• Contaminations à SKC Surat : deux jours tendus…
  • Le ministre de la Santé, Kailesh Jagutpal : «C’est une situation bien grave»
  • Plusieurs cas de Covid-19 recensés localement : les Mauriciens sur le qui-vive
  • Man City vs Man United : les faux frères
  • Super League : le GRSE Wanderers en plein suspense
  • Et Ramgoolam qui rit…
  • Ce lundi 8 mars 2021, l’express devient l’express des Femmes
  • Enquête judiciaire : Bonomally, la clé de l’énigme sur la mystérieuse disparition de Kistnen ?
  • Assemblée générale élective du MTC : la survie du club en toile de fond
  • La vie de fashionisto de Patrice

And Bodha stole the show !

C’est l’Attorney General qui s’est senti un peu ridicule samedi matin ! D’où le besoin de prendre la parole au Comité central pour nous jouer un petit couplet sur l’importance d’une parole donnée, tentant de justifier sa force de conviction de la veille quand il balayait d’un revers de main les rumeurs autour d’une éventuelle démission de Bodha.

 

Vendredi après-midi, sur les ondes de Radio Plus, Maneesh Gobin mettait les bruits de couloir d’un prochain départ de Bodha sur une manœuvre de l’opposition. Mais ce n’est pas tout. En voulant faire le malin, sinon l’arrogant, Gobin avait jugé utile de rajouter une phrase qui l’a couvert de railleries le lendemain : «Aster mo gete-la si Nando pou kite.»

 

Gobin aura beau essayer de faire croire que c’est Bodha qui a manqué à sa parole car interrogé vendredi après-midi par quelques collègues, dont lui-même, l’ancien ministre des Affaires Étrangères aurait juré allégeance au MSM, nous retenons que ce sont les forces adverses du MSM qui étaient dans les secrets de l’ex-ministre.

 

Que ce soit le leader de l’opposition, Arvin Boolell, qui a créé la surprise en annonçant sur sa page Facebook, dès le 1er février, que «Bodha has conveyed the message that he would quit», qu’il s’agisse des avocats auto-proclamés Avengers qui lançaient un appel – loin d’être innocent – le dimanche 31 janvier, envers l’ex-ministre des Affaires étrangères, que l’on analyse la réaction de Bodha lui-même qui avait refusé de commenter ce sujet dans les médias, sans pour autant apporter un démenti formel sur une possibilité de départ pendant toute une longue semaine, il était clair qu’un abandon du navire MSM faisait partie des options.

 

Faut dire qu’en politicien futé, Bodha a bien choisi son jour, en «hijackant» toute la démonstration de force dont le MSM voulait faire montre le samedi 6 février. Quel était l’objectif de ce comité central élargi, si ce n’était de démontrer la notoriété du Premier ministre et par conséquent de faire savoir que le parti soleil, malgré la succession de scandales, malgré l’impopularité de ce parti qui gouverne avec seulement 37 %, malgré le regroupement de tous ses adversaires qui prévoient ensemble une marche le 13 février prochain, continue tranquillement son chemin dans les allées du pouvoir ?

 

Or, la démission de Bodha est venue tout chambouler, forçant ainsi les centaines de partisans acquis à la cause du Premier ministre – venus applaudir leur héros, celui-là même vedette d’un clip censé vanter ses mérites mais qui se révèle plutôt risible quand il ne témoigne pas du niveau de ceux qui sont derrière pareille réalisation pathétique – à écouter un tout autre discours.

 

Car du coup, Pravind Jugnauth a dû revoir sa copie et c’est ainsi qu’il a tenté de minimiser le départ de Bodha, affirmant que celui-ci se joindra au MMM où il aurait reçu l’offre d’une prochaine candidature au poste de Premier ministre. En mettant la démission de son ancien secrétaire général sur une quelconque offre opportuniste, le leader du MSM tente de faire l’économie de commentaires sur les explications lourdes de sens avancées par Bodha pour motiver sa nouvelle position : «La situation dans le pays est devenue extrêmement grave, alors que nous faisons face à de grands défis. La culture du pouvoir et le fonctionnement du MSM ne correspondent plus aux valeurs et principes qui ont toujours marqué mon parcours politique.» Tout le monde a compris, sauf le principal concerné !

 

Et voilà donc le Premier ministre qui, encore une fois, décide de détourner le regard, refusant de voir à quel point le climat est bouillonnant avec une enquête judiciaire qui apporte son lot de révélations et provoquant une crispation sociale rendant nerveuse une population en quête de comptes qui ne viennent pas !

 

Alors même que les preuves sont désormais établies, et par la MCIT et par l’Assemblée nationale, qu’un salaire de Constituency Clerk attribué à Simla Kistnen – qui nie occuper ce poste – était versé sur la fiche de paie d’un ministre de la République, alors même que l’opinion découvre avec effroi les méthodes utilisées pour l’obtention de contrats faramineux, avec encore une fois mention du nom de ce ministre, au MSM, c’est business as usual. Et des porte-parole sont envoyés par le Premier ministre pour prendre la défense de Sawmynaden sur les ondes des radios. Pour quelle raison Pravind Jugnauth ne veut-il pas lâcher son ministre du Commerce qui le plonge chaque jour un peu plus dans la mare du déshonneur ? Allez savoir ! Pendant ce temps, le claquement de porte est venu là où on ne l’attendait pas ! Et Bodha s’en alla, avec dignité !

Ajouter un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.