• Ashar Sobratee condamné à 39 ans de prison pour le meurtre d’Ayaan, 2 ans - Adil, le père du garçonnet : «Aucune sentence n’apaisera ni mon chagrin, ni ma colère !»
  • Boulangers : après les menaces, l’espoir
  • Débats budgétaires : un marathon houleux
  • Michael Lalljee nous ouvre les portes du «Gardien du Robinet d’Or»
  • Vidéos montrant des tortures policières : lueur d’espoir pour Krishna Seetul et David Jolicoeur
  • Décès de Gilbert Rousset : poignants adieux à une grande figure du turf
  • Chair2chair : la santé mentale au cœur de l’action
  • Naomi Buan & Cyril Rasoamanana : en attendant de passer le flambeau aux prochains Gold Faces…
  • Salam mister Joe !
  • Les Komiko ont leur site pour voir toutes leurs productions !

Vrai ou faux : sept idées reçues sur l’acné décortiquées

L’acné peut avoir un impact aussi bien physique que moral.

Les causes de cette maladie inflammatoire chronique sont multiples. Elles peuvent être génétiques, hormonales ou encore hygiéniques. Il existe aussi de nombreux mythes sur l’acné : faut-il ou pas percer ses boutons ? L’acné est-elle un problème lié à l’adolescence uniquement ? Une exposition au soleil serait-elle la solution ? Le Centre international de développement pharmaceutique (CIDP) démystifie sept idées reçues sur l’acné.

«L’acné est une maladie chronique de la peau, qui est très répandue tant chez les hommes que chez les femmes, adultes comme adolescents. Elle touche les glandes qui sécrètent le sébum à la racine des poils, principalement sur le visage, le dos ou encore les épaules. Ce problème a un impact considérable tant sur le physique que sur le mental des patients touchés qui, souvent, par désespoir essaient des remèdes qui empirent leur état», explique le Dr Gitanjali Petkar, Principal Investigator et Medical Expert de CIDP Mauritius. C’est pourquoi, poursuit-elle, le CIDP a décidé d’ouvrir ses portes aux personnes souffrant d’acné pour, d’une part, les informer des traitements disponibles et, d’autre part, mettre fin aux idées reçues sur le sujet.

 

1. L’acné est un problème de peau qui ne touche que les adolescents

Bien que l’acné soit l’une des maladies les plus courantes chez les adolescents, elle peut apparaître pour la première fois chez des personnes âgées de 20 ou 30 ans. Les femmes dans la quarantaine peuvent rencontrer des éruptions dues à un déséquilibre hormonal lié à la ménopause ou à d’autres pathologies comme le SOPK (syndrome des ovaires polykystiques).

 

2. Les aliments gras et épicés aggravent l’acné

Il n’y a pas de lien direct entre les aliments gras ou épicés et les poussées d’acné. Cependant, des études récentes ont prouvé la corrélation entre les aliments à indice glycémique élevé (chocolat, sucreries, boissons sucrées, etc.) et les produits laitiers non biologiques. Les aliments à indice glycémique élevé provoquent des fluctuations importantes du taux de sucre dans le sang, ce qui peut entraîner une exacerbation de l’acné.

 

3. L’exposition au soleil améliore l’apparence d’une peau acnéique

Profiter des bienfaits du soleil peut être une bonne idée. En revanche, s’exposer aux rayons UV aux heures de pointe et pendant une période prolongée peut irriter votre peau et entraîner une inflammation et une augmentation de l’acné. En outre, certains médicaments contre l’acné rendent votre peau sensible aux rayons UV. Si vous en prenez, il est donc conseillé d’intégrer un écran solaire dans votre routine de soins de la peau.

 

4. Se laver ou se frotter le visage élimine l’acné

Au contraire, l’utilisation d’un savon ou d’un nettoyant pour le visage agressif et un frottement excessif peuvent entraîner une sécheresse et endommager la barrière cutanée, la rendant vulnérable. Pour compenser, la peau commence à produire plus de sébum, ce qui peut aggraver l’acné.

 

5. Percer les boutons permet de se débarrasser de l’acné

L’éclatement d’un bouton peut entraîner la propagation de bactéries dans la zone entourant la lésion acnéique, ce qui peut provoquer une inflammation supplémentaire, des éruptions, des tâches et des cicatrices dans les cas graves.

 

6. Seules les personnes souffrant d’acné devraient se préoccuper du «maskne»

Le maskne est un nouveau terme apparu lors de la pandémie de Covid-19. Il fait référence aux éruptions d'acné qui se produisent sous nos masques. Lorsque nous respirons ou parlons, un environnement chaud et humide est créé sous le masque, ce qui favorise la croissance des bactéries de l’acné. Cette prolifération bactérienne et la friction causée par le masque peuvent favoriser l’acné, même chez les personnes qui n’en avaient pas au départ.

 

7. L’acné s’estompe en hiver

 
L’acné est un problème qui persiste tout au long de l’année. Chez certaines personnes, contrairement aux idées reçues, il peut s’aggraver en hiver. L’une des raisons peut être une sécrétion excessive de sébum (huile sécrétée par la peau) pour combattre la sécheresse de la peau à cause du froid. Une production excessive de sébum, associée à une peau sèche et squameuse, entraîne l’obstruction des pores et des poussées d’acné en hiver.

 


 

À savoir

 

Afin de sensibiliser le public à ce sujet et déconstruire les idées reçues les plus répandues, le Centre international de développement pharmaceutique (CIDP) organise deux journées portes ouvertes, les 17 et 24 juin, dans ses locaux, au BioPark, à Socota Phoenicia. L’objectif est également de recruter des volontaires souffrant d’acné légère, modérée ou sévère pour évaluer des produits visant à soigner cette maladie. Les intéressés peuvent s’inscrire en appelant au 401 2600.