• Drame de Mapou | Quatre amis unis dans la mort : la douleur de leurs proches
  • Accidents fatals : Sept autres familles plongées dans le deuil
  • Antoine Chetty, libéré : Ma vie en prison
  • Affaire Medpoint au Privy Council : Présences «embarrassantes» dans la salle d’audience
  • En spectacle le 26 janvier | Jamel Debbouze : «J’ai hâte de retrouver le public mauricien»
  • Ethique, intégrité, dignité…
  • Thaipoosam Cavadee : Face à l’épreuve du sacrifice
  • Fred Chesneau, le «Globe Cooker», à la table d’une famille mauricienne
  • Tir à l’arc : Wasim Yacoob s’en est allé
  • Kisasa, un restaurant atypique au coeur de Port-Louis

Le basketteur Giovanni Sarah périt après une sortie de route | Son épouse : «Nous avons gardé espoir jusqu’au bout»

De son vivant, il était un battant. Mais Giovanni Sarah a perdu son dernier combat le lundi 30 avril. Il a rendu son dernier soupir ce jour-là, après neuf jours sous respiration artificielle au département des soins intensifs de l’hôpital Victoria, à Candos. Selon l’autopsie, il a succombé à des craniocerebral injuries.

 

Le samedi 21 avril, soit le jour de son 39e anniversaire, Giovanni Sarah, basketteur ayant joué pour l’équipe nationale, se rendait à l’aéroport afin d’y déposer sa sœur aînée, Shirley Vielleuse. Cependant, à hauteur de Mare-d’Albert, sur la Nationale, la voiture à bord de laquelle ils se trouvaient a perdu une roue et fait une sortie de route, avant de terminer sa course contre un parapet. N’ayant pas subi de blessures graves, Shirley Vielleuse a alerté les premiers secours, alors que son frère était inconscient.

 

Depuis, ce dernier est resté dans le coma. «Nous savions que son état de santé était critique. Les médecins nous avaient déjà prévenus. Mais nous avons gardé espoir jusqu’au bout», confie Sybille, l’épouse de Giovanni Sarah. Le jeune homme, papa d’une fille de 5 ans et de deux garçons de 8 ans et 1 an et demi, travaillait à l’hôtel Sands Resort et venait d’être promu Entertainment Manager. Promotion pour laquelle ses collègues prévoyaient de lui organiser une fête. «Giovanni était un mari formidable et un père exemplaire. Il m’aidait beaucoup à la maison. Vu qu’il travaillait le soir, et moi durant la journée, il faisait en sorte que je rien à faire et que je puisse me reposer en rentrant.»

 

Les obsèques de ce père de famille ont eu lieu le mardi 1er mai.