• Accidents de la route : encore des familles qui pleurent leurs proches disparus
  • Il a fait le show à Bercy - Warren Permal : «Paris… réussi !»
  • Compensation salariale de Rs 1 500 à Rs 2 000 : entre applaudissements, incertitudes et interrogations
  • Qui a dit que l’alternance politique doit être meilleure ?
  • 43e journée : encore une journée abandonnée en raison de la pluie
  • Météo : averses, orages et accumulation d’eau
  • Judo : sous le charme de Teddy Riner
  • Exposition : les «Terres Marronnes» de Shakti Callikan 
  • Nelly Beg : «Des femmes sous emprise psychologique»
  • Il atteint le camp de base de l’Everest avec son père et un autre Mauricien : Purvesh Jugnarain, la fierté de l’Afrique

Comment mieux les intégrer…

enfants surdoués 2.jpg

Le gifted child a souvent des problèmes d’apprentissage dans un circuit scolaire traditionnel. Il capte vite, donc déteste les répétitions.

Les enfants surdoués font souvent face à des difficultés au quotidien. Comment, en tant que parents et éducateurs, les aider à s’épanouir dans la société ?

On les appelle des gifted children. Afin d’aider ces enfants pas comme les autres à s’épanouir, la Fondation Enfants Surdoués a été créée en avril 2012 par Isabelle d’Abbadie-Di Betta et accueille déjà cinq petits surdoués. Le lundi 10 mars, la fondation a eu le plaisir d’accueillir une des meilleures psychologues françaises, Arielle Adda, pour une journée de formation adressée aux professionnels du Mauritius Institute of Education sur la manière la plus adéquate de s’occuper des enfants précoces dans le cursus scolaire. Car ceux-ci nécessitent une approche spéciale.

Mais d’abord, comment reconnaît-on un enfant surdoué ? Ce dernier réfléchit autrement et «est capable de prouesses intellectuelles hors norme», explique la psychologue Arielle Adda. Il existe plusieurs caractéristiques propres aux enfants précoces ; à ne pas confondre avec de simples traits de caractère. Selon la psychologue, «les recherches ont prouvé que ces enfants commencent à lire à un très jeune âge. Ils se mettent à lire des encyclopédies pendant que d’autres en sont encore à l’alphabet de base».

Les enfants surdoués sont généralement âgés de 6 à 17 ans et il existe un test afin de découvrir si un jeune peut être classifié comme tel ou pas. Le WISC (Wechsler Intelligence Scale for Children) comprend plusieurs épreuves dont le but est de connaître le niveau de quotient intellectuel initial des surdoués. Bien que ces derniers accèdent rarement à des scores de plus de 140, ces examens offrent de bonnes informations de diagnostic et des indications de capacité mentale. Ils sont faits à l’étranger car cela coûterait une fortune de les introduire à Maurice.

Les enfants surdoués sont présentés comme étant des petits génies, mais souvent, ils doivent faire face à plusieurs difficultés pour s’intégrer dans la société, notamment à l’école. Eh oui, aussi surprenant que cela puisse paraître, le gifted child a souvent des problèmes d’apprentissage dans un circuit scolaire traditionnel. Il capte vite, donc déteste les répétitions. Ses centres d’intérêt sont différents de ceux de ses petits camarades de classe, l’isolant pour, finalement, lui couper l’envie de se rendre à l’école.

Identifier et comprendre les «petits génies»

Dans certains cas, l’incompréhension des parents mène souvent à forcer l’enfant à continuer ses études en prétextant un caprice ou de la paresse. Le but de la fondation, selon la présidente Isabelle d’Abbadie-Di Betta, est justement «d’aider les parents à identifier et comprendre les “petits génies” et de les aider à choisir la meilleure solution pour leur épanouissement». Au niveau local, nous sommes ancrés dans un système éducatif qui se diversifie très peu. «Il est donc plus difficile pour les parents mauriciens de se tourner vers une scolarité différente, bien qu’adaptée, pour leur progéniture», nous dit Isabelle d’Abbadie-Di Betta. Un énième obstacle pour ces parents qui doivent aussi trouver les moyens de gérer la grande intelligence de leur enfant au quotidien.

«L’enfant surdoué est souvent hypersensible ; il s’effondre aux moindres petites remarques négatives et se défend très peu», nous rappelle Arielle Adda. Mais, précise-t-elle, il est important que les parents prennent conscience de la spécificité de leurs enfants afin de trouver des solutions pour qu’ils s’épanouissent.

Il est important d’accepter l’enfant comme il est et non pas le traiter comme un extraterrestre. Les enfants précoces se sentent souvent seuls, d’où l’importance pour eux de rencontrer d’autres enfants surdoués pour échanger et essayer de s’intégrer dans la société. Il faut aussi les encourager à pratiquer des activités sportives et trouver d’autres passe-temps pour qu’ils puissent avoir plus d’assurance et de confiance en eux. Le regard des autres est très important pour les enfants surdoués qui, de surcroît, n’aiment pas se sentir différents des autres. Trouver une institution où ils seront face à d’autres enfants semblables à eux les aidera à prendre conscience au fait qu’ils ne sont pas seuls au monde. C’est bien cela l’objectif de la Fondation Enfants Surdoués…

Archive: