Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5-PLUS DIMANCHE

Pendant cette période de confinement, profitez de 5-Plus Dimanche, l’express, Business Mag, Weekly, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

  • Plan d’action pour le secteur créatif  : les artistes espèrent mais s’interrogent
  • Décès de Caël Permes : la MCIT enchaîne les arrestations
  • Galaxy Note 20 : rumeurs sur des puissants
  • Le MAJSL dévoile un plan de trois mois : Des activités de jeunesse en ligne
  • Eid-ul-Fitr : Un moment de partage et d’amitié malgré le «lockdown»
  • Lutte antidrogue : les saisies se multiplient
  • Le jeu vidéo de demain, c’est avant demain…
  • Hippisme – Jockeys mauriciens : La patience mise à rude épreuve
  • Gardes-chiourmes ou assassins?
  • Reprise sur fond de crise économique : Conjoncture difficile, ils s’adaptent...

Grace Centre Foundation : pour redonner espoir aux vulnérables

Fiona Appadoo est la co-fondatrice et la responsable de l’ONG.

La Grace Centre Foundation a un objectif principal : donner les clés nécessaires à ceux qui sont dans le besoin pour qu’ils puissent s’en sortir. C’est dans cette optique qu’elle lancera bientôt un centre de refuge pour jeunes filles. 

Être une voix pour ceux qui vivent dans des conditions difficiles et œuvrer pour la justice. Telle est la philosophie de la Grace Centre Foundation. Pour permettre aux personnes vulnérables de se mettre debout sur leurs pieds et d’avancer, cette ONG, qui existe depuis 2004, table sur deux éléments : l’éducation et l’aide sociale. Tout est parti d’une envie, d’un besoin de porter secours à ceux qui sont moins privilégiés. Vishnu Appadoo, marié à Fiona, une Australienne, ont toujours su qu’ils allaient s’engager dans cette voie.

 

Quand ils sont revenus s’installer à Maurice, ils ont commencé à organiser, avec quelques amis, des petites distributions de denrées alimentaires, de vêtements et de couvertures pour les familles pauvres. Un Fun Day a toujours lieu à Noël pour les enfants et les familles. Il s'agit d'un moment de bonheur et de détente qui a vise à sortir ces derniers de leur quotidien pour que, l’espace d’une journée, ils oublient leurs soucis.

 

C’est une rencontre avec des gens qui croient en eux et en leur projet qui poussent les Appadoo à lancer, en 2004, Grace Centre Foundation. Celle-ci a deux missions : le volet social mais aussi la promotion de la culture avec le J&J Auditorium. Fiona s’occupe, elle, exclusivement de la partie sociale. Au fil des dernières années, l’association a multiplié les activités ciblant plusieurs poches de pauvreté. Mais très vite, explique Fiona, elle a voulu aller plus loin. «Nous avons mis sur pied un programme pour les jeunes issus de milieux difficiles. Ils sont pour la plupart hors du circuit scolaire et notre objectif est de les prendre sous notre aile en reprenant la base pour qu’ils puissent savoir lire et écrire. Avoir ces connaissances est extrêmement important, grâce à celles-ci, ils peuvent lire les indications sur les routes, prendre un bus, remplir un formulaire à la banque.»

 

Consciente que le gage d’un avenir meilleur est l’éducation, l'association a voulu, avec ce programme d’alphabétisation, redonner l’envie et le goût d’apprendre aux jeunes. «Quand on est dans une situation précaire, on s’occupe avant tout de trouver de l’argent pour se nourrir, s’habiller, payer les factures. L’éducation n’est pas la priorité. L’objectif de notre programme est de changer la donne», lance Fiona.

 

Mais cette prise en charge n’est pas seulement éducative. Elle est, selon notre interlocutrice, beaucoup plus globale. En plus des cours de français, d’anglais et de mathématiques, les bénéficiaires sont accompagnés de manière holistique. Actuellement, une dizaine de jeunes en sont bénéficiaires. «Il s’agit aussi pour nous de les aider à devenir des adultes responsables et respectables. Nous faisons donc souvent le point sur les valeurs et les manières de base à adopter. Ils apprennent comment se tenir, prendre soin d’eux, s’adresser aux autres.» Plusieurs activités comme le sport, la musique, les classes de cuisine, de couture, d’art ou d’agriculture sont mis à leur disposition pour qu’ils puissent acquérir le maximum de connaissances et s’épanouir.

 

Pour Stéphanie Vilmant, qui côtoie la Grace Centre Foundation depuis le début, il est surtout question, lorsqu’un jeune accepte de se joindre au programme, de lui redonner confiance en lui-même. «Quand ils arrivent ici, beaucoup ont vécu des choses difficiles dans leur enfance, à la maison, à l’école. Notre mission est donc de leur permettre de développer la confiance en eux, l’amour de soi et la dignité. Ils doivent se retrouver et relever la tête bien haut. Nous devons d’abord rétablir tout cela avant de procéder à la prochaine étape.» Pour ces jeunes, Stéphanie fait souvent office de deuxième maman, d’amie, de conseillère, de guide.

 

Un rôle qui se renforcera davantage bientôt. En effet, la Grace Centre Foundation, souligne Fiona, travaille actuellement sur Hope Again, un nouveau projet qui devrait bientôt voir le jour. Il s’agit d’un Halfway Home qui accueillera les jeunes filles qui, à leur sortie des shelters une fois majeures, n’ont nulle part où aller. «Nous avons appelé cette maison d’accueil The Haven, qui veut dire sanctuaire, refuge. C’est ce que nous voulons offrir à ces jeunes filles. Un endroit où elles seront en sécurité, où elles pourront être encadrées et conseillées, où nous les aiderons à préparer leur entrée dans la société.»

 

Les préparatifs sont déjà en train et la maison en voie d’être finalisée. Elle pourra accueillir 20 bénéficiaires et ce, pendant une période de deux ans. «C’est une maison où elles trouveront sécurité, amour, respect et valorisation. Nous sommes en train de créer un lieu où elles seront fières d’être. Nous allons les accompagner au long de leur parcours. Nous les aiderons à trouver des formations, du travail. Nous les aiderons dans les démarches administratives. Nous leur apprendrons à gérer un budget, par exemple», déclare Fiona Appadoo.

Dans cet environnement propice à leur développement et leur épanouissement, elles pourront évoluer, avancer, préparer l’avenir afin qu’il soit meilleur.