• Kendo – Formation et passage de grade : Rishi Bundhoo décroche son premier dan
  • Callisto Protocol : prisonniers de l’horreur
  • Future Hope Maurice : quand les enfants chantent l’espoir
  • Collision entre une voiture et un camion : vacances meurtrières pour Dayaneebye Ganoo
  • Match de gala Maurice-Réunion : du football inclusif pour malentendants
  • Huawei Nova Y61 : de l’entrée de gamme sympa
  • Le diabète, un danger pour le cœur
  • Qatar : dans l’ambiance d’un pays en fête
  • FoodWise : des recettes gastronomiques, zéro gaspi et économiques
  • Le PM répond à leur lettre : les membres de la communauté rastafari «déçus» mais «le combat continue»

Journée mondiale de l’arthrite : s’engager pour sensibiliser

L’arthrite se manifeste souvent par une raideur des articulations, surtout au niveau des doigts et des genoux le matin. Mais aussi par la douleur, les rougeurs, le gonflement, la sensibilité ou encore une sensation de chaleur au niveau de l’articulation concernée, explique Ashan Purmessur, président de l'ARC.

Lever le voile, sensibiliser et éduquer sur ce mal silencieux et invisible mais ô combien douloureux pour la personne qui en souffre… Tel est l’objectif de l'Association of Rheumatology Concerns (ARC) qui, depuis quatre ans déjà, s’est engagée à représenter et à défendre les patients atteints des différents types de maladies rhumatologiques. À l’occasion de la Journée mondiale de l’arthrite, observée le 12 octobre de chaque année, zoom sur cette association avec son président Ashan Purmessur.

L’association a bientôt quatre ans. Quelles sont les avancées qu’il y a eues durant cette période et quels sont les projets en cours ?

 

Après quatre ans, l'ARC a eu un effet majeur sur les patients souffrant d'arthrite et d'autres affections rhumatologiques. Grâce à notre campagne de sensibilisation autour de l'île avant la Covid-19, davantage de gens savent ce qu'est l'arthrite et comment y faire face et la gérer. Grâce à notre présence dans les médias et sur les réseaux sociaux, nous avons alerté et éduqué les personnes sur ce qu'elles doivent faire et sur comment savoir si on souffre d'arthrite ou non. Car un diagnostic précoce est important pour contrôler la maladie et prévenir les déformations ou les handicaps. Nous travaillons aussi avec des laboratoires privés où nos membres bénéficient d'une réduction sur le coût du test sanguin qui doit être effectué chaque trois mois. Car à l'hôpital, c'est après un mois que le patient obtient son résultat et entre-temps, ses conditions peuvent avoir changé.

 

Notre autre projet est d'avoir les meilleurs soins et médicaments pour les personnes qui souffrent d'arthrite ; un service spécialisé doit être créé car cette maladie n’est plus attachée à la médecine physique dans les pays développés. Nous avons même envoyé un rapport au ministère de la Santé montrant comment les DMARD biologiques sont bénéfiques pour les patients et comment le gouvernement économisera de l’argent grâce à ces médicaments qui sont utilisés dans le traitement de la Covid-19, du cancer, et cela, dans le monde entier. Les DMARD biologiques sont même utilisés dans le traitement cardio-vasculaire, ce qui en fait le médicament du futur.

 

À ce jour, combien de Mauriciens vivent avec l’arthrite ?

 

Environ 130 000 personnes souffrent d'arthrite à Maurice, selon les données du Bureau des statistiques de Maurice. Il s'agit d'un chiffre officiel mais à travers notre campagne de sensibilisation, nous avons remarqué que de nombreuses personnes souffrant d'arthrite ne vont pas à l'hôpital. Par conséquent, le nombre pourrait être beaucoup plus élevé et les gens ne réalisent pas l'effet que cette condition a sur une famille, allant des problèmes sociaux aux problèmes psychologiques, en passant par les problèmes financiers. Le suicide est également un gros problème et nous en parlons dans notre rapport au ministère de la Santé.

 

Comment reconnaître les symptômes ?

 

Les premiers symptômes sont une raideur des articulations, surtout au niveau des doigts et des genoux le matin. Mais il y a aussi la douleur, les rougeurs, le gonflement, la sensibilité ou encore une sensation de chaleur au niveau de l’articulation concernée. Ce sont tous des signes qui montrent qu’il faut aller voir un rhumatologue. Même si la rougeur ou les articulations enflées sont des symptômes courants de l'arthrite, un test sanguin et une évaluation par un rhumatologue peuvent indiquer de quel type d’arthrite il s’agit ; il en existe 100 types. Il faut aussi savoir que les femmes souffrent davantage de polyarthrite rhumatoïde que les hommes qui sont, eux, plutôt sujets à la goutte.

 

Et comment vivre avec l’arthrite au quotidien ?

 

Il n'est pas facile de vivre avec l'arthrite car le matin, il faut du temps aux patients pour sortir du lit. Ensuite, de nombreuses personnes ne peuvent même pas se brosser les dents ou faire d'autres choses simples du quotidien. C'est une condition invisible et les gens ne voient pas tout ce par quoi passe une personne qui en souffre. Une vie équilibrée est donc nécessaire pour bien vivre, en sus d’un bon soutien et de médicaments appropriés. Par exemple, bon nombre de nos membres sont en âge de travailler. Par conséquent, s'ils reçoivent un traitement approprié, ils sont autonomes et contribuent financièrement à l’avancement de l’État. Mais si tel n’est plus le cas, ils peuvent finir par devenir invalides et l'État devra leur accorder une pension d'invalidité, ce qu'aucun gouvernement ne souhaite.

Il est donc primordial d'avoir une alimentation équilibrée ; mais si quelqu'un a la goutte, il y a des restrictions sur ce qu'il faut manger et boire. Il faut donc se faire accompagner par un professionnel de la santé. Et si une personne qui souffre d’arthrite souhaite faire une activité physique quelconque, il lui est conseillé de consulter un bon kinésithérapeute auparavant afin d’en savoir plus sur les exercices qu’il peut ou ne peut pas faire.

 


 

À savoir

 

«It’s in your hands, take action.» C’est le thème choisi cette année pour la Journée mondiale de l’arthrite. Ashan Purmessur, président de l’Association of Rhumatology Concerns (ARC), indique que cette maladie peut être très handicapante sans un dépistage précoce et les traitements appropriés. C’est pourquoi, l’association s’engage à éduquer et sensibiliser au maximum sur cette maladie. Même si en raison de la Covid-19, l’association a suspendu les réunions mensuelles où des professionnels tels que des rhumatologues, spécialistes en médecine interne, pathologistes, pharmaciens, diététiciens et psychologues venaient parler aux membres, elle est toujours joignable au téléphone (5255 4094) et par mail (arcassociation.mu@gmail.com). L’ARC encourage le public à la suivre sur Facebook et YouTube (@arcmauritius) pour obtenir plus d'informations et visionner les interviews sur l'arthrite.