Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Piratage de Facebook : ne paniquez pas !
  • Ramadan, Ugadi, Varusha Pirappu : Jeûne, piété et réjouissances
  • Highlands : en zone… d’inquiétude
  • Tottenham vs Man Utd : les Mancuniens en quête de revanche
  • Yeh Jawaani Hai Deewani : amis pour la vie
  • New Amsterdam : cet hôpital qui enchante les Mauriciens
  • Zones rouges : ce qui change
  • La démocratie sous respiration artificielle !
  • Judo à Rodrigues : le DTN Baptiste Leroy satisfait de sa visite
  • « Touni »… mais non

Du sérieux pour plus d’éfficacité SVP !

Ce n’est pas trop tôt ! Trois longs mois plus tard, alors qu’étudiants et travailleurs ont déjà entamé le premier trimestre de l’année depuis la première semaine de janvier, ce n’est que ce mardi 23 mars que nos élus reprendront le chemin de l’Assemblée nationale.

 

Doit-on ajouter que nos parlementaires étaient en congé depuis le 16 décembre dernier et que la dernière séance signait une session d’une poignée de semaines seulement ? Car la reprise avait eu lieu le 3 novembre, soit après un congé de deux mois ! Les temps changent, notre monde connaît un nouveau visage depuis l’arrivée du coronavirus, chacun tente de s’adapter à un new normal, mais personne à l’Assemblée nationale, que ce soit du coté du gouvernement ou de l’opposition, ne pense que nos élus, grassement payés des fonds publics, ont trop de congés !

 

La coïncidence veut que c’est une année après l’apparition de la marquante Covid-19, qui a laissé des traces de scandales inoubliables sur notre sol, avec d’indécents achats d’équipements médicaux par des fournisseurs transformés en businessmen/women du jour au lendemain, que l’Assemblée nationale va rouvrir ses portes dans une ambiance de reconfinement.

 

Aurons-nous enfin des éclaircissements sur l’utilisation abusive, lors du confinement de 2020, de l’argent public par nos gouvernants ? Saura-t-on enfin pour quelles raisons il y avait une urgence d’acheter 50 respirateurs défectueux l’an dernier, alors que le gouvernement semble satisfait du nombre de nos ventilators lors de cette deuxième vague ? Doit-on conclure qu’il n’y avait aucune utilité d’achat en 2020 ?

 

Aurons-nous finalement des réponses sur la façon dont une clique proche du pouvoir a profité du premier confinement pour s’enrichir sur le dos de la population, avant de se faire arrêter par les limiers de l’ICAC ? Ou le Premier ministre va-t-il justement profiter du bouclier ICAC pour nous priver d’informations capitales, avec l’argument qu’une enquête est en cours ? Devrait-on conclure que l’ICAC enquête non pas pour faire la lumière mais dans un objectif contraire ?

 

Pourtant, à l’heure d’un second confinement, et au vu des rapaces affamés qui se sont servis par centaines de millions en mars 2020 sur le dos d’une population confinée, notre vigilance citoyenne doit être plus que jamais incessante. La préoccupation collective est connue : est-ce que le gouvernement répétera, à nouveau, cette année son incroyable générosité, sous l’emergency procurement, envers certains happy fews ?

 

En attendant les questions, et surtout les réponses que voudraient bien nous donner le Premier ministre et les siens, l’Assemblée nationale reprend ses activités, avec une toute nouvelle configuration : Sawmynaden est redevenu simple député, Bodha a quitté les rangs de la majorité, Boolell a démissionné de son poste de leader de l’opposition au profit de Duval, qui se donne désormais pour objectif la reconstitution d’une opposition dispersée.

 

Compte tenu de l’inquiétante situation dans laquelle nous vivons depuis le second confinement, peut-on s’attendre à ce que les différents groupes de l’opposition, qui viennent juste de s’entre-déchirer égoïstement autour d’une question de primeministership, mettent de coté leurs querelles inutiles pour réclamer des comptes à un gouvernement qui n’a jamais cru dans une politique de transparence ?

 

Peut-on s’attendre à ce que nos élus de tous bords ne cèdent pas à des comportements frisant l’enfantillage, à l’exemple de la première séance de la reprise post-Covid 2020 où le leader du MMM fut expulsé, avec pour conséquence un walk-out de l’opposition?

 

Peut-on espérer que le Speaker, dont on connaît la finesse du personnage, conforté dans sa posture partisane envers le gouvernement par une choquante décoration le 12 mars, cesse de porter des visières partiales ? La population aura attendu trois longs mois pour que le Parlement reprenne. Quand on fait le compte des jours de fermeture de l’hémicycle, des expulsions faciles et grotesques des membres de l’opposition, empêchant ainsi la démocratie de fonctionner pleinement, et des séances qui n’ont pas eu lieu les mardis, nous privant des questions adressées au Premier ministre, on se demande si ce n’est pas un autre exemple de dilapidation des fonds publics !

Ajouter un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.