• Mario Ponen dessine «Kuler nu ti zil»
  • Chanel, 18 ans : mon aventure dans la construction
  • Stage à Sheffield Utd : Expérience enrichissante
  • Ketty Lim Ka Lan : une belle aventure nommée Moka'mwad !
  • Swaranjali Group Grand-Bois : une histoire d’engagement
  • Son cas entendu devant le Privy Council : La longue quête de justice de Premchandra Bissonauth
  • Mo’Zar Espace Artistic : leur musique au-delà des frontières
  • Chaleur et perte d’appétit : comment y remédier ?
  • Astérix – Le secret de la potion magique | Tombons dans la marmite
  • Art martial japonais : Une fédération de kendo voit le jour à Maurice

Alain Auriant lance le groupe Israélite

art alain auriant.jpg
israelite.jpg

La satisfaction se lit sur son visage. Et pour cause, le projet du ségatier semble avoir porté ses fruits. En effet, Revelayson Rastafari, du groupe Israélite, est disponible dans les bacs depuis peu.

Une odyssée reggae, fruit de l’école de musique Ca nou visé, projet social sudiste de l’auteur du fameux Alé Maurice. Cette école de musique accueille bénévolement des jeunes de la région pour des cours de musique (piano, violon, batterie, guitare, danse).

«Beaucoup de jeunes défavorisés sont exposés à des fléaux comme la drogue et la prostitution. Or, on découvre que la musique peut les réunir et les sauver. Voici pourquoi Ca nou visé a vu le jour. Dans le cas de Israélite, ce sont cinq jeunes qui ont commencé à apprendre la musique et qui, jour après jour, se sont soudés artistiquement et amicalement. C’est ce qui m’a donné envie de les produire car – on ne le dit pas assez – il faut encourager les jeunes talents musicaux, leur donner autant que possible un coup de main», souligne Alain Auriant.

Le résultat : huit morceaux seggae avec un cachet mystique, dont deux compositions d’Alain Auriant lui-même. Un artiste qui aide à en découvrir d’autres, que demander de plus ? Pour plus de détails sur Ca nou visé et les horaires des cours, vous pouvez appeler au 496 0890. Revelasyon Rastafari est en vente chez les disquaires habituels.

Archive: