• Radha, victime de la folie meurtrière de son fils | Raaksha : «Je ne comprends pas comment mon frère a pu tuer notre mère»
  • Priscilla, 20 ans, accouche dans les toilettes de l’hôpital Victoria : «Mo ti kapav perdi mo zanfan»
  • Anne Murielle Ravina & Marie Anoushka Ah Keng : Rodrigues power !
  • Primary School Achievement Certificate : Ils récoltent le fruit de leur travail
  • Inondations : Le cauchemar des habitants de Cottage
  • À nos actes manqués
  • Akbar Patel vs Colin Bell : Duel au sommet du Club M
  • Yaaseen Edoo (Man Utd) : «L’enjeu est énorme»
  • Antish Rupear (Liverpool) : «Le match à ne pas perdre»
  • Liverpool vs Manchester Utd : Le match de la peur

Deux jeunes perdent la vie à bord d’un deux-roues

Les proches d’Aman Dowlut pensaient qu’il était au travail le jour de l’accident.

Le mardi 20 février, Nerija H., 17 ans, devait se trouver au collège. Quant à Aman Dowlut, 21 ans, il était attendu sur son lieu de travail. Mais tous deux ont perdu la vie suite à un accident de la route, survenu à Curepipe. Laissant derrière eux des proches effondrés.

 

Ce matin-là, Aman Dowlut, maçon de profession, avait quitté son domicile, à L’Escalier, pour se rendre au travail. C’est du moins ce que pensait son père. Mais le jeune homme aurait changé ses plans. «Il aurait emprunté la moto d’un ami», selon son père, et serait allé rejoindre Nerija H., à Curepipe. L’accident s’est produit peu après, aux alentours de 9 heures, à la hauteur de la SBM. La moto que pilotait Aman Dowlut est entrée en collision avec un camion. Le choc était tel qu’il est mort sur le coup. Sa passagère, Nerija H., une étudiante habitant St-Pierre, a été grièvement blessée. Elle a été admise aux soins intensifs de l’hôpital Jawaharlal Nehru, à Rose-Belle, où elle a succombé à ses blessures, deux jours plus tard.

 

Sous le choc, le père du jeune homme déclare ne pas connaître l’adolescente qui accompagnait Aman Dowlut, ce jour-là. Il n’a, dit-il, jamais entendu parler d’elle. Aman Dowlut était le fils aîné d’une fratrie de trois enfants. 

 

De leur côté, les parents de Nerija H., qui étaient persuadés que leur fille se rendait au collège le jour de l’accident, n’ont pas souhaité faire de commentaire.