• Entrepreneur de l’année : Julien Faliu : Expat.com, sa petite entreprise qui ne connaît pas la crise
  • Judo – Hong Kong Asian Open 2019 : Une cinquième place prometteuse pour Legentil
  • Stéphanie Favier et Paco : Passionnés d’art et de créativité
  • Allégations de violence policière meurtrière | Le frère de Khaleel Anarath : «Il craignait pour sa vie en détention»
  • Contestation d’une loi visant la communauté gay | Abdool Ridwan Firaas Ah Seek : «L’article 250 concerne tout le monde, pas que les personnes de la communauté LGBT»
  • Firoz Ghanty, l’artiste par les artistes
  • Collision mortelle à St-Aubin : Jean Daniel Perrine ne verra pas grandir ses jumelles
  • Pradeep Roopun et Eddy Boissezon au château du Réduit : Regard d’observateurs sur des nominations qui suscitent de vives réactions
  • N’est pas rassembleur qui veut !
  • Nicolas Fanny : D’un défi à l’autre

Le Monkeynastix, cet outil qui aide au développement de l’enfant

Ce programme holistique, originaire de l’Afrique du Sud, a pour objectif d’aider les enfants de 1 à 8 ans à développer leurs aptitudes physiques et cognitives, entre autres. Helena Mathis Fok, instructrice dans ce domaine, nous en dit plus.

Il combine la créativité, la musique et la narration. Il développe la flexibilité, la force et l’agilité chez les enfants de 1 à 8 ans. Le tout dans un environnement sain et sécurisé. C’est en ces termes qu’Helena Mathis Fok, instructrice accréditée de Monkeynastix et de Babynastix (voir hors-texte), décrit ce programme holistique originaire d’Afrique du Sud. Celui-ci existe depuis 24 ans et est pratiqué dans 22 pays, notamment au Canada, aux États-Unis, en Australie, au Royaume-Uni, en Irlande, en Afrique du Sud, donc, et à Maurice. «Le Monkeynastix est le pionner de l’éducation physique juvénile. Il a été élaboré par des spécialistes, approuvé par les parents et les enseignants, et est fortement aimé par les enfants qui le pratiquent.»

 

Les cours sont dispensés une fois par semaine, au centre Forbach Stables, à L’Espérance-Trébuchet, et durent 30 à 45 minutes, dépendant de la tranche d’âge. Ils débutent par une amusante séance d’échauffement tout en musique, suivie d’étirements et de mouvements de locomotion où l’enfant sautera sur un pied, fera des petits galops, entre autres. «C’est une étape cruciale avant le début de chaque cours : pour empêcher l’enfant de se blesser mais aussi pour le préparer à la séance qui suit», explique notre interlocutrice.

 

Après la séance d’échauffements, les petits enchaînent avec l’activité principale du Monkeynastix qui change toutes les semaines pour qu’ils ne se lassent pas. «Ce parcours initiatique, fait à l’aide d’équipements sur mesure, aide à façonner le corps et l’esprit de l’enfant, contribue à son épanouissement et favorise le succès sur le plan académique, souligne l’instructrice de Monkeynastix. Il aide au niveau de la concentration et permet aux enfants timides de se faire des amis. De nos jours, les enfants passent trop de temps devant la télé et l’ordinateur, au détriment du bon développement de leur corps, de leur cerveau et de leurs muscles.»

 

En outre, les enfants développent d’autres aptitudes, poursuit Helena Mathis Fok, comme l’équilibre, la souplesse, la coordination, le renforcement des muscles et apprendre à mieux connaître le corps humain. Mais tout le monde n’avance pas au même rythme. «Il nous faut donc nous adapter à chacun d’eux, tout en les poussant à se surpasser. C’est pour cela que nous privilégions les cours en petits groupes.»

 

Le Monkeynastix permet aussi de déceler d’éventuelles anomalies chez un enfant à travers les différentes activités proposées. «Notre but, c’est qu’à la fin de chaque cours, l’enfant ait ce sentiment de bien-être mais aussi celui de fierté d’avoir pu relever des défis.» D’ailleurs, pour récompenser ses efforts, il reçoit, au terme de chaque cours, un autocollant avec la mascotte du Monkeynastix : Kima.

 

Toutefois, précise Helena Mathis Fok, «afin de tirer profit du Monkeynastix au maximum, il est conseillé de faire un cycle de deux ans». Elle assure : «L’enfant en sortira heureux, confiant et plein d’énergie.»

 

Bio express

 

Helena Mathis Fok est instructrice de Monkeynastix depuis 10 ans et de Babynastix depuis deux ans. Elle exerce en collaboration avec certaines écoles mais aussi dans son nouveau centre, Forbach Stables, à L’Espérance-Trébuchet. Si vous souhaitez faire découvrir ce concept fun et ludique à votre enfant ou vivre l’expérience du Babynastix avec votre petit bout de chou, Helena Mathis Fok  est joignable au 5256 2706 ou par mail : [email protected] / [email protected].

 


 

Et le Babynastix ?

 

À la différence du Monkeynastix, ce programme a été «conçu pour les enfants âgés entre 2 et 24 mois». La séance est réalisée avec les parents. «De cette façon, le bébé développe ses sens et apprend à créer des liens avec ses parents», explique Helena Mathis Fok, instructrice accréditée de Monkeynastix et de Babynastix à Maurice.

 

Le Babynastix a été développé par un ergothérapeute, un pédiatre et une éducatrice de la petite enfance pour s’assurer du bon développement du bébé à travers des activités et des exercices de stimulation cérébrale. «C’est une manière de promouvoir le bon développement de son enfant dès les premiers instants de sa vie. Les activités visent à connecter les deux cerveaux. L’évolution du bébé est vraiment visible. Un bébé que j’accueille à 3 mois est transformé et épanoui à 12 mois. C’est extraordinaire ! Donc, plus on commence tôt, mieux c’est.»

 


 

Un programme, de nombreux bienfaits

 

À travers le Monkeynastix, l’enfant développe 14 différentes aptitudes. En voici quelques-unes…

 

Équilibre : la capacité à faire la différence entre les différentes parties du corps et à les contrôler.

 

Sens de l’orientation : aptitude à savoir où l’on se situe, à retrouver facilement son chemin.

 

Coordination : la capacité à faire travailler les yeux, les bras et les pieds en même temps.

 

La petite motricité : développement, mouvement et contrôle des petits muscles de la main et du poignet.

 

La grosse motricité : développement, mouvement et contrôle des gros muscles des bras, des jambes et du torse.

 

Image du corps : celle que l’enfant a de son corps.

 

Perception spatiale : la capacité à se positionner correctement par rapport à l’espace autour de soi.

 

Forme cardio-vasculaire : être en bonne forme et santé physique (cœur, poumon, etc.).