont là pour les rapporter, les commenter et qu’il faut reconnaître que son gouvernement s’est subitement réveillé en faisant, en 48 heures, ce qui aurait dû être fait dès le début ?

 

N’y a-t-il donc personne pour lui dire franchement que sa bande de suiveurs se ridiculise actuellement sur les réseaux sociaux en faisant une indécente propagande, tout en essayant de récupérer vainement la somme d’énergie solidaire de la part d’une île Maurice qui n’en a rien à faire de leur slogan futile, et que cette tentative ne témoigne que d’un pitoyable amateurisme ? 

 

Est-ce que le Premier ministre s’écoute quand il se flatte d’avoir pu éviter «enn pli gro katastrof» parce qu’on a pu pomper toute l’huile pour empêcher un plus large déversement ? Est-ce que lui et les siens croient réellement qu’ils ont gagné une victoire ? Quelle est-elle ? D’avoir pompé l’huile ? Devrait-on dire merci pour cela ? N’est-ce pas la moindre des choses de la part d’un gouvernement incompétent qui, dès le début du naufrage, aurait dû s’assurer que pas une seule goutte d’huile ne vienne noircir notre beau lagon ? Que le chef du gouvernement et sa garde rapprochée sachent que la bataille est déjà perdue, que les répercussions sur notre environnement marin, que la pression économique sur les pêcheurs qui vivent de la mer et les conséquences sur la santé des habitants des régions avoisinantes concernées, sont irrattrapables ! Toutes les opérations de com’ ne changeront en rien les mauvais résultats.

 

Il est temps que le Premier ministre arrête de tout voir sous l’angle d’un rapport de forces. Les citoyens se sont organisés, sans l’aide du pouvoir, pour la récolte des cheveux ? Il y aura toujours un expert qui viendra dire son scepticisme sur les ondes de la MBC. Tout ça pour saper l’enthousiasme de ces centaines de Mauriciens qui ont vu en cet acte symbolique - et qui a fait ses preuves ailleurs -, un soutien patriotique !

 

La BBC demande au Premier ministre s’il ne doit pas des excuses aux Mauriciens et interroge le leader du PTr ? La coïncidence veut qu’il y ait une absence momentanée de la chaîne sur deux bouquets. L’opposition, par la voix de son leader, s’en va animer une conférence de presse à son bureau ? Voilà qu’on lui en interdit l’accès sous prétexte d’un absurde protocole à un moment où il y a une urgence environnementale. Le Premier ministre n’apprécie pas deux médias ? Interdiction d’assister à sa conférence de presse. On sanctionne les journalistes, les lecteurs et auditeurs de ces titres, en entravant leur liberté de savoir.

 

Pour combien de temps encore ce gouvernement va-t-il confisquer notre démocratie ? Soit le Premier ministre se ressaisit, soit il continuera à creuser le fossé entre son gouvernement et des citoyens en colère. Et le choix sera alors irréversible !

Ajouter un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.