• Boxe : la préparation se poursuit en Inde
  • La vie de fashionista de Mishma
  • Rachel Magon : De vive voix
  • Strabisme chez l’enfant : un trouble des yeux fréquent mais pas anodin
  • JIOI 2019 - Badminton | Stage en Chine : la présélection reste à quai
  • Rage 2 : apocalyptique et frénétique !
  • Joyeux «Joyeuses Pâques»
  • Krishna Sadasing, 19 ans, meurt dans une voiture conduite par son frère
  • Veer Lochun, 15 ans, meurt noyé | Son père : «J’étais sûr que je n’allais pas le retrouver vivant»
  • Agro-écologie | Claude et Lydia Bourguignon : pour l’amour du sol

Global Rainbow Foundation : Une unité de braille pour de nouveaux espoirs

La signature d’accord avec la Confédération des Aveugles de l’Inde a été faite cette semaine.

Le Pr Armoogum Parsuramen est actuellement en Inde pour la signature d’un accord avec la Confédération des Aveugles de l’Inde. Ensemble, ils vont travailler sur l’unité de braille qui a été récemment inaugurée.

Un espoir. De nouvelles opportunités. D’autres perspectives. Celles de pouvoir vivre au maximum sa vie malgré son handicap et de mieux intégrer la société. C’est ce que représente le braille pour les malvoyants et non-voyants qui aspirent à une vie meilleure. Et ça, la Global Rainbow Foundation (GRF) l’a bien compris. La fondation, créée en 2011, se lance aujourd’hui dans une nouvelle mission, celle de la mise sur pied d’une unité de braille dont l’objectif est de favoriser l’inclusion des personnes ayant une déficience visuelle, de promouvoir et de faciliter l’accès aux supports en braille, aux nouvelles technologies et à la formation.

 

Inaugurée récemment, l’unité de braille devrait bientôt être entièrement opérationnelle et être disponible aux enfants et aux jeunes adultes malvoyants et aveugles, de façon à ce qu’ils aient accès aux études et aux mêmes chances que tout le monde une fois sur le marché de l’emploi. D’ailleurs, le Pr Armoogum Parsuramen s’est rendu en Inde pour la signature d’un protocole d’accord avec la Confédération des Aveugles de l’Inde (AICB) afin de développer la Braille Unit.

 

Ce projet est en phase avec la philosophie de la GRF. «Notre but, c’est d’autonomiser les personnes en situation de handicap et de mettre l’accent sur leurs capacités plutôt que sur leur handicap. Nous proposons différentes solutions pour encourager l’inclusion sociale. Nous voulons les habiliter à travers une formation et un don d’équipements spécialisés pour les aider à développer des compétences de vie quotidienne indépendantes, afin qu’elles puissent vivre avec la plus grande dignité. Les services offerts sont régulièrement mis à jour en vue de faciliter leur inclusion sociale et économique, et leur intégration positive dans la communauté», dit-il.

 

Ce partenariat avec l’Inde s’inscrit parfaitement dans la vision de la fondation. Cet accord pour ce centre de braille s’articule autour de plusieurs points. D’abord, le développement d’une bibliothèque mobile avec des livres en braille, la venue d’un formateur de l’AICB pour évaluer les installations de la GRF, des visites d’échange, une formation en braille pour l’équipe de la fondation et le partage du programme à des fins de formation.

 

Avec ça, la GRF, connue notamment pour son engagement auprès des personnes amputées avec le Jaipur Foot et pour l’université du troisième âge, espère toucher davantage de bénéficiaires et leur fournir un service de meilleure qualité. «Suite à plusieurs rencontres entre les équipes de la GRF et de l’AICB, la fondation a eu l’idée de s’inspirer de ce qui se fait en Inde en matière d’aide aux personnes en situation de handicap visuel. C’est dans cette démarche qu’elle a demandé à l’AICB de former son staff et de lui prêter main forte. Ce qui a été accepté puisque le protocole d’accord vient d’être signé», explique le Pr Armoogum Parsuramen.

 

Épreuves

 

Le projet de mettre en place une unité de braille au siège social de l’association, à Petit-Raffray, est né il y a quelques années. C’est en réfléchissant aux épreuves auxquelles les personnes avec un trouble ou un handicap visuel doivent faire face au quotidien que l’équipe de la GRF est arrivée à cette conclusion. «Aujourd’hui, les manuels scolaires en braille sont quasi inexistants, ce qui pénalise les enfants et les jeunes qui en ont besoin. Il faut savoir que pour les étudiants aveugles, le braille est la clé de l’alphabétisation et de l’emploi à venir, de même qu’il est appliqué à de nombreux objets d’usage courant. Toutefois, on estime que seuls 15 % des malvoyants ou aveugles maîtrisent ce moyen de communication. Il ne faudrait pas que sa rareté relègue nos concitoyens aveugles ou malvoyants au rang de citoyens de seconde zone», lance le Pr Armoogum Parsuramen, fondateur et président de la fondation.

 

Pour lui, ce n’est qu’à travers l’enseignement du braille aux personnes ayant une déficience visuelle que ces dernières pourront surmonter ces difficultés et s’impliquer dans la vie active de notre société. Pour cela, il n’y a qu’une chose à faire : rendre plus accessible le support braille à Maurice afin de favoriser leur apprentissage. «La première étape s’est faite grâce à la collaboration du Dr Prabhavathi Ghurburrun du Charitable Trust et avec la généreuse contribution de MauBank et d’Elfriede Blank. D’ailleurs, le centre porte le nom de son défunt époux aveugle, Christian Blank», explique Ameenah Dhookit, responsable de communication de la GRF.

 

Dans un deuxième temps, la GRF a fait don de laptops dotés du Non Visual Desktop Access, une revue d’écran gratuite et opensource pour le système d’exploitation Microsoft Windows. «Depuis sa création, la GRF travaille sur le terrain pour identifier les barrières auxquelles les personnes en situation de handicap visuel font face au quotidien. Une fois ces barrières identifiées, une unité de formation et de réhabilitation pour l’inclusion des personnes aveugles et celles ayant une vision basse a été fortement envisagée. Par ce biais, la fondation souhaite offrir un encadrement éducatif aux enfants et aux étudiants qui en ont besoin, en fonction de leur handicap visuel», souligne Ridwan Dilmahomed.

 

Grâce à une collaboration avec Bookshare, librairie en ligne destinée aux personnes aveugles et malvoyantes, 100 abonnements ont été pris en charge par le cabinet de comptabilité et de conseil KPMG, et distribués par la GRF à ses bénéficiaires. «C’est aussi grâce à la licence Bookshare que les élèves de Grade 7 peuvent désormais accéder aux livres de maths en braille, et ce sera prochainement le cas pour ceux de Grade 8. D’ailleurs, la GRF est en passe de faire don de smartphones à 10 étudiants en situation de handicap visuel et scolarisés dans le secondaire. Ces dons ont été financés par Brandhouse. Une partie a déjà été distribuée, le reste le sera après la formation technique», souligne Ridwan Dilmahomed, chef de projet à la GRF.

 

Bientôt, la fondation travaillera sur la création de cinq livres avec des histoires simples et accessibles aux plus jeunes, de façon à les initier et à les familiariser au braille, tout en leur apprenant les chiffres, les couleurs, la géographie. «Ces livres feront appel aux sens que sont le toucher et l’ouïe car ils seront illustrés en relief et agrémentés de son. Il est également prévu une formation aux nouvelles technologies à destination des aveugles», annonce le Pr Armoogum Parsuramen. La création d’une bibliothèque de livres en braille qui se voudra mobile est aussi à l’agenda.