• Trois agressions mortelles en quelques jours : Les proches de Devadassen, Jacquelin et Alwin entre chagrin et stupeur
  • L’arche de Noé… mie
  • SaveMart : sept ans au plus près des Mauriciens
  • BTS : Le phénomène K-pop à la conquête du monde… et de Maurice
  • Ligue des champions (2e journée) | Juventus vs Barcelone : Messi cherche Ronaldo
  • Désiré François : un concert, un défi
  • Accidents fatals : deux nouvelles victimes, deux familles affligées
  • Une ado de 16 ans poignardée par le père de son enfant de 9 mois | Sa tante : «Nous étions opposés à leur relation dès le départ»
  • Air Mauritius : des employés crient leur colère
  • Championnat d’Angleterre (6e journée) | Arsenal vs Leicester City : qui sera le plus rusé ?

Une lueur d’espoir appelée World Light

Sweety Permal et son équipe s'occupent actuellement de 22 enfants à la World Light Kids Villa.

Restaurer la confiance d’un enfant blessé, l’aider à grandir dans un environnement sain pour qu’il puisse devenir, demain, un adulte responsable. Telle est la mission de l’association World Light.

Parce qu’ils respirent l’innocence. Parce qu’ils ne demandent qu’à être aimés et protégés. Parce qu’ils méritent de grandir dans un environnement sain et en toute sécurité. C’est pour toutes ces raisons et bien plus encore que l’équipe de l’association World Light a choisi de veiller sur les enfants qui sont en situation de vulnérabilité en leur donnant amour, attention et soin afin d’emmener une lueur d’espoir dans leur vie. C’est la mission quotidienne de Sweety Permal, la fondatrice et directrice de World Light, et de son équipe, qui ont à cœur le bien-être de ces enfants qui, malgré leur jeune âge, doivent faire face à des conditions de vie douloureuses.

 

Comme toutes les ONG qui sont passées par des moments difficiles avec la crise sanitaire, World Light n’échappe pas à cette réalité. C’est d’autant plus difficile, explique Sweety Permal, que l’association s’occupe exclusivement d’enfants, dont beaucoup en bas âge, qui requièrent des soins et du matériel qui sont assez coûteux. «Ils ont besoin de lait, de couches, de vêtements, de soins et tout cela coûte de l’argent. C’est pourquoi nous avons besoin de toute l’aide que nous pouvons recevoir», lance-t-elle. Il y a quelques jours, l’équipe de World Light, qui travaille en collaboration avec FoodWise, a fait une levée de fonds afin de pouvoir récolter des vivres. «Chaque don que nous pouvons recevoir nous aide beaucoup. C’est pourquoi nous comptons sur la générosité des Mauriciens qui peuvent nous aider à mener notre mission à bon port.»

 

Monter cette association a été le plus grand rêve de Sweety Permal qui a toujours été impliquée dans le social. C’est avec une petite équipe qu’en 2008, elle commence à faire du volontariat un peu partout dans le pays. «Nous avons commencé par faire du travail de terrain dans les quartiers vulnérables des Plaines-Wilhems et nous avons identifié de nombreux enfants victimes de négligence, d’abandon, de violence. Des enfants qui devaient faire face à la séparation, à la prison ou encore à la drogue, et qui étaient à risques. C’est alors que nous avons ressenti le besoin de fournir un abri sûr afin de répondre aux besoins des enfants en détresse et de fournir des activités et un cadre appropriés pour leur développement personnel.»

 

Une maison d'accueil

 

Ainsi, après plusieurs années de travail dans l’ombre, l’association est officiellement lancée en 2017. Aujourd’hui, elle s’occupe de 22 bénéficiaires dont le plus jeune est âgé d’un mois seulement. World Light compte sur une équipe dévouée dont l’ultime objectif est de tout mettre en œuvre pour le bien-être de ces jeunes enfants qui ne demandent qu’amour et protection.

 

Il y a deux ans, Sweety Permal et son équipe ont réussi à accomplir une belle réalisation en mettant sur pied la World Light Kids Villa, une maison d’accueil pour les enfants qui, pour une raison ou une autre, doivent être retirés de leur environnement familial pour leur propre bien. «C’est un projet qui me tenait extrêmement à cœur. J’aime le social et, par-dessus tout, j’aime les enfants. Je me suis rendu compte, au fil des années, qu’il y avait un manque de centres d’accueil pour les enfants à Maurice. C’est pour cela que nous avons décidé d’ouvrir la World Light Kids Villa. Nous avons choisi ce nom parce que nous n’aimons pas trop le mot shelter. Nous voulons que les enfants se sentent privilégiés, aimés et entourés en étant ici.»

 

La maison d’accueil abrite en ce moment 22 résidents. L’association travaille étroitement avec la Child Development Unit (CDU) et le ministère de l’Égalité des genres. «Ce sont eux qui placent les enfants chez nous. Ces petits sont souvent délaissés et ne peuvent pas rester avec leurs parents parce que leur environnement familial n’est pas jugé sain. Nous les prenons donc sous notre aile pour les aimer et les protéger, en mettant tout en œuvre pour qu’ils puissent grandir dans un environnement sain et devenir plus tard des adultes responsables. Nous voulons leur offrir cette lumière», confie Sweety Permal.

 

Pour cela, World Light mise sur l’éducation et plusieurs autres activités afin de permettre le développement personnel et l’épanouissement de ses bénéficiaires. En plus des cours de rattrapage, les enfants ont droit à des cours d’art, de théâtre et de musique, sans compter les sorties éducationnelles et récréatives. Ils bénéficient aussi d’un suivi régulier avec un psychologue et un nutritionniste, deux éléments essentiels, affirme la directrice, dans leur bon développement.

 

«Il faut des solutions innovantes et holistiques qui rompent véritablement le cycle de la maltraitance infantile et de la violence domestique. Il s’agit aussi de faire progresser la recherche et les politiques sociales pour une meilleure compréhension, une meilleure inclusion sociale et des ressources pour les enfants en détresse. Cette action apportera une lueur d’espoir, offrira à chaque enfant l’opportunité de grandir en tant qu’individu. À travers un environnement propice et un accompagnement professionnel, nous voulons leur inculquer courage, autonomie et confiance. Nous espérons restaurer leur innocence et leur enfance pour qu’ils puissent se transformer, s’épanouir et prospérer.» C’est là, confie Sweety Permal, toute la raison d’être de World Light.