• Somayah Seetanah, 88 ans, mortellement poignardé lors d’un vol : Des adieux émouvants à «un homme droit et sans histoire»
  • Moi, gay et mes rêves pour mon île
  • Football Local : Ciel gris sur la MFA
  • De De Pyar De : L’amour est une ordure
  • Accidents fatals : Geeantee Rajeeb perd son fils et son époux à 15 ans d’intervalle
  • Actions et vérités
  • Concours Konpoz To LaMizik : c’est parti pour durer !
  • La vie de fashionista de Véronique
  • Laferm Coco ; c’est trop «dilo koko»
  • Red Bull Neymar Jr’s Five 2019 : Joker Wind valide sa participation

Resident Evil 2 : Grand revival zombie

Souvenez-vous de 1998. Manette tremblante en main, à peine sorti indemne du manoir du premier volet, on entrait de nouveau en plein cauchemar dans Resident Evil deuxième du nom, où l’on contrôlait les personnages de Leon Kennedy et Claire Redfield dans la ville de Rancoon City, prise d’assaut par des virus qui laissent zombies et monstres sur leur passage.

 

Voici que s’amène le remaster de ce jeu culte sur PC, XBOX One et PS4, tout beau, tout remanié, dans les normes actuelles. Une aventure intense qui montre à quel point on peut offrir un remaster digne de ce nom.

 

Pour les petits nouveaux, Resident Evil 2 propose deux histoires principales avec Leon Kennedy, le flic débutant, et Claire Redfield, sœur du pauvre héros du premier volet. Lorsque vous en aurez terminé avec Leon, vous vivrez l’aventure de Claire, qui contient beaucoup de similarités avec la campagne de Leon (les deux sont ensemble au début du jeu mais sont violemment séparés par la suite) mais inclut des interactions avec d’autres personnages secondaires et parfois même des ennemis retors.

 

Tyrant lor baz !

 

Il y aura donc de quoi faire, avec environ dix heures par campagne solo. Les campagnes terminées, vous débloquerez de nouveaux costumes et la petite campagne rigolote avec Hunk et Tofu, qui est plus un rush mode qui privilégie l’action plutôt que la tension et le suspense des campagnes solos.

 

Finis donc les plans fixes et les contrôles rigides ! Manette en main, Resident Evil 2 a l’air d’être carrément un tout nouveau jeu, avec vue à la troisième personne, décors sanguinolents et effets de lumière très convaincants, sans oublier une belle modélisation de zombies et de monstres que vous allez croiser, qui tombent souvent dans du très gore – normal, on est dans un Resident Evil – et de l’excellente animation faciale pour les personnages plus humains. En plus d’un montage sonore bien tendu, le remaster a imaginé de nouveau tous les dialogues qui sonnent donc plus justes que les moments plus mélodramatiques de la version originale.

 

Le gameplay est aussi en mode 2019, avec une bonne fluidité et une visée très instinctive. Mais attention, le jeu n’est pas plus facile pour autant car les gars de Capcom ont réussi à mélanger une ambiance tendue avec des challenges car les ennemis sont très forts (ah, ces sales lickers) ou très coriaces (des zombies qui vous attaquent, même s’ils sont démembrés). Autre défi : à un moment donné, le Tyrant, indestructible machine à tuer – rappelant le Nemesis de Resident Evil 3 –, fera son apparition, et il faudra à chaque fois l’éviter en vous sauvant comme un abruti !

 

Resident Evil 2 constitue donc, avec le remake de Shadow of the Colossus (exclu PS4, désolé pour les joueurs PC et XBOX One), l’exemple type d’un remaster bien ficelé, avec une sacrée refonte visuelle et un gameplay tous les deux adaptés aux normes d’aujourd’hui, tout en renouvelant avec brio son caractère survival horror. Du coup, cette relecture est tellement bien foutue qu’elle constitue un achat de choix en ce début d’année.