Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Enceintes et positives à la Covid-19 : l’incroyable et difficile histoire de leur accouchement
  • Badminton – Testés positifs à la Covid-19 au Bénin : les huit mauriciens à bon port
  • Plateforme de recrutement d’Accenture - Yashmee Dewoo-Issur, Country Director : «Un environnement de travail stimulant»
  • Sortie de route mortelle pour Andrew Michel, 33 ans - Corine, son épouse : «Les enfants et moi n'avons jamais manqué de rien»
  • Ruth Jolicoeur et «The Indoor Jungle» : ça dépote !
  • Chantage affectif : les «proches» qui ne vous veulent pas du bien
  • À 60 ans, elle tue son époux de 68 ans après une dispute conjugale - Leur entourage : «Nou ti kone enn zour pou ariv enn zafer grav…»
  • Lauréats 2020-21 : «Ce que je retiens de ces derniers mois pas comme les autres»
  • Après les critiques de l’opposition ?
  • Kick-Boxing – Coupe du Monde de Hongrie : trois médailles d’or et une d’argent pour Maurice

La Loge de l’Amitié : se mobiliser pour une jeunesse plus forte

Jean-Hugues Olivier et son équipe travaillent depuis quelques mois avec une trentaine de bénéficiaires.

Ils sont un petit groupe de bénévoles qui œuvrent à Ste-Croix et les régions avoisinantes. Leur objectif ? Favoriser le développement et l’épanouissement des jeunes de ces quartiers à travers l’éducatif, le sport et le social. 

Aider les jeunes à s’épanouir, à se construire, pour que demain, ils puissent non seulement se mettre debout sur leurs pieds mais aussi devenir des citoyens respectueux et respectables. C’est là tout l’objectif du groupe de bénévoles qui forment La Loge de l’Amitié, une association qui offre, depuis février, un service d’accompagnement aux jeunes de Ste-Croix et des régions avoisinantes afin de favoriser leur développement et leur épanouissement sur le plan éducatif, sportif et social.

 

Cela fait quelque temps déjà, explique Jean Hugues Olivier, journaliste de sport au sein du Défi Media Group, où il est également coordinateur au département sport et chef du Turf Desk, que ses amis et lui se sont engagés auprès de la jeune communauté de la périphérie de Port-Louis. «La Loge de l'Amitié est une idée qui a germé après de nombreuses discussions entre un groupe d'amis, qui se demandait ce qui pouvait être fait pour aider les jeunes de Ste-Croix et des régions avoisinantes, qui sont les enfants pauvres de la capitale, car ils n'ont pas beaucoup d'activités à se mettre sous la dent. Faites un constat des infrastructures sportives à Port-Louis et vous verrez qu'il n'y a pas grand-chose à Ste-Croix, sauf le terrain de foot de Père Laval. Et ce n’est que tout dernièrement qu'on a eu un terrain de foot synthétique à Briquetterie. Il y a aussi le centre social à Résidence Ducray où on peut organiser des activités de temps en temps mais je viens d'apprendre qu'il sera bientôt fermé pour faire place à un autre projet», lance-t-il.

 

Face à ce constat et fort de leur volonté d’apporter leur contribution à l’avancement de la société et de sa jeunesse, Jean Hugues Olivier, aujourd’hui président du comité de La Loge de l’Amitié, et ses camarades se sont mobilisés pour accompagner, encadrer et soutenir les enfants et les jeunes de ces quartiers. «Ils sont laissés à eux-mêmes, d'où notre initiative d'aider un maximum, surtout dans le domaine de l'éducation et du sport. Nous sommes une demi-douzaine à faire du bénévolat en encadrant les jeunes les après-midi en semaine et aussi le samedi matin. Outre le fait de les aider sur le plan académique, on leur donne aussi la possibilité de faire du jardinage, de la peinture et la cuisine. Comme nous sommes situés à Ducray, nous leur faisons faire un peu d'exercices quelques fois sur le terrain de foot, lorsqu'ils ne s'amusent pas à taper dans le ballon.»

 

Aide et soutien

 

L’idée, lance Jean Hugues Olivier, est de permettre à ces jeunes de canaliser leur énergie et de la transformer en quelque chose de positif et de constructif, surtout qu’aujourd’hui, ils sont de plus en plus exposés à toutes sortes de fléaux. «Notre objectif est surtout de trouver des activités cérébrales et physiques pour nos jeunes, au lieu de les voir courir à gauche et à droite dans les rues à ne rien faire. On veut aussi leur éviter de tomber dans les pièges des fléaux sociaux. Nous constatons avec effroi qu'ils sont de plus en plus jeunes à se droguer, surtout depuis que la drogue de synthèse est devenue une mode. Au final, nous voulons que nos jeunes deviennent des adultes responsables, éduqués, respectueux et respectables. Nous le faisons pour nos quartiers, pour leur avenir et aussi pour le plaisir.»

 

L’association fonctionne sous forme de commission : social, éducation et sport. Si Jean Hugues Olivier est responsable du volet social, Marianna Prosper-Desveaux s’occupe de la partie éducative et Fabrice Visanjoux du sport. «Notre programme a été chamboulé à cause du confinement mais nous espérons reprendre très bientôt. Mon objectif est que chaque enfant sache au minimum lire, écrire et compter mais pas que. Le but est qu'ils aient aussi plus confiance en eux, qu’ils apprennent le savoir-vivre et surtout qu'ils soient contents de venir à La Loge de l'Amitié. Pour cela, nous leur permettons de toucher à des activités variées pendant toute la semaine, tout en les gardant loin de tout fléau qui touche plusieurs jeunes de nos jours», lance Marianna Prosper-Desveaux.

 

Pour Fabrice Visanjoux, le sport est un des meilleurs moyens d'éloigner les jeunes des dangers qui guettent mais aussi de les former à devenir de bons citoyens. «Le sport forge votre personnalité et vous apprend la discipline, le respect, l’hygiène de vie. Notre but, c’est de faire que demain, ces jeunes puissent se mettre debout sur leurs pieds.» Jusqu’à ce que la Covid-19 vienne tout bouleverser, La Loge de l’Amitié s’occupait d’une trentaine de bénéficiaires âgés entre 7 et 15 ans. «Nous avions un timetable bien établi, avec les sujets suivants : maths, anglais, français, histoire et géographie, sans oublier nos activités-loisirs. La Covid est venue tout chambouler. Nous avons un accord avec la Mixed Martial Arts Federation et nous devions commencer les classes mais lorsque les cas ont commencé à augmenter, nous avons pris la décision d'arrêter les activités avant même que le second confinement ne soit en vigueur.» Aujourd’hui, l’équipe réfléchit à une nouvelle formule qui lui permettrait de poursuivre ses activités, tout en prenant toutes les précautions sanitaires requises.

 

Si La Loge de l’Amitié n’en est qu’à ses premiers pas, elle peut compter sur le soutien et l’aide de plusieurs personnes qui croient en elle et en la cause qu’elle défend. «Nous avons jusqu'ici reçu des dons et conseils de plusieurs personnes et associations. Je tiens d’ailleurs à remercier personnellement la famille Prosper, Marie Noëlle et ses filles Melissa et Marianna, qui ont mis leur maison de Cité Ducray gratuitement à la disposition de l'association. Un grand merci aussi à tous ces gens qui ont contribué pour les livres, cahiers, crayons et meubles, à Maurice comme à l'étranger, qui ne sont pas restés insensibles à nos appels. Et aussi à Karen Antonica et son association, Solidarité Marye Piké, qui nous ont fourni les peintures et les matériaux électriques pour la rénovation. Idem pour Burty Luchman de la compagnie RBL pour des travaux de waterproofing gratuits.»

 

Cependant, l’association doit encore s’occuper des travaux sur la dalle qui s’est mise à couler après les dernières fortes pluies. «S'il y a des compagnies ou des personnes qui sont disposées à nous aider, nous les accueillerons à bras ouverts. Nous avons également notre page Facebook, La Loge de l’Amitié, sur laquelle elles peuvent nous contacter.» Ce serait, dit-il, un coup de pouce qui les aiderait à mieux se concentrer sur leur mission.