• Entrepreneur de l’année : Julien Faliu : Expat.com, sa petite entreprise qui ne connaît pas la crise
  • Judo – Hong Kong Asian Open 2019 : Une cinquième place prometteuse pour Legentil
  • Stéphanie Favier et Paco : Passionnés d’art et de créativité
  • Allégations de violence policière meurtrière | Le frère de Khaleel Anarath : «Il craignait pour sa vie en détention»
  • Contestation d’une loi visant la communauté gay | Abdool Ridwan Firaas Ah Seek : «L’article 250 concerne tout le monde, pas que les personnes de la communauté LGBT»
  • Firoz Ghanty, l’artiste par les artistes
  • Collision mortelle à St-Aubin : Jean Daniel Perrine ne verra pas grandir ses jumelles
  • Pradeep Roopun et Eddy Boissezon au château du Réduit : Regard d’observateurs sur des nominations qui suscitent de vives réactions
  • N’est pas rassembleur qui veut !
  • Nicolas Fanny : D’un défi à l’autre

Julien Allet : Physiologiste sportif ou la connaissance du corps humain sur le bout des doigts

C’est un métier qui est peu connu mais qui contribue grandement au bien-être de la personne qui y a recours. Il étudie le fonctionnement et l’interaction de l’organisme face à l’effort et le pousse à développer son potentiel. Julien Allet, physiologiste sportif, nous en dit plus sur son travail.

Vous êtes physiologiste sportif. Comment en êtes-vous arrivé là ?

 

J’ai fait cinq ans d’études à l’Edith Cowan University (ECU), à Perth, sur l’effet de l’exercice sur la physiologie d’une personne. Cela m’a permis d’acquérir les connaissances, les aptitudes et les compétences nécessaires pour concevoir, exécuter et évaluer des interventions d’exercices sûres et efficaces, et d’exercer auprès d’une clientèle avec des besoins très diversifiés. Mon expérience dans le domaine sportif m’a aussi permis de passer une saison avec la Western Force, un club de rugby professionnel en Australie. Je faisais partie de l’équipe de préparation et de conditionnement physique, aidant les athlètes à se préparer pour la saison, à respecter les délais, à atteindre les objectifs et être à leur apogée. Cela demande de la rigueur et un suivi sans faille.

 

En quoi consiste votre métier ?

 

J’étudie la physiologie humaine et sa réaction à l’exercice. J’exerce avec des athlètes pour augmenter leur performance, développer les qualités de force, de souplesse, de renforcement musculaire, réduire les risques de blessures et maximiser le temps de récupération après une blessure, entre autres. Cependant, il m’arrive aussi de travailler avec des personnes souffrant de diverses maladies chroniques. Comme des maladies cardio-vasculaires et pulmonaires (maladies cardiaques, asthme, MPOC – (maladie pulmonaire obstructive chronique), l’insuffisance cardiaque chronique, neuromusculaire (dépression, accident vasculaire cérébral, maladie de Parkinson, sclérose en plaques, lésions cérébrales, etc.) et métabolique, immunologique et hématologique (obésité, insuffisance rénale, diabète, cancer, etc.). Ce modus operandi vise à introduire un ajustement du comportement, à éduquer, développer des nouvelles habitudes et mettre en place un programme d’exercices individualisé qui augmente l’indépendance, réduit les effets secondaires des médicaments et augmente les avantages pour une santé au top.

 

Quelles sont vos observations par rapport aux cas auxquels vous êtes confronté ?

 

Depuis mon retour à Maurice début 2017, j’ai constaté que beaucoup de mes clients viennent consulter à la suite d’un accident vasculaire cérébral, d’une chirurgie au genou ou/et à la hanche et d’autres, simplement parce qu’ils veulent réduire leur surpoids et garder la forme. La situation démontre que plusieurs pathologies sont en outre liées au style de vie.

 

Car de nos jours, une grande partie de la population travaille derrière un bureau, utilise des ordinateurs et passe beaucoup de temps à regarder la télévision. Un abus du temps dans la posture assise a des effets néfastes sur la santé et nous constatons une hausse des lombalgies. Les recherches soutiennent aussi qu’il existerait une augmentation de la mauvaise circulation sanguine et un affaiblissement des muscles en raison d’une mauvaise posture assise durant des heures prolongées.

 

Quelle autre condition peut être aidée avec un physiologiste de l’exercice ?

 

Nos objectifs avec chaque client change en fonction de la gravité de l’incident, du temps écoulé depuis et des limites actuelles de la personne. Une fois que nous avons identifié les obstacles, nous élaborons un plan de travail sur mesure pour aider le client à sentir qu’il a sa vie entre ses mains. Toutefois, j’ai eu la chance de travailler dans un Spinal Cord Injury Rehabilitation Centre où j’ai rencontré beaucoup de personnes extraordinaires qui progressent de manière incroyable en matière de rétablissement ou de développement de nouvelles compétences, tout en augmentant leur niveau d’autonomie.

 

L’expérience la plus remarquable était dans un hôpital spécialisé dans le cancer où l’Université Edith Cowan avait installé un gymnase au sous-sol. Les clients (âgés de 18 à 80 ans) suivaient leur programme habituel de radiothérapie ou de chimiothérapie, puis se rendaient immédiatement au gymnase où nous les évaluions et leur recommandions des exercices adaptés à leur situation et aux médicaments pris. Nous avons remarqué que ces personnes ont réduit la perte de leur masse musculaire, la densité de leur masse osseuse, amélioré leurs fonctions cognitives, réduit le risque de dépression et de fatigue, pour ne nommer que quelques bénéfices. Ce qui fait que cette profession s’adapte vraiment à tous et à différentes situations, et prodigue un bien-être sur le long terme.

 

Comment pouvez-vous aider les gens à vivre plus longtemps et en meilleure santé ?

 

L’éducation est un processus continu dans la démarche vers un mode de vie sain. Car vous ne cessez jamais d’apprendre à développer de nouvelles habitudes alimentaires et physiques. Comme comment incorporer de nouveaux rituels qui vous apporteront plus d’énergie, contrôleront votre poids et votre composition corporels et s’attaqueront à toutes les affections que vous pourriez avoir. Une façon simple de commencer avec une personne sédentaire est de faire des promenades trois à cinq fois par semaine. Puis, tournez deux à trois fois par semaine en une marche rapide dans laquelle vous augmentez la vitesse, tout en maintenant une petite conversation, en intégrant des exercices de flexibilité et de mobilité. Et finalement, il est important d’avoir un programme de musculation approprié même si c’est avec le poids du corps ou avec une résistance extérieure.

 

L’un des principaux aspects du processus consiste également à développer la responsabilité. Peu importe qui est votre entraîneur, votre coach, votre nutritionniste, votre physiothérapeute, votre physiologiste, si vous ne faites pas votre propre travail, ce que vous obtiendrez sera à court terme. Ainsi, le dévouement, la motivation, la patience et la responsabilité personnelle sont primordiaux.

 

À savoir

 

Si vous souhaitez prendre contact avec Julien Allet, que ce soit pour une consultation ou un programme santé, il est joignable au 5832 2072, ou par mail : [email protected] et aussi sur Instagram : coach_jul.