• Sahill Persand, 21 ans, meurt dans l’incendie de sa voiture en janvier - Ses parents : «Ena boukou kitsoz lous kinn deroule dan sa zafer-la»
  • Championnats d’Afrique d’haltérophilie jeunes et juniors : une troisième couronne africaine pour Khelwin Juboo
  • Décès du chanteur de «Gangta's Paradise» - le Mauricien Judex Rose : «Le jour où j'ai partagé la scène avec Coolio»
  • Sooraj Laljee en détention pour trafic humain allégué : son épouse l’accuse ; ses proches parlent de «coup monté»
  • Elle est sélectionnée pour l’OplinePrize International - L’artiste Vidya-Kelie, d’origine mauricienne : «Votez pour moi !»
  • [ PUBLI-REPORTAGE ] Use heart for every heart
  • Son nouvel album lancé en exclusivité et en live au J&J Auditorium - Mickaël Pouvin : «Je veux encore toucher le cœur des Mauriciens»
  • Agression sanglante à Résidence Barkly : comment j’ai échappé à une tentative d’assassinat à l’arme blanche
  • Spectacle de Norah Fatehi : le bonheur des sept Mauriciens qui danseront avec elle
  • Yuvan Sungkur, le faux avocat démasqué - Me Sanjeev Teeluckdharry : «Il a trompé beaucoup de monde, je ne comprends pas comment…»

Oliver Clency Yeung : «Ma vie de designer de jeux vidéo en Asie»

Ce Mauricien bosse depuis plusieurs années chez Streamline Studios. Une vie de Game Designer qui lui a permis d’apporter sa contribution sur des jeux Final Fantasy XV et Outriders, parmi les plus populaires. Il nous raconte son parcours et son espoir pour les Mauriciens dans ce domaine.  

Mon parcours : «Après des études au collège du Saint Esprit, je suis allé au Canada pour un degré en Mechatronics Engineering à l’Université de Waterloo. Les choses ne se sont pas trop bien passées, j’ai alors décidé de rentrer à Maurice, où l’on m’a introduit à la programmation informatique. Une grande partie de ma vie était liée aux jeux vidéo à cette époque et j’ai pu vivre encore plus cette passion, en me décidant enfin à étudier le Game Development. En 2010, je me suis rendu en Malaisie pour un Bachelor’s Degree in Game Development. Après mon graduation en 2013, j’ai bossé notamment comme Game Programmer chez Liquid Rock Games (studios qui ont fait plusieurs jeux mobiles), puis dans des compagnies comme Terato Tech et WIGU Games, avant de rejoindre Streamline Studios en 2016 comme Game Programmer.»

 

Mon entrée chez Streamline Studios : «WIGU Games, compagnie où je bossais, a dû fermer et j’ai passé deux mois à me chercher un job. Pendant ce temps, j’ai vu que Streamline Studios, qui fait surtout du Game Art Outsourcing (c’est-à-dire qu’ils bossent sur plusieurs aspects avec de plus grands studios, avec notamment dans leur CV des jeux comme Bioshock Infinite, Little Nightmares et plein d’autres), et les choses se sont bien alignées pour moi. Un de leurs recruteurs m’a contacté via Linkedln et après plusieurs interviews, j’étais dans l’équipe.»

 

Mon job chez Streamline Studios : «Je bosse actuellement comme Lead Game Designer après avoir été Programmer pendant trois ans. J’ai moi-même décidé de switch pour un poste qui prend plus en compte l’aspect design d’un jeu vidéo, un aspect du milieu qui me passionnait beaucoup. Heureusement, la compagnie m’a beaucoup supporté dans ma démarche. Et maintenant, en tant que Lead Game Designer, je suis en partie un raconteur d’histoires, en partie un créateur de mondes et en partie un architecte des jeux sur lesquels nous travaillons, avec toujours en tête de nouvelles choses, tout en rendant le jeu et le boulot fun. Parmi les jeux les plus populaires sur lesquels j’ai travaillé, il y a donc le jeu multijoueurs Outriders, le JRPG Final Fantasy XV et le plus rigolo SpongeBob SquarePants : Battle for Bikini Bottom – Rehydrated.» 

 

Les métiers du jeu vidéo et les Mauriciens : «Comme de récents articles l’ont prouvé, les Mauriciens ont définitivement le talent et le potentiel de percer dans l’industrie du jeu vidéo. De plus, il y a maintenant assez de ressources gratuites et de tutoriels pour apprendre les différents métiers et acquérir un bon niveau. Et avec de meilleures infrastructures, la médiatisation, la vulgarisation, bref, l’éducation dans ce milieu, on peut avoir une communauté plus conséquente et florissante dans ce domaine. Nous allons dans la bonne direction en tout cas avec, par exemple, le jeu mauricien Project Boost, sorti sur Steam, qui a ouvert de plus grandes portes pour son équipe de développeurs !»