Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Vente illégale de vieille ferraille, pollution, routes impraticables… : Les habitants de Rughooputh Lane, Quatre-Bornes, montent au créneau
  • Festival du Livre de Trou-d’Eau-Douce : trois bonnes raisons d’y aller
  • Champions de cross-country - Rencontre avec Sébastien et Christopher Bonnapen : deux frères, une seule passion
  • Yogesh Siraz, côté jardin
  • Santé oculaire : ENL sensibilise les pêcheurs
  • Sahib Meerhossen condamné à perpétuité après l’assassinat de Lara Rijs - Son épouse Nazmeen : «Santans-la tro lour»
  • Ces Mauriciens «so in love» de La Casa de Papel
  • Athlétisme - Charge provisoire de détournement de fonds : Vivian Gungaram accusé et soutenu
  • Met Gala : attention les yeux !
  • À Montréal : quand la vie se conjugue avec la Covid-19

Gel hydroalcoolique : conseils pour bien l’utiliser

Il fait désormais partie de notre quotidien. Depuis plus d’une année maintenant, le gel hydroalcoolique – tout comme le masque – est un incontournable dans la lutte contre la propagation de la Covid-19. Mais l’utilisons-nous correctement ? Les quantités et les temps d’application préconisés sont-ils respectés ? Madiiha Mandary, Pre-Clinical Innovation Project Manager, et Vimi Lutchmanen-Kolanthan, Clinical Innovation Project Manager, toutes deux du Centre international de développement pharmaceutique, nous donnent quelques conseils…

Choisir le bon produit

 

Pour éliminer efficacement le virus sur la surface de la main, le gel hydroalcoolique doit contenir au moins 60 % d’alcool. Il est aussi important de bien se frotter les mains pour les faire sécher. À ne surtout pas rincer l’excédent. Au contraire, laissez-le s’évaporer.

 

«Le gel hydroalcoolique ne remplace pas l’eau et le savon. Sur des mains grasses ou sales, il a une efficacité réduite. Il est donc préférable de se laver les mains et éventuellement d’utiliser du gel hydroalcoolique pour bénéficier d’une couche de protection supplémentaire», recommande Madiiha Mandary, Pre-Clinical Innovation Project Manager au Centre international de développement pharmaceutique (CIDP). «Il faut cependant s’assurer que les mains ne soient pas humides avant de l’appliquer pour éviter que la peau ne s’assèche davantage.»

 

L’efficacité du gel hydroalcoolique dépend grandement de la manière dont on l’utilise. «Beaucoup l’appliquent en toute petite quantité sur la paume de la main uniquement. Or, il est important d’en mettre suffisamment afin de bien recouvrir toutes les parties de la main, y compris les espaces entre les doigts, avant de les frictionner pendant au moins 20 secondes, le temps que le produit soit complètement absorbé. C’est à peu près le temps que l’on prend pour se laver les mains avec du savon et de l’eau.»

 

Privilégier le savon

Le gel hydroalcoolique ne tue pas seulement le virus de la Covid-19 mais également l’ensemble des micro-organismes qui vivent sur la surface de la peau et qui forment le microbiome cutané. C’est un écosystème invisible qui aide à maintenir la santé de la peau en la protégeant de certaines agressions comme les UV et la pollution. «Utiliser du gel hydroalcoolique trop fréquemment peut entraîner une sècheresse cutanée, des rougeurs, voire de l’eczéma dans les cas les plus extrêmes», explique Vimi Lutchmanen-Kolanthan, Clinical Innovation Project Manager au CIDP.

 

L’utilisation régulière du gel hydroalcoolique provoque un amincissement de la peau, ce qui la rend plus vulnérable aux UV. Cela a aussi pour résultat d’accélérer le vieillissement de la peau, pouvant même, sur le long terme, causer des problèmes de pigmentation. C’est pour cela qu’il est conseillé de privilégier, autant que possible, le savon au gel hydroalcoolique.

 

S’hydrater les mains

 

Il existe un moyen simple de protéger ses mains contre les effets néfastes du gel hydroalcoolique : les hydrater après chaque utilisation. Cela permet de restaurer les propriétés naturelles de la peau. Cependant, avant d’appliquer une crème sur les mains, il est important de veiller à ce que le gel hydroalcoolique se soit entièrement évaporé. En sus de l’hydratation, il faut penser à se protéger les mains avant une exposition prolongée au soleil, en utilisant une crème adaptée.

 

Se rappeler qu’il est inflammable

 

Après avoir utilisé des produits chimiques, comme des détergents ménagers, il est recommandé de bien se laver les mains si vous souhaitez les désinfecter avec du gel hydroalcoolique. De plus, il ne faut jamais oublier que ce produit est de nature inflammable. Il est donc essentiel de veiller à ce que vos mains soient complètement sèches avant d’effectuer des activités qui impliquent un contact avec des sources de chaleur, des étincelles, de l'électricité statique ou des flammes.
Le gel hydroalcoolique doit donc être à portée de main en toutes circonstances, notamment lors de sorties à l’extérieur. À condition, bien sûr, de respecter les conseils d’utilisation de ce produit, un indispensable dans la lutte contre la Covid-19.

 


 

Le CIDP en quelques mots

 

Créé en 2004, le Centre international de développement pharmaceutique (CIDP) est une société de recherche sous contrat internationale, pionnière dans le domaine de la recherche et du développement cosmétique et pharmaceutique à Maurice. Le groupe a pour vocation d’évaluer les ingrédients, les matières premières et les produits cosmétiques et pharmaceutiques. Il réalise ainsi des études approfondies sur une grande variété de produits, incluant le gel hydroalcoolique, avec l’objectif de mieux comprendre leurs effets sur la peau. Aujourd’hui, le CIDP compte une base de volontaires/panélistes de plus de 15 000 personnes à Maurice.