• FA Cup | Man Utd vs Liverpool : dans l’oeil du cyclone
  • Lupin sur Netflix : Omar, voleur aimé et mal-aimé
  • Des mots et des manigances…
  • Mais qui sont Hansel et Gretel… d'«Hansel and Gretel» ?
  • Enquête judiciaire sur la mort de Soopramanien Kistnen : Les révélations fracassantes de Pooveden Subbaroyan
  • Sharon Dukhi, 29 ans, meurt à l’hôpital à cinq mois de grossesse | Nitish : «J’accuse le personnel soignant d’avoir laissé mourir ma femme»
  • Shehad Calluchun, 15 ans, succombe à ses brûlures après une fuite de gaz | Son père Mozaheed : «Nou aksepte sa desizion Bondie-la mem si li bien dir»
  • Quand Linzy et Elijah revisitent «Le roi lion»
  • J’aime/J’aime pas | Bridgerton sur Netflix : sex-appeal contre toxicité
  • Vol avec violence dans la capitale | Celui qui a maîtrisé le malfrat : «Je voulais seulement aider la victime»

Huawei ICT Competition : un trio de Mauriciens à la seconde place mondiale !

Ces trois-là ont vraiment mis le paquet pour nous faire monter sur le podium mondial de cette compétition !

Bravo à Stephan Heng Shing Chia Yin Cheong de la Middlesex University Mauritius, et Uppiah Renu et Bhoodhoo Khritish Kamal, tous deux de l’Université de Maurice. Le trio de Mauriciens nous a rendus fiers lors de la finale mondiale de la Huawei ICT Competition qui s’est terminée en ligne le 14 novembre.

Nos compatriotes se sont mesurés à plus de 300 autres participants pour finalement terminer à la deuxième place. Pour la troisième édition de ce tournoi, auquel une équipe mauricienne participe pour la deuxième fois, Huawei a réuni près de 150 000 participants ! Cette année, le thème était Connexion, gloire et avenir. Le concours s’est fait en plusieurs parties depuis septembre : compétition locale, puis régionale avec les pays d’Afrique, et enfin mondiale.

 

En 2019, l’équipe mauricienne avait terminé à la troisième place lors de la finale régionale. Cette année, les finalistes ont eu gratuitement accès aux ressources de Huawei, leur permettant ainsi de consulter les outils d’apprentissage disponibles en ligne ainsi que le portefeuille de certificats numériques mis à leur disposition par le géant chinois.

 

En tout cas, c’est une sacrée victoire pour ce trio qui a misé sur le travail d’équipe pour tout ce qui a trait au cloud track et à toutes ses implications, tout en ne négligeant pas la partie théorique qui faisait aussi partie des examens. Au départ, ce n’était pas évident. «Mes pairs et moi sommes des passionnés d’informatique et l’on a accepté le défi car nous savons que dans le futur, nous serons amenés à résoudre pas mal de problèmes et à innover dans cet univers», confie Stephan Heng Shing Chia Yin Cheong.

 

Pour Renu Uppiah, qui vient de terminer ses études en informatique, le challenge a aussi été de taille. «Il y a tout d’abord eu la partie théorique, où l’on devait répondre à des questions très pointues du genre multiple choice. C’était déjà assez challenging mais par la suite, c’est devenu plus ardu, avec des examens où il fallait faire appel au team work.»

 

Du coup, le trio, qui ne se connaissait pas du tout, a dû se serrer les coudes dès la partie régionale. «Chacun s’occupait de la compétence qui lui convenait le mieux. Moi, par exemple, je m’occupais de l’intelligence artificielle lors des exercices. Mais en général, c’était d’un sacré niveau, on ne nous a pas fait de cadeaux mais c’était là tout le défi», explique finalement Khritish Kamal Bhoodhoo.  

 

Après toute la partie locale et régionale – avec des équipes de la Tanzanie, l’Ouganda, l’Afrique du Sud, le Nigéria, le Kenya, le Lesotho et la Zambie –, les voilà qui arrivent en finale globale, avec les résultats que l’on connaît. Mais comme l’a fait ressortir le trio : «Le tout, c’est surtout de participer et d’accepter tous ces défis, venant d’un univers que nous avons choisi comme carrière et que nous aimons.»

 

Des jeunes pousses informatiques remplies de passion, on vous dit ! 

 


 

Les nouvelles «smartwatches» de la marque arrivent

 

Vous aurez l’heure et bien plus ! Les nouvelles gammes des montres connectées de Huawei arrivent bientôt à Maurice. Ainsi, on aura droit, très bientôt, à la Watch Fit et la Watch GT Pro, qui se veulent une belle continuité de ce que propose la firme chinoise avec ces produits. Avec encore plus de précision sur bien des points – notamment le rythme cardiaque –, la Watch Fit devrait venir avec un bel écran AMOLED, des animations et pas moins de 44 types de remise en forme standard et pas moins de 13 types de courses à pied. Et vous devinez que l’autonomie et la charge rapide suivront avec ces produits, avec pas moins de dix jours dans certains scénarios. Bref, ça promet et ça arrive bientôt !