Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Pascal Desroches, arrêté pour agressions sexuelles : portrait du violeur en série aux deux visages
  • Rashmi Rocket : Taapsee Pannu court plus vite que son ombre
  • Nouvel album : Alain Ramanisum va vous faire… «Danse»
  • Malenn Oodiah : «Nous pouvons et nous devons réinventer notre modèle de société»
  • Covid-19 : Maurice tombe le masque, Rodrigues sur le qui-vive
  • Un an depuis la disparition tragique de Soopramanien Kistnen - Hansley, son fils : «Mo gard lespwar pou kone ki sannla inn tir lavi mo papa»
  • Si les «Avengers» n’existaient pas…
  • Tennis de table – ITTF World Youth Championships : A la conquête du Portugal
  • Prince Stave : a Nigerian musician in Mauritius
  • La situation des rastas mauriciens préoccupe l’opinion internationale

Ma phobie, mon handicap

Nathalie, Odile et Ashvin sont respectivement phobiques des grosses araignées, des caméléons et de se retrouver en haute mer. Ils nous racontent comment ils vivent cela au quotidien…

Nathalie, 27 ans : «Quand je vois une grosse araignée, je panique»

 

Moi, arachnophobe. «Quand je vois une grosse araignée, je panique. S’il y en a une grosse dans ma chambre, par exemple, ou dans n’importe quelle pièce, je la quitte et c’est papa qui vient à ma rescousse. Sinon, je n’entre pas dans la salle.»

 

Ma peur et mon entourage. «Ma phobie des araignées agace mes parents car je n’arrive pas à la vaincre. Pour eux, je dois apprendre à ne plus en avoir peur car j’aurai peut-être des enfants un jour. Donc, de temps en temps, j’essaie d’en tuer mais dès que ça bouge ou disparaît, j’ai la chair de poule. Mo transpir frwad, kom di koze.»

 

Anecdote. «Je bossais comme journaliste Web. Je rédigeais mes articles tranquillement sur mon ordinateur quand, tout à coup, j’ai vu un truc noir passer rapidement sur la table. Je me suis dit que c’était un lézard mais rien d’inquiétant. Puis, l’araignée est venue vers moi. J’ai perdu tous mes moyens et je me suis mise à trembler, à pleurer, devant tout le monde sur le plateau. Je n’étais tellement pas bien que le chef de plateau a dû laisser son travail et venir chasser l’araignée. Je n’arrivais plus à écrire.»

 

Odile, 39 ans : «Avant de sortir, je m’assure qu’il n’y ait aucun caméléon dans mon champ de vision»

 

Moi, herpétophobe. «J’ai l’impression d’avoir toujours eu la phobie des caméléons, depuis l’enfance. Avant de sortir, je m’assure qu’il n’y ait aucun caméléon dans mon champ de vision ! Ou qu’il soit assez loin de moi.»

 

Ma peur et mon entourage. «On s’est souvent moqués de cette phobie car, pour d’autres, c’est un animal inoffensif. Les gens ont du mal à comprendre qu’on ne contrôle pas le degré de peur, de panique, à la vue d'un caméléon. Mais je dois dire qu’avec le temps, la phobie s’est un peu atténuée.»

 

Anecdote. «Je devais avoir 6-7 ans. Après avoir joué dans le jardin, je décide de rentrer et dès que j’entre dans la cuisine, je vois un caméléon derrière moi, je commence à courir et à hurler, et il me suit à l’intérieur de la maison ! Heureusement que la nounou m’entend et vient chasser l’animal.»

 

Ashvin, 33 ans : «Mo per kan mo retrouv mwa an ot mer»

 

Moi, thalassophobe. «An 2012, bato dan ki mo ti ete inn savire. Depi sa, mo per kan mo retrouv mwa an ot mer. Sa insidan-la ti vreman enn kosmar pou mwa. A sak fwa ki mo an mer, sa moman-la vinn kouma enn video dan mo latet. Sa fatig mwa moralman. Mem a la mezon, kan mo pran mo bin avek delo fre.»

 

Ma peur et mon entourage. «La fami ek bann kamarad pros konn mo problem. Zot pa pran plezir lor sa size-la. Par kont, ena lezot dimounn ki pran plezir.»

 

Anecdote. «Kan mo dan enn gro bato, mo santi mwa an danze. Mo strese. Mo res dan reflexion. Ena fwa, kan kikenn koz avek mwa, mo pa pran kont. Erezman, ena dimounn ki konpran mwa.»