• Jane Constance & Mickaël Pouvin : deux belles voix pour faire vibrer le Caudan Arts Centre
  • Sport Automobile : La Motors Formula Team en piste le 14 avril
  • Emilie Duval : «On doit tous, que ce soit l’Église catholique ou autre, se sentir concernés par les abus sexuels sur mineurs»
  • Agression mortelle de Shobanand Bhoyroo, 61 ans, par son voisin | Son neveu : «Ce n’était pas la première fois qu’il était brutalisé»
  • Fête de l’Indépendance : Le fabuleux 12 mars du constable Damien Céline
  • Un Mauricien parmi les disparus après l’attentat contre deux mosquées en Nouvelle-Zélande | Anwar, le frère de Moosid Mohammed Hossen : «C’est un choc»
  • Coupe du monde féminine 2019 : Sous l’œil attentif de Queency Victoire
  • Dengue : Vallée-des-Prêtres en alerte, Maurice sur le qui-vive
  • Captain Marvel : On y va, on n’y va pas ?
  • Décès tragique de Dia Dookhit | Ses parents : «Nous voulons connaître la vérité…»

«Soul Calibur 6» : armes blanches très joueuses

Des face-à-face qui durent depuis 1995, année de sortie du tout premier Soul Edge. Voici qu’arrive le sixième volet de cette saga qui a d’abord pris place dans les salons d’arcade avant de débarquer sur les consoles de salon. Soul Calibur 6, disponible sur PS4, Xbox ONE et PC, est en tout cas un jeu de combat qui propose une bonne expérience solo et un multi classique mais efficace, avec également de sympathiques nouveautés de gameplay.

 

Ce nouveau volet ne change pas la donne : il s’agit toujours d’interminables combats à l’arme blanche dans une époque lointaine avec, ici, une vingtaine de personnages qui gravitent toujours autour d’une intrigue qui a comme centre deux épées surpuissantes qui croisent le fer, un peu à l’instar du bien contre le mal. Tout un programme mouvementé donc pour les nombreux joueurs qui vont se plonger dedans.

 

Et c’est plutôt généreux pour les joueurs solitaires. Car Soul Calibur 6 inclut non pas un mais deux modes solo. On a avant tout le mode Libra of Souls, qui commence par la création de votre avatar. Cette customisation peut être très dense, et l’on voit même sur le web certains malins qui ont réussi à faire des personnages connus (Thanos, Skeletor des Maîtres de l’Univers) avec l’outil ! Dès que vous avez votre personnage, vous entamerez un long périple. Et c’est là que Soul Calibur 6 intègre de fortes composantes RPG. D’abord avec le niveau de votre avatar qui monte au fur et à mesure des combats, avec de l’expérience à gagner pour doper vos statistiques. Ensuite, on retrouve le fameux principe de la quête principale et des quêtes annexes, que vous pourrez faire en marge de la trame première. Et vous avez intérêt à y aller car votre personnage grimpera en niveau et en force.

 

Bien sûr, nous sommes dans un jeu de combat et tout ceci ne se résume qu’à des combats, événements de la quête principale comme ceux des quêtes secondaires. Mais la narration (des textes souvent interminables) est assez poussée pour qu’on s’immerge vraiment dans un récit, avec intrigue et univers et tout.

 

Geralt l’invité

 

Plus classique, Soul Chronicles est un mode solo qui consiste en des mini-campagnes pour chaque personnage, où vous visiterez le monde du jeu tout comme dans Libra of Souls. Et surtout, vous en saurez plus sur le background de tous ceux contre qui vous allez combattre. Et parmi les 19 à choisir, on est en terrain bien connu, avec tous les Cervantes, Voldo, Sophitia, Siegfried et les autres. Ah, un petit invité quand même en la personne de Geralt, le fameux Witcher des jeux et livres éponymes, que vous pourrez contrôler avec tout ce qu’il faut de super-pouvoirs et de grosses épées.

 

Les personnages et la façon de les faire jouer justement… C’est simple, tout le monde peut jouer à Soul Calibur 6 et s’amuser. Les coups sortent facilement et les mécaniques de jeu deviennent vite évidents, avec attaques horizontales et verticales, reversal, coups de pied. La grosse nouveauté vient dans le Reversal Edge, sorte de contre-attaque d’une attaque par une autre grosse attaque, résultant en un court de laps de temps où vous allez devoir jouer un coup au hasard pour vous en sortir, si l’autre joueur ne vous assène pas un coup encore plus fort pendant le temps imparti…

 

Attention, le gameplay pour les combats n’est pas pour autant simpliste, car si les novices s’amuseront, les plus exigeants auront aussi de quoi faire, en découvrant alors tout le côté technique des combats, en maîtrisant contres, super attaques, coups de pied, bref, tout le tralala ! Du fun donc, mais aussi du temps pour maîtriser le jeu comme il se doit.

 

On pourrait presque oublier le multi. Le best reste, cela dit, le jeu à deux en réseau local sur une même machine, qui est toujours fun, d’autant que Soul Calibur 6 reste plus ou moins accessible. Bon, bien sûr, les combats contre les joueurs du monde entier sont aussi de la partie, et il y aura de quoi faire pour bouger dans le classement des meilleurs combattants.

 

Visuellement, c’est du plutôt joli aussi, surtout sur Xbox ONE X et PS4 Pro. Pas trop de bugs graphiques à signaler, même si le temps de chargement peut parfois s’avérer long. Mais rien qui entache un jeu avec une partie solo qui vous demandera plusieurs dizaines d’heures et un multi qui n’invente rien mais qui fait bien le boulot. Et le tout sans sacrifier le fun et la technique. Si vous cherchez un jeu de combat accessible ET technique ET amusant, sortez les armes blanches avec Soul Calibur 6.