Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Premier League : Manchester City règne sur l’Angleterre
  • Déconfinement et déconfiture
  • Coup d’envoi de la saison hippique hier : chutes en série… et décès du jockey Nooresh Juglall
  • Les trois frères Gurroby arrêtés après la saisie record de Rs 3,7 milliards de drogue - Anna, leur mère : «C’est dur de voir mes enfants accusés à tort»
  • Aidons à sauver le Musée de la Petite Collection
  • Se divertir malgré les restrictions : comme une envie de prendre l’air
  • Autonomisation des personnes en situation de handicap : Vibhesh Santoo, 22 ans, s’engage
  • Crime à Grand-Gaube : la version de Michelle Ropa intrigue les enquêteurs
  • Covid-19 : plusieurs personnes coincées à l'étranger depuis plus d’un an - La Mauricienne Ranini Cundasawmy, en Thaïlande avec son époux : «Comment nous nous sommes retrouvés bloqués là-bas»
  • Mon expérience de la quarantaine

Piratage de Facebook : ne paniquez pas !

Depuis plus d’une semaine, toute la planète techno se fait du souci avec un tout nouveau piratage de Facebook, qui inclurait la quasi-totalité des comptes mauriciens. Réponses à plusieurs interrogations… 

Que s’est-il passé ?

 

Du gros piratage… encore ! En 2019 survenait une grosse fuite sur Facebook, avec les profils de plus de 500 millions d’utilisateurs piratés (voir plus bas). Le samedi 3 avril, un forum de hackers a mis en ligne la liste de toute cette base de données, permettant ainsi de voir que l’île Maurice est aussi concernée, avec pas moins de 848 558 comptes piratés. Une information relayée par la suite par les médias du monde entier, avec énormément de pays concernés.

 

Ça sert à quoi ?

 

Quelle est la finalité de ce piratage de masse ? Plusieurs possibilités : les données peuvent atterrir sur le dark web, par exemple, où ces infos se monnayent. Par la suite, vous pourrez recevoir des mails ou des appels frauduleux. D’autres, en possession de ces données, pourraient pratiquer l’usurpation d’identité ou brouiller des pistes s’ils commettent des actes criminels… Donc, vigilance !

 

Les risques

 

Selon les spécialistes, toutes les infos visibles par le plus grand nombre sont concernées, dépendant de ce que vous laissez comme «public» sur votre profil : adresse mail, relationship status, adresse, location et numéro de téléphone. D’après eux, ce hack n’est pas entré dans vos contenus marqués comme privés. Bien sûr, toutes les autorités concernées ont pointé du doigt le système de sécurité de Facebook. Le porte-parole du réseau social s’est voulu rassurant dans ses propos à l’AFP, martelant que nous parlons d’infos de 2019 et que depuis la fuite des données de l’affaire Cambridge Analytica en 2018 – leur application siphonnait les données personnelles –, Facebook ne permet plus ce genre d’applications d’entrer dans son réseau. Mais, selon lui, il est quand même conseillé aux utilisateurs du réseau de mettre à jour leurs infos, de changer leurs mots de passe souvent et de passer par l’authentification de profils par deux étapes pour se connecter.

 

À Maurice, le ministère des TIC dit suivre la situation de près, tout en soulignant que c’est à Facebook d’assurer tout d’abord ses protocoles de sécurité. Sinon, pour savoir si votre profil Facebook figure sur la liste des comptes piratés, cliquez sur le lien suivant : https://haveibeenpwned.com/.