• NovaLAB : incursion dans un nouveau laboratoire biomédical
  • Ras Zen… La nouvelle voix du reggae mauricien
  • Jiu-jitsu brésilien : Rodrigues en quête de reconnaissance africaine
  • La «Ronde Attitude» de Natacha Ramchurn, Sharonne Mooneeapen et Kamini Ramen
  • Quand Intelcia se lance dans une course contre… le cancer du sein
  • Huawei ICT Competition : un trio de Mauriciens à la seconde place mondiale !
  • États-Unis : en attendant l'investiture de Joe Biden
  • Snooker - National Snooker Open : coup double pour Cader Mahomed
  • Yash Coormiah : make-up story !
  • Incidents devant le tribunal de Mahébourg : les frères Dardenne blanchis

Le patrimoine récifal de l’océan Indien entre nos mains : pour mieux protéger nos récifs

Ils sont huit enseignants à avoir reçu une formation pendant deux jours.

Le patrimoine récifal de l’océan Indien entre nos mains est un projet pilote mené par l’Institut de Recherche pour le Développement-Représentation de La Réunion, la Reef Conservation et la Wildlife Society Conservation. Huit enseignants et une centaine d’enfants seront formés à la protection des récifs coralliens.

L’éducation à l’environnement, un programme innovant

 

Faire naître de nouveaux comportements chez les enfants pour qu’ils puissent demain chérir et protéger le patrimoine récifal de nos côtes. C’est l’une des missions du programme patrimoine récifal de l’océan Indien entre nos mains (PAREO), projet piloté par l’Institut de Recherche pour le Développement-Représentation de La Réunion (IRD) et de ses partenaires régionaux qui sont la Reef Conservation pour Maurice, ONG dédiée à la conservation et à la restauration de l’environnement côtier et marin, et la Wildlife Conservation Society pour les Seychelles.

 

Il s’agit d’un programme d’éducation à l’environnement régional qui permettra aux participants de mieux comprendre les récifs coralliens. Ensemble, ils espèrent ainsi renforcer la protection des récifs coralliens qui constituent un patrimoine pour l’océan Indien mais qui se dégradent de plus en plus face à la pression de l’homme. À Maurice, la première phase de ce projet a été lancée les 21 et 22 août. Le programme durera jusqu’en mars 2021.

 

Un projet, plusieurs objectifs

 

Ce programme de sensibilisation à la protection de nos récifs a trois buts principaux. Le premier est de permettre aux enfants d’avoir une plus grande connaissance des richesses de ce patrimoine naturel et culturel. Il s’agit aussi de les reconnecter aux récifs coralliens afin de mieux appréhender leur environnement et adapter leurs comportements futurs. Il est aussi question de faciliter la mise en réseau des acteurs-clés du secteur afin de valoriser le patrimoine local, mieux comprendre le fonctionnement et assurer une gestion commune des récifs coralliens.

 

Une première phase avec les enseignants

 

Ils ont participé à une formation pendant deux jours au centre de formation de la Reef Conservation, à Péreybère. Huit enseignants ont, en effet, participé à cette formation, encadrés par l’équipe de l’ONG Reef Conservation. Ils viennent de trois écoles : l’École du Nord, l’école SSR de Cap-Malheureux et l’école Étoile de Mer de Roches-Noires. Pendant cette formation, explique Sameer Kaudeer, Head of Education and Training à la Reef Conservation, la mallette MARECO, outil créé par une équipe de scientifiques de l’IRD, qui a pour but de transmettre les connaissances scientifiques sur les récifs coralliens de manière ludique et pédagogique aux enfants de 6 à 12 ans, leur a été présentée. «Elle aborde des sujets variés qui permettent de mieux comprendre ces écosystèmes complexes, tels que la biodiversité, la chaîne alimentaire et l’utilisation du récif par l’homme. Il était également important pour les participants de mieux connaître et comprendre le milieu du récif corallien pendant ces deux jours. C’est pourquoi, différentes questions ont été abordées par les encadrants : comment les récifs sont construits, qu’est-ce qu’ils abritent, le lien entre les récifs et l’Homme, leur fragilité, les écosystèmes associés, la gestion des récifs, la pêche et les métiers qui y sont liés.»

 

À la découverte des différents écosystèmes

 

C’est à bord d’un minibus que les enseignants ont ensuite effectué une sortie sur le terrain dans le nord de l’île. Ils se sont d’abord arrêtés à la plage publique de Melville, à Grand-Gaube, pour observer les zones rocheuses et les organismes vivants autour de cette zone. «Le site s’est avéré très riche : bambaras, méduses, squilles multicolores, hérons et korbizos étaient au rendez-vous. Les participants ont ensuite découvert différentes techniques scientifiques de prise de données dont la technique du transect qu’ils ont utilisée pour répertorier les déchets sur la plage», explique Sameer Kaudeer. La journée s’est poursuivie avec la visite des marécages aux alentours d’Anse-La-Raie, afin de mieux comprendre l’importance de cet écosystème et son interaction avec le milieu récifal. Aux abords du même site, les enseignants ont observé de la mangrove introduite par l’ONG et ils ont pu en savoir davantage sur son fonctionnement, comment elle se nourrit et se propage dans ce milieu.

 

Quand les enfants s’engagent

 

Une centaine d’enfants issus de l’École du Nord, de l’école SSR de Cap-Malheureux et de l’école Étoile de Mer de Roches-Noires participeront à la deuxième phase de ce projet qui a débuté cette semaine. Une équipe de la Reef Conservation interviendra dans les classes avec la mallette MARECO aux côtés des enseignants afin de les aider à mieux comprendre la biologie et la conservation des récifs coralliens. Ce support pédagogique contient un jeu de sept familles pour découvrir la biodiversité marine, un album pour comprendre pourquoi les récifs se dégradent ainsi qu’un jeu de plateau sous forme de jeu de rôles où les joueurs doivent trouver ensemble des solutions à mettre en place pour conserver les récifs coralliens. Plusieurs autres activités sont prévues, comme des sorties sur le terrain avec le Bis Lamer, des séances de création artistique mais aussi des projets de classes.