• Sahill Persand, 21 ans, meurt dans l’incendie de sa voiture en janvier - Ses parents : «Ena boukou kitsoz lous kinn deroule dan sa zafer-la»
  • Championnats d’Afrique d’haltérophilie jeunes et juniors : une troisième couronne africaine pour Khelwin Juboo
  • Décès du chanteur de «Gangta's Paradise» - le Mauricien Judex Rose : «Le jour où j'ai partagé la scène avec Coolio»
  • Sooraj Laljee en détention pour trafic humain allégué : son épouse l’accuse ; ses proches parlent de «coup monté»
  • Elle est sélectionnée pour l’OplinePrize International - L’artiste Vidya-Kelie, d’origine mauricienne : «Votez pour moi !»
  • [ PUBLI-REPORTAGE ] Use heart for every heart
  • Son nouvel album lancé en exclusivité et en live au J&J Auditorium - Mickaël Pouvin : «Je veux encore toucher le cœur des Mauriciens»
  • Agression sanglante à Résidence Barkly : comment j’ai échappé à une tentative d’assassinat à l’arme blanche
  • Spectacle de Norah Fatehi : le bonheur des sept Mauriciens qui danseront avec elle
  • Yuvan Sungkur, le faux avocat démasqué - Me Sanjeev Teeluckdharry : «Il a trompé beaucoup de monde, je ne comprends pas comment…»

Sodnac Humanity Association : pour un avenir meilleur

La Sodnac Humanity Football Club organise plusieurs tournois.

Cela fait un an que cette ONG a vu le jour. Elle regroupe plusieurs Mauriciens qui ont souhaité, à leur manière, œuvrer pour l’avancement du pays et la construction d’une société meilleure pour tous. 

Avoir un impact positif sur la communauté. Encourager ceux qui vivent dans la précarité à changer leur vie afin que, tous ensemble, nous puissions créer une société meilleure. Telle est la philosophie de la Sodnac Humanity Association. Cette jeune ONG, créée il y a tout juste un an par Mohammad Reaaz Baureck, regroupe plusieurs Mauriciens bénévoles et désireux de contribuer, à travers le social, à l’avancement du pays. L’idée de lancer cette association, souligne le président, est née pendant la pandémie de la Covid-19, un moment où le monde et l’île Maurice traversaient une période difficile et compliquée sur bien des points. S’ils ont alors commencé en donnant un coup de main où on avait besoin d’eux, les membres de la Sodnac Humanity Association ont vite trouvé leur mission, celle d’investir dans les enfants et les jeunes afin de construire une société meilleure pour tout un chacun.

 

C’est donc avec cette vision en ligne de mire que Mohammad Reaaz Baureck et son équipe mettent en place plusieurs aides, activités et programmes à travers le pays. «Notre objectif est de tout faire pour autonomiser les jeunes et créer une société sans faille. Nous misons, pour cela, sur le sport. Par exemple, nous avons une équipe de football formée par un entraîneur-chef qui est Ravi Bundhoo, éducateur physique au collège de Beau-Bassin, mais aussi l’entraîneur Yusuf Korrimbocus, éducateur physique au Collège Culturel Islamique de Belle-Rose, qui encadrent les jeunes à travers le sport afin de leur permettre non seulement de pratiquer un sport mais aussi de se dépenser et d’acquérir des notions de discipline, de rigueur et de dévotion, qui sont propres au sport. Nous organisons régulièrement des tournois et des matchs amicaux, et travaillons pour cela en collaboration avec d’autres ONG comme l’association BCR et l’association des femmes Al Shams», souligne le président de l’association.

 

Outre le sport, la Sodnac Humanity Association mise sur l’empowerment des jeunes. Elle propose notamment un programme de leadership mené par Gayeetree Ramchurn Samboo, vice-présidente de l’association. Aussi, l’ONG organise, quelques fois, des Educational Tours avec la collaboration de la municipalité de Quatre-Bornes pour dispenser des cours mais aussi donner des conseils à ceux qui s’apprêtent à devenir des citoyens de demain, souligne Mohammad Reaaz Baureck. «Nous encourageons les jeunes à réfléchir, à se projeter. Nous leur donnons les outils nécessaires à travers les valeurs morales, l’éducation, l’orientation professionnelle, pour qu’ils puissent prendre confiance en eux et développer leurs propres objectifs pour leur avenir.»

 

Travail d'équipe

 

En sus du volet de la jeunesse, la Sodnac Humanity Association, explique Mohammad Reaaz Baureck, travaille également sur plusieurs autres plans, notamment en distribuant des food packs aux nécessiteux, en organisant des dons de sang et des activités pour les seniors. «Nous voulons promouvoir le changement climatique par la sensibilisation à travers des ateliers de travail et la distribution de plantes aux membres du public. Nous voulons regrouper les jeunes en organisant des événements sportifs, parler avec eux des facteurs affectant notre société, comme la drogue, les conseiller, les guider. Nous voulons encourager une bonne hygiène de vie en proposant régulièrement des bilans de santé et en organisant des dons de sang», explique le président de l’association.

 

La Sodnac Humanity Association travaille également pour l’avancement de la cause féminine et propose notamment des formations et diverses activités en ce sens. «Samaira Mazhar Hussein Baureck, mon épouse, est la conseillère juridique de l’association et elle offre un accompagnement et un encadrement par rapport à la violence domestique. Ensemble, nous essayons de trouver des solutions et travaillons à la prévention. Nous aidons la communauté dans son ensemble en favorisant le renforcement des capacités. Nos membres exécutifs ont aussi été formés afin d’accompagner au mieux les femmes entrepreneurs vers l’autonomisation.»

 

Aujourd’hui, plus que jamais, lance notre interlocuteur, c’est le travail d’équipe et la volonté d’apporter un vrai changement, qui poussent et motivent les membres de la Sodnac Humanity Association à se mobiliser et à se mettre au service de leur pays au quotidien. «Nous avons une équipe dévouée prête à aider la communauté et nous aidons notre pays et n'attendons rien en retour. Pour continuer à faire ce que nous faisons, nous avons besoin du soutien de tout le monde et du gouvernement. D’ailleurs, nous travaillons en collaboration avec les ministères du Genre, de la Femme, de l’Intégrité sociale et de l’Environnement pour la gestion des déchets solides et du changement climatique. Nous voulons aider à la création d’un futur meilleur pour nous et nos enfants. Nous ne voulons laisser personne sur le côté. Nous devons tous nous unir et travailler main dans la main pour une île Maurice meilleure.»

 

C’est pour cela, lance Mohammad Reaaz Baureck, que leur engagement leur tient à cœur.